Le sommet de l’ONU sur la crise

26 juin 2009 par Sophie Perchellet


La tenue du sommet de l’ONU du 24 au 26 juin 2009 est un évènement à saluer. C’est le signe d’une prise de conscience : la crise doit être débattue avec la participation de tous les chefs d’Etat au lieu d’être circonscrite au club étroit du G8 G8 Ce groupe correspond au G7 plus la Fédération de Russie qui, présente officieusement depuis 1995, y siège à part entière depuis juin 2002. déguisé pour l’apparence en G20 G20 G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi compte tenu du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne). en avril 2009. Cependant, cette révolution a un impact limité. Les intimidations des pays industrialisés ont permis de repousser le Sommet de début juin à fin juin, et de nombreux gouvernements se sont fait représentés par des troisièmes couteaux afin de réduire le niveau de représentation de cette assemblée générale des Nations Unies. Si c’est par peur d’une remise en cause fondamentale du capitalisme, qu’ils soient tranquilles. Seul le néolibéralisme, le mal le plus voyant est remis en cause dans le rapport Stiglitz. Le débat porte ainsi sur un diagnostic souvent juste mais qui ne va pas assez à la racine des problèmes. Surtout les propositions sont tout à fait insuffisantes. C’est pourquoi le CADTM tout en saluant l’initiative de la tenue du sommet souhaite souligner les faiblesses du rapport quant à l’établissement d’un monde socialement juste et respectueux de la nature et des droits humains.

Les intimidations du G8

C’est suite à l’appel de plusieurs dirigeants des pays du Sud, lors de la Conférence internationale sur le financement du développement tenu en décembre 2008 à Doha que le Président de l’Assemblée Générale, Miguel d’ Escoto Brockmann, a annoncé la mise en place de ce sommet. Rappelant la dimension historique de la crise, il a immédiatement énoncé le souhait que les plus hauts niveaux des gouvernements participent à cette conférence.

Il a souligné que la crise économique et financière actuelle était la « pire depuis le début des Nations Unies ». « Elle atteint le monde entier », a-t-il dit, estimant qu’elle était « principalement le résultat de l’irresponsabilité sociale et de l’avidité de quelques pays, alors que c’est une majorité d’États qui en paient le prix ».

Une très sérieuse commission d’experts, sous la présidence de Joseph E.Stiglitz (prix Nobel d’économie en 2001) fût mandatée afin de proposer des solutions à la crise. Le fruit de leurs travaux, présenté entre le 28 et 29 avril à l’ONU énonce des pistes pour réformer le système financier international. Deux négociateurs, l’un ambassadeur des Pays Bas, l’autre de St Vincent les Grenadines, ont assisté le Président de l’Assemblée Générale quant à la préparation de la première version du projet de document final de cette Conférence, soumise aux représentants des 192 pays le 8 mai 2009 par Miguel d’Escoto Brockmann.

Ce jour là, dans l’Assemblée Générale (AG) de l’ONU, le groupe des représentants des pays occidentaux se souleva, avec à sa tête le « co-facilitator » des Pays Bas. La raison de leur « révolte » ? Le document présenté en séance par le Président de l’AG n’est pas le même que celui qu’il a soigneusement préparé. Après avoir loué la transparence dont il a fait preuve pour concerter la « société civile » et les autres gouvernements, il dénonce le manque de transparence cette fois de Miguel d’Escoto Brockmann. Le document de ce dernier ne refléterait pas assez les recommandations émises par les négociateurs. Le voila maintenant forcé de reconsidérer la participation des plus hauts représentants hollandais au Sommet. La fronde est lancée. Même si le président de l’AG reprend la parole de suite et propose de ne pas entrer dans le débat avant que le document soumis n’ait été étudié, cela ne calme pas les ardeurs des Occidentaux. La République tchèque, parlant aussi au nom de l’Union Européenne suivie par les Etats-Unis, l’Allemagne et le Canada reprennent les arguments du « camp des Occidentaux » et reconsidèrent aussi le plus haut niveau de représentation pour le Sommet. Les prises de parole de Cuba, du Venezuela, de la Bolivie, du Ghana, de la Syrie, du Soudan ou encore de l’Algérie et de l’Iran n’y changeront rien. Ni même celle de Miguel d’Escoto Brockmann qui s’est défendu à plusieurs reprises en insistant sur le caractère multilatéral et intergouvernemental des négociations effectuées en amont de la présentation du document. Ainsi, il défend son document comme étant le reflet des préoccupations de la majorité des pays de l’ONU, G20 inclus. Confirmant à plusieurs reprises qu’il n’existait qu’un document (le sien), il a prié les Etats contestataires de se concentrer sur le fond du document, et non sur la forme.

