Le marquisat de Larios et son chantage à la dette pour construire un terrain de golf sur des terres agricoles

27 avril par Eric Toussaint


Vue partielle de Maro où la famille Larios veut construire un terrain de golf. A l’avant plan la maison de la Marquise de Larios.

Voici un exemple concret en 2021 qui nous plonge dans le système de la dette et l’histoire façonnée par la lutte des classes. Par manque de temps, je vais raconter cette histoire sans recourir à une démonstration détaillée.


Il se déroule à Nerja, une ville de la province de Malaga d’un peu plus de 20 000 habitants, située sur la côte méditerranéenne de l’Andalousie. C’est une ville qui, comme le reste de la région, a une longue et riche histoire (voir l’encadré 1 sur le passé de Nerja et du sud de l’Andalousie).

A Maro, un quartier de Nerja de 600 habitants, l’entreprise de la famille de la marquise Larios (voir encadré 2 sur la dynastie Larios) possède cent pour cent des terres. Elle veut transformer 200 hectares de terres cultivées par quelque 150 familles en un complexe touristique réservé aux riches : un terrain de golf exclusif de 18 trous, un hôtel cinq étoiles et 680 maisons de luxe.

Un groupe appelé « Un autre Maro et Nerja est possible » s’est organisé pour s’opposer au projet immobilier de luxe, en bordure du parc naturel des falaises de Maro-Cerro Gordo.

La dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
a joué un rôle important dans ce domaine. En fait, la mairie de Nerja a contracté une dette assez élevée auprès de l’entreprise de la famille Larios et cette dernière l’a utilisé pour atteindre ses objectifs. Elle avait l’intention de signer un accord avec la mairie de Nerja en vertu duquel la dette serait échangée contre le changement de statut (« reclassement ») du terrain agricole en terrain constructible. La mairie est traditionnellement contrôlée par le Parti Populaire (PP), le principal parti de droite en Espagne. Et ce parti dans la région a d’excellentes relations avec la famille Larios.

Le collectif de défense de la zone agricole et de ses occupants, a rejeté en tout état de cause la construction du terrain de golf et autres installations de luxe. Il dénonce le caractère illégitime des dettes réclamées par la famille Larios pour les terrains occupés et cédés à la Mairie de Nerja, considérant qu’elles sont très exagérées.

Entre 2015 et 2019, le PP a été remplacé par un gouvernement municipal formé par l’alliance entre le Parti socialiste, Izquierda Unida (PC) et Podemos. On pouvait s’attendre à ce que cette majorité prenne activement en compte les mesures proposées par le collectif de citoyens pour la défense de la zone agricole, mais ce ne fut pas le cas.

En 2019, le PP est revenu au pouvoir dans la ville et veut finaliser les accords avec la famille Larios pour la construction du terrain de golf par le biais d’un accord qui doit encore être approuvé au conseil municipal qui se réunit le jeudi 29 avril 2021. Bien entendu, cela signifie l’expulsion des familles locataires de Larios qui ne sont pas propriétaires des terres qu’elles cultivent.

Pour faire la promotion contre vents et marées de son projet, l’entreprise familiale Larios a lancé une campagne de communication pour convaincre le public du caractère bénéfique de la construction du terrain de golf en termes d’écologie, de paysage et de création d’emplois. Dans une vidéo publicitaire de 7 minutes, la société Larios vante son projet. Cela vaut la peine de le regarder. Même si vous ne comprenez pas l’espagnol, vous verrez de suite de quoi il s’agit.

Cette vidéo c’est de la pure propagande. Une chose est claire : elle ne cache pas le fait que le projet s’adressera à un secteur ultra-minoritaire et très privilégié de la population du pays et à une poignée de touristes étrangers très riches. C’est aussi clair que ce projet de grand luxe détruira un paysage naturel privilégié et protégé, riche d’une histoire consacrée à l’agriculture. La réalisation de ce projet impliquerait l’expulsion des familles de locataires et détruira l’abondant patrimoine archéologique pré-industriel, industriel et aquatique lié à la production agricole depuis plus de quatre cents ans.

