Communiqué de presse

Le CADTM condamne avec la plus grande fermeté la violente répression survenue le 28 septembre à Conakry

4 octobre 2009 par CADTM


Le Comité pour l’Annulation de la Dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du Tiers Monde (CADTM) soutient le
peuple guinéen et condamne avec la plus grande fermeté la violente
répression survenue le 28 septembre à Conakry, à l’occasion de
manifestations organisées pour protester contre la candidature du chef de
la junte Moussa Dadis Camara à la prochaine élection présidentielle. Au
pouvoir depuis décembre 2008 suite à la mort de l’ancien dictateur Lansana
Conté, ce régime de transition s’était engagé à organiser des élections
libres en janvier 2010, auxquelles Camara ne devait pas participer.
Depuis sa prise de pouvoir, la junte recule devant ses engagements, créant
une situation de tension : en reportant sans cesse l’annonce de la date
des élections, en faisant traîner le processus de recensement des
électeurs pour que les scrutins ne puissent pas avoir lieu en 2009, en
laissant planer le doute sur la candidature de Dadis, en dépensant des
milliards de francs guinéens pour organiser des mouvements de soutien à la
junte et à la candidature de Dadis, en intimidant les militants
(politiques ou de la société civile), etc.

Lundi dernier, le 28 septembre, la répression de la junte a été terrible
et les militaires n’ont pas hésité à tirer sur la foule réunissant près de
50 000 personnes. Le bilan est très lourd : on parle d’au moins 157 morts
et de plus de 1 200 blessés. Aucun bilan définitif n’est à ce jour connu.
La Raddho Guinée, la Rencontre africaine pour la défense des droits de
l’homme, affirme que des corps auraient été enlevés de la morgue par des
militaires. « Nous avons des informations concernant 200 à 300 corps qui
auraient été soustraits de l’hôpital Ignace Deen par des militaires. Ces
corps auraient été portés disparus [1] » . Des femmes ont été violées et
des enfants ont été également molestés.

De tels actes criminels ne doivent pas rester impunis. Le CADTM condamne
fermement la violence des bérets rouges à l’égard des civils. Des
ministres du gouvernement et des proches du chef de la junte sont
directement impliqués dans ces massacres. Depuis la prise de pouvoir par
la junte, l’armée est devenue encore plus déliquescente, notamment à
travers des politiques de clientélisme, d’impunité totale et de
recrutement massif de milices sur des critères ethniques. Le risque est
grand qu’elle devienne totalement incontrôlable. Il en va pourtant de la
responsabilité d’un gouvernement de contrôler l’armée nationale, et dans
le cas contraire, de prendre des mesures politiques et judiciaires fortes
en condamnant les responsables d’une telle répression sanguinaire.

Le CADTM dénonce également les ingérences extérieures orchestrées par la
France, l’Union Européenne et l’Union Africaine, afin de préserver les
intérêts des états néocoloniaux et des multinationales. En soutenant
certains candidats issus de la dictature de Conté, elle renforce la
situation de tension, non propice à la mise en place d’élection
présidentielle.

Le CADTM appelle à la mise en place d’une commission d’enquête
internationale, à la saisine de la cour pénale internationale et de toute
autre juridiction compétente en vue de juger les auteurs de ce massacre.

Le CADTM soutient les populations guinéennes dans leur lutte pour
l’avènement d’une démocratie réelle dont elles seront les piliers.

Contact France :
Claude Quemar – 06 69 56 81 33 - claude.quemar chez cadtm.org

Contact Belgique : Pauline Imbach – 0488 29 81 04 – pauline chez cadtm.org

Contact Niger : Ibrahim Yacouba 00 227 96 95 98 ou 00 227 92 92 48
ibrayac chez hotmail.com