Le 8 mai 2009 fut une double victoire pour les Occidentaux. Non seulement le Sommet a été repoussé de début à fin juin, mais en plus un nouveau document a été soumis à la discussion. Décidément, le G8 n’aime pas lorsque ce n’est pas lui qui est à l’initiative. Le dédain de l’Occident a encore frappé. Mais les autres pays ont aussi gagné sur un plan : les occidentaux ne seront pas les seuls à débattre de l’avenir du monde. Et le Sommet mérite quand même toute notre attention. Quel que soit le document proposé, tous seront inspirés du rapport de la Commission Stiglitz. Et malheureusement, le capitalisme n’est pas fondamentalement remis en cause.

Un diagnostic pertinent mais des mesures limitées

Le texte commence fort en montrant du doigt les causes de la crise actuelle. Il met par exemple, l’accent sur la nécessité d’interdire la spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
sur les produits énergétiques ou alimentaires, considérant cette pratique comme étant un crime. Il y est dit que le système économique actuel concentre les revenus, la richesse et le pouvoir et que le rôle de l’Etat doit être renforcé dans l’optique d’avancer vers une économie qui met l’accent sur la satisfaction des besoins humains fondamentaux. Mais le texte montre aussi ses limites. La première et de loin la plus importante est que la crise et le monde y sont analysés sous le seul angle de la finance et de l’économie. Le diagnostic parle de l’interconnexion des crises financière et économique. Mais les crises alimentaire, climatique, énergétique, sociale sont mentionnées dans une optique de long terme. Il y a prise de conscience de la dimension globale de la crise mais l’urgence est à l’économie et la finance. Il est regrettable que le mandat de la Commission Stiglitz ne soit articulé qu’autour de la réforme du système monétaire et financier international. Le reste suivra t-il ?

Le document du Président de l’Assemblée générale propose un plan d’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
en 6 points :

1) Plan de relance

« Les pays industriels doivent par conséquent réserver au moins 1 % de leur plan de relance pour accompagner la reprise dans les pays en développement, et en plus augmenter leurs engagements traditionnels en matière d’Aide Publique au Développement (APD APD On appelle aide publique au développement les dons ou les prêts consentis à des conditions financières privilégiées accordés par des organismes publics de pays industrialisés. Il suffit donc qu’un prêt soit consenti à un taux inférieur à celui du marché (prêt concessionnel) pour qu’il soit considéré comme une aide, même s’il est ensuite remboursé jusqu’au dernier centime par le pays bénéficiaire. Les prêts bilatéraux liés (qui obligent le pays bénéficiaire à acheter des produits ou des services au pays prêteur) et les annulations de dette font aussi partie de l’APD.

Outre l’aide alimentaire, on peut distinguer trois grands types d’utilisation des fonds ainsi dégagés :le développement rural, les infrastructures, l’aide hors projet (financement des déficits budgétaires ou de la balance des paiements). C’est ce dernier poste qui augmente le plus. Cette aide est « conditionnée » par la réduction du déficit public, la privatisation, la bonne conduite écologique, l’