Vu le sérieux des arguments du collectif qui s’oppose à ce projet immobilier notamment en ce qui concerne le caractère illégitime et illégal des dettes réclamées à la municipalité de Nerja par l’entreprise de la famille Larios, le pouvoir communal a retiré très récemment l’échange de dette du projet de contrat. C’est une première victoire partielle du collectif qui n’abandonne pas l’action et qui exige de toute manière un audit à participation citoyenne des dettes en question.

Il est possible de signer le manifeste contre le « Plan Larios » sur le site de la plateforme « Un autre Maro et Nerja est possible ».

Dimanche 25 avril 2021 a eu lieu une concentration de 200 personnes dans le hameau de Maro (qui compte 600 habitant·es) à Nerja pour protester contre la construction du terrain de golf et des résidences de luxe. J’y ai apporté le soutien du CADTM. La presse locale a rendu compte de l’action de protestation, voir en espagnol.

Le jeudi 29 avril, il y aura une nouvelle manifestation de protestation.

 Encadré 1 - Nerja au cœur d’une région chargée d’histoire

Sur le territoire de Nerja à proximité de l’endroit où l’entreprise Larios veut construire le terrain de golfe, il y a une grotte avec de l’art rupestre qui date probablement de plus de 40 000 ans. Si cela est confirmé, il s’agirait de la plus ancienne grotte connue au monde avec des peintures rupestres.

Il y a 2800 ans, les Phéniciens se sont installés dans la région, où ils ont apporté l’écriture. Il existe de nombreuses preuves archéologiques de l’occupation phénicienne dans la partie sud de l’Andalousie, qui borde la mer Méditerranée et l’océan Atlantique. Les Phéniciens ont développé des villes importantes telles que Malaga (8e siècle avant J.-C.) et Cadix (12e siècle avant J.-C.).

Les Romains ont remplacé les Phéniciens il y a environ 2 300 ans.

À la fin de l’Empire romain d’Occident, il y a un peu moins de 1600 ans, les Wisigoths ont pris le pouvoir et dominé la région, en suivant plus ou moins le modèle romain. Mais l’Empire romain d’Orient, dont la capitale est Byzance, a également été très présent du Ve au VIIIe siècle et contrôlait les principales villes côtières d’Andalousie, dont Malaga.

Du début du IXe siècle jusqu’à la fin du XVe siècle, cette partie de l’Andalousie a fait partie du monde arabo-musulman, sous le nom d’Al Andalus, son âge d’or du point de vue culturel. La région autour de Nerja est appelée Axarquia (« oriental » en arabe).

Presque toutes les villes et villages principaux de l’Axarquia doivent leur véritable développement à cette longue période qui a duré sept siècles. La plupart des noms des municipalités sont d’origine arabe.

Plus tard, à la fin du 15e et au début du 16e siècle, la région a été conquise par les armées des monarques catholiques, qui ont massacré ou déplacé de force une grande partie de la population locale et établi des tribunaux de l’Inquisition.

La domination catholique espagnole est liée à l’exploitation du Nouveau Monde, car les navires qui reliaient le royaume d’Espagne à ses colonies « américaines » partaient et revenaient d’Andalousie, principalement de la partie la plus occidentale, et en particulier de Cadix, qui se trouve à 300 km de Nerja (250 km de Malaga).

La région est également marquée par la lutte entre républicains et franquistes durant la seconde moitié des années 1930. La chute de Malaga aux mains de l’armée franquiste a provoqué un exode massif de la population vers l’est, en direction d’Almeria, en passant par Nerja. Le long de la route, la population de Malaga en fuite a subi les attaques meurtrières de l’aviation de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste.

Entre la fin du mois de janvier et le début du mois de février 1937, les troupes fascistes exercent une pression intensive sur les points stratégiques autour de la ville de Malaga. Le 7 février, les troupes franquistes sont entrées par la route de Colmenar et le commandement républicain a dû être déplacé et installé à Nerja.

À Malaga, le colonel José Villalba, chargé de sa défense, quitte la ville avec d’autres commandants militaires et ordonne l’évacuation. La population de Malaga et les milliers de réfugiés d’autres provinces qu’elle accueillait à l’époque entamèrent une fuite massive et désordonnée le long de la seule route qui avait été laissée libre : la route de Malaga à Almeria (CN-340), ville encore républicaine. Cette fuite désespérée, désordonnée et sans défense est connue dans la mémoire historique collective comme « la desbandá ».

