Le CADTM à Esperanzah ! pour un festival anti-patriarcat !

9 juillet par Gilles Grégoire


Cette année encore, le CADTM sera présent au festival Esperanzah ! à Floreffe du 3 au 5 août. Ce festival, créé avec la participation du CADTM, taille chaque année un peu plus sa place parmi les grands festivals belges, non seulement par sa programmation musicale mettant en avant des artistes du monde entier (et donc du Sud !) mais aussi par sa volonté de mettre à l’honneur les luttes sociales actuelles et les collectifs qui y participent. Cette année, ce sont les luttes féministes qui sont sous les projecteurs.

« Le déclin de l’empire du mâle », c’est le slogan (un tantinet polémique ?) dont s’est doté, pour cette 17e édition, le fameux « Village des possibles » d’Esperanzah ! Ce Village est un « véritable laboratoire des alternatives concrètes qui poussent chaque année dans l’écrin de l’abbaye de Floreffe et regroupe une flopée d’acteur/trice·s associatif/ve·s passionné·e·s qui s’engagent et n’hésitent pas à mouiller leur chemise (ou leur marcel selon la saison) pour un monde plus juste », comme on le disait dans notre présentation du festival en 2016 [1].

Un thème féministe donc, dans lequel le CADTM se retrouve à 100 %, tant dans les constats que dans la dynamique insufflée pour cette nouvelle édition : « À travers cette campagne de sensibilisation, nous abordons la large constellation d’éléments qui cimentent cette domination culturelle ancrée dans nos comportements à tout-es : noyau familial, mœurs, partage des tâches ménagères et éducation des enfants ; égalité salariale, place des femmes dans l’entreprise et le monde du travail ; représentation des élu-es ; stéréotypes et discriminations ; harcèlement et violence dans l’espace publique et privé ; sexisme véhiculé dans la culture ; nos pratiques genrées à toutes et tous au quotidien. L’objectif transversal est de ne pas détacher ce focus de tous les autres rapports de domination (ethnique, culturelle, socio-économique, environnementale, nord-sud, etc.) qui s’enchevêtrent et se renforcent » [2]. Et c’est bien dans cette optique d’intersectionnalité que l’équipe de militant·e·s du CADTM proposera ses animations durant les trois jours du festival.

L’axe principal de nos animations sera le rapport entre la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, l’austérité et les femmes. Et pour ce faire, notre équipe ne se cantonnera pas à son stand puisqu’elle portera sa voix dans l’agora du Village chaque après-midi du festival.

Au programme du CADTM cette année :

- Le retour de l’animation construite en collaboration avec Vie féminine : V’la la facture ! [3] Durant cette animation, nous inviterons les festivalières à calculer le montant que leur doit le gouvernement fédéral pour tout le travail invisible qu’elles effectuent gratuitement, pour les dommages qui leurs sont infligés en premier lieu dans le cadre des coupes d’austérité et pour les inégalités au travail que les différents gouvernements (tant fédéral que régionaux et communautaires) ne semblent pas pressés de régler. Bien entendu, les festivaliers pourront également se prêter au jeu en comparant leur facture à celle de leurs camarades féminines. Un total sera fait en fin de festival et les factures seront envoyées au gouvernement.

- Une pièce théâtrale et musicale toute neuve baptisée « Mamie Odette fight la dette ! » et concoctée par notre équipe de militant·e·s électrisée comme des plumeur/se·s de vautours le soir du 31 mai [4] ! Venez découvrir et partager les destins tragiques et les histoires de résistances contre la dette et l’austérité d’Odette, Isabelle, Maryam et Tharushi !

Ce sera également l’occasion de se rencontrer, de présenter les actions du CADTM en Belgique et à l’international, de discuter de pistes d’actions et également de retrouver nos différentes publications (magazines, livres, dvd, etc.) avec bien entendu une attention toute particulière sur les articles à thématiques féministes.

Notre équipe vous attend donc pour cette nouvelle édition pour en mettre plein la vue, en discussion, en action et en musique, au capitalisme et au patriarcat !

Plus d’infos sur la campagne : https://www.esperanzah.be/engagement/campagne-le-declin-de-lempire-du-male/



Gilles Grégoire

Membre d’ACiDe Liège et permanent au CADTM Belgique.