En février 1937, la population terrifiée s’enfuit par la seule route encore libre, la CN-340.

On estime que, selon les dernières études, 300 000 personnes ont fui le long de la « route de la mort ». Toute la population civile, composée de personnes âgées, de femmes et d’enfants, est mitraillée sans pitié par les avions fascistes italiens et nazis ainsi que par les navires de guerre franquistes. Entre 5 000 et 10 000 personnes sont mortes. Toutefois, à mesure que l’enquête sur les événements progresse, le nombre de morts augmente. Nombre d’entre eux, 84 ans plus tard, sont toujours enterrés dans des fossés en bord de route et des fosses communes.

À Maro, sur le terrain où la famille Larios prévoit son plan d’aménagement urbain, un tronçon de 930 mètres de cette ancienne route, déclarée « lieu de mémoire historique » par le gouvernement andalou (la Junta de Andalucía), est encore conservé.

 Encadré 2 - La famille du marquis de Larios

La famille du Marquis de Larios est célèbre. Le marquisat de Larios a été créé par la reine Isabelle II en 1865.

Une impressionnante statue du « Marquis » se dresse au milieu d’une place de Malaga, la capitale de la province, et la rue principale porte son nom. Le monument est un ensemble sculptural réalisé par l’auteur préféré de l’époque, Mariano Benilliure, en 1899, et se trouve dans l’Alameda Principale, en face de la rue dédiée au Marquis. La photo de la statue et son histoire parlent d’elles-mêmes.

La statue du Marquis de Larios à Malaga https://salsainmobiliaria.es/en/spanish-azucarera-larios-cumple-125-anos-de-historia-ligada-a-malaga/

Au pied de la statue, haute de plusieurs mètres, une femme tend un enfant au marquis, qui est perché au sommet de la statue. Au pied de la statue se trouve également une représentation allégorique d’un « ouvrier ». En 1931, à l’occasion de la proclamation de la deuxième République espagnole, les ouvriers en lutte ont jeté la statue du Marquis à la mer et ont placé à sa place la statue de l’ouvrier sur le piédestal.

Photo 1931. Auteur inconnu. La statue de l’ouvrier a remplacé celle du Marquis jetée à la mer par les travailleurs·ses en lutte en 1931

Après la prise de Malaga par les forces fascistes et une fois la guerre terminée, on ordonna le sauvetage du Marquis du fond de la mer, le ramenant à sa place d’origine en 1951, et l’« ouvrier » revint aux pieds du Marquis.

Évolution du monument au marquis de Larios entre 1899 et aujourd’hui

La famille Larios est l’une des grandes familles capitalistes de cette région. Le patrimoine de l’entreprise familiale est estimé à 700 millions d’euros, principalement dans l’immobilier.

Lorsque j’ai visité la zone agricole que la famille Larios veut transformer en terrain de golf, dans la conversation avec mes interlocuteurs, le Marquis apparaît constamment. Le marquis et ses représentants sont toujours présents dans l’esprit des familles paysannes.

La société capitaliste de la famille Larios s’appelle Sociedad Azucarera Larios S.A. (SALSA). SALSA a récemment été rebaptisée SALSL.

La famille est influente dans la région, et le personnel politique traditionnel cherche à entretenir de bonnes relations avec elle.

 Historique des luttes des agriculteurs·trices locataires des terres de Maro et Nerja

Les conflits historiques des familles des agriculteurs·trices locataires des terres de Maro et de Nerja sont antérieurs à l’achat par la maison Larios, en 1930, de la « colonie agricole de Mercedes et Maro », dont le propriétaire précédent était le marquis de Tous.

« Comme toutes les économies basées sur une monoculture Monoculture Culture d’un seul produit. De nombreux pays du Sud ont été amenés à se spécialiser dans la culture d’une denrée destinée à l’exportation (coton, café, cacao, arachide, tabac, etc.) pour se procurer les devises permettant le remboursement de la dette. , en l’occurrence la canne à sucre, lorsqu’elle entre en crise, les conséquences sont dévastatrices. Et c’est ce qui est arrivé au sucre de canne andalou dans les premières années du XXe siècle [...] Lors de la récolte de 1901, les fabricants ont baissé le prix qu’ils étaient prêts à payer aux récoltants pour la canne qu’ils emmenaient aux moulins pour la broyer, ce qui a provoqué de grandes émeutes à Motril qui ont culminé avec l’incendie de l’usine Nuestra Señora de la Cabeza, propriété de Larios, incendie provoqué par des paysans en colère aux premières heures du 30 mars » (Nuevo Mundo/, 24 avril 1901, p. 11)

À partir de ce moment, une vague de protestations et d’agitation ouvrière et paysanne déferle sur la côte ; à Nerja, la situation s’aggrave en 1901, en 1902 et les années suivantes avec des gelées, des invasions de criquets et des sécheresses successives qui réduisent la récolte de canne à sucre [...] Nerja est l’un des foyers de conflit et dans ce contexte de crise sucrière, de caciquisme, d’inégalité sociale et de pauvreté naissent deux sociétés qui font partie de l’histoire du mouvement ouvrier de la localité : La Lumière de la Science (La Luz de la Ciencia) et La Revanche (La Revancha), bien qu’ils ne soient pas les premiers, puisqu’en octobre 1873, avait été créée à Nerja la Fédération locale de l’Association internationale des travailleurs (A. I.T.) ou Première Internationale (fondée notamment à Londres par Marx et Bakounine). Comme le publie le journal La Federación dans son numéro du 22 novembre 1873 « des idées collectivistes et anarchistes se développent parmi les ouvriers de cette ville ».

« Au cours de sa longue présence, et jusqu’à aujourd’hui, Larios influence et conditionne de manière significative la vie politique et économique de Nerja et Maro et de tout l’Axarquia, au point de nommer et de révoquer les maires et de présenter ses propres candidats aux élections ; elle accumule les biens immobiliers et les terres agricoles des petites exploitations locales endettées et endette la paysannerie ; elle est à l’origine de nombreux conflits sociaux provoqués par la baisse des prix à payer pour les récoltes et les conditions de travail précaires auxquelles elle soumet les ouvriers de ses usines. Le dernier conflit social, le plus notoire, s’est produit à la fin de l’année 1996 à la suite de la loi 1/1992, du 10 février, sur les baux historiques, qui a mis une date d’expiration aux contrats historiques, ce qui a provoqué des manifestations massives et une longue occupation de la grotte de Nerja mené par les paysans·nes qui aspiraient à la propriété de la terre ».

Rassemblement de colons dans l’enceinte de la grotte de Nerja le 13 décembre 1996, avant l’enceinte. Photo : Eduardo Bombarelli

Cet avant-dernier conflit entre Larios et ses colons en 1996 a été résolu en partie par voie judiciaire, là encore avec un résultat favorable pour la maison Larios. Le propriétaire n’a accepté de reconnaître la propriété des fermiers que s’ils remplissaient des conditions impossibles : prouver qu’ils étaient locataires depuis avant 1942, alors que presque personne ne savait lire ou ne possédait un quelconque document légal car la famille Larios se gardait bien d’en remettre à ses locataires. Ceci, ainsi que la stratégie réussie de négociation individuelle des indemnités a brisé l’unité de l’Assemblée, et l’abrogation ultérieure de la loi 1/1992, du 10 février 1992, sur les baux historiques a donné au Marquis la énième manifestation de son influence historique dans la vie politique andalouse.

Après ce nouveau scénario, Larios a eu les coudées franches pour développer ses plans de développement : désormais, il loue ses terres aux nouveaux colons et aux colons historiques par le biais de contrats précaires de neuf mois renouvelables, il leur interdit de faire des améliorations et des investissements sur leurs parcelles, et il attend toujours d’obtenir la plus-value Plus-value La plus-value est la différence entre la valeur nouvellement produite par la force de travail et la valeur propre de cette force de travail, c’est-à-dire la différence entre la valeur nouvellement produite par le travailleur ou la travailleuse et les coûts de reproduction de la force de travail.
La plus-value, c’est-à-dire la somme totale des revenus de la classe possédante (profits + intérêts + rente foncière) est donc une déduction (un résidu) du produit social, une fois assurée la reproduction de la force de travail, une fois couverts ses frais d’entretien. Elle n’est donc rien d’autre que la forme monétaire du surproduit social, qui constitue la part des classes possédantes dans la répartition du produit social de toute société de classe : les revenus des maîtres d’esclaves dans une société esclavagiste ; la rente foncière féodale dans une société féodale ; le tribut dans le mode de production tributaire, etc.

Le salarié et la salariée, le prolétaire et la prolétaire, ne vendent pas « du travail », mais leur force de travail, leur capacité de production. C’est cette force de travail que la société bourgeoise transforme en marchandise. Elle a donc sa valeur propre, donnée objective comme la valeur de toute autre marchandise : ses propres coûts de production, ses propres frais de reproduction. Comme toute marchandise, elle a une utilité (valeur d’usage) pour son acheteur, utilité qui est la pré-condition de sa vente, mais qui ne détermine point le prix (la valeur) de la marchandise vendue.

Or l’utilité, la valeur d’usage, de la force de travail pour son acheteur, le capitaliste, c’est justement celle de produire de la valeur, puisque, par définition, tout travail en société marchande ajoute de la valeur à la valeur des machines et des matières premières auxquelles il s’applique. Tout salarié produit donc de la « valeur ajoutée ». Mais comme le capitaliste paye un salaire à l’ouvrier et à l’ouvrière - le salaire qui représente le coût de reproduction de la force de travail -, il n’achètera cette force de travail que si « la valeur ajoutée » par l’ouvrier ou l’ouvrière dépasse la valeur de la force de travail elle-même. Cette fraction de la valeur nouvellement produite par le salarié, Marx l’appelle plus-value.

La découverte de la plus-value comme catégorie fondamentale de la société bourgeoise et de son mode de production, ainsi que l’explication de sa nature (résultat du surtravail, du travail non compensé, non rémunéré, fourni par le salarié) et de ses origines (obligation économique pour le ou la prolétaire de vendre sa force de travail comme marchandise au capitaliste) représente l’apport principal de Marx à la science économique et aux sciences sociales en général. Mais elle constitue elle-même l’application de la théorie perfectionnée de la valeur-travail d’Adam Smith et de David Ricardo au cas spécifique d’une marchandise particulière, la force de travail (Mandel, 1986, p. 14).
qui générera la capitalisation de leurs terres par le changement d’affectation. Il n’est pas exclu qu’une fois qu’il l’aura obtenu, il vendra ses propriétés et ne développera jamais ses projets de développement urbain ; mais il socialisera une dette illégitime Dette illégitime Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
entre tous les voisins avec l’aide du Parti Populaire de Nerja.

 Documents


Pour en savoir plus sur le conflit : matériel graphique et audiovisuel :


Pour en savoir plus sur « la desbandá » :

  • Andrés Fernández Martín et María Isabel Brenes Sánchez . 1937. Exodus Malaga Almeria. Nouvelles sources de recherche. Première édition, 2016. Aratispi Ediciones.
  • Lucía Prieto Borrero et Encarnación Barranquero Texeira. Población y Guerra Civil en Málaga : caída, éxodoo y refugio. Servicio de Publicaciones, Centro de Ediciones de la Diputación de Málaga (2007).
  • https://www.lopezcuenca.com/malaga-1937/
  • La route de la mort. Málaga 1937 : https://www.youtube.com/watch?v=VFp2FcOjZF8&feature=emb_logo


Pour en savoir plus sur les luttes paysannes contre Larios :


Pour en savoir plus sur le « Plan Larios », sa situation et son évolution :


En savoir plus sur la situation du patrimoine archéologique et naturel de la région en danger de disparition :

L’auteur tient à remercier Dori Castillo Delgado, Eduardo García Rodríguez, Rogelio López Cuenca, Jorge Alaminos Fernández et Beatriz Ortiz pour leur collaboration à la rédaction de cet article et Rémi Vilain pour la mise en ligne de l’article.

Cet article a été rédigé à Nerja entre janvier et avril 2021




Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres, Capitulation entre adultes : Grèce 2015, une alternative était possible, Syllepse, 2020, Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation, Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015.

Autres articles en français de Eric Toussaint (915)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 910

Traduction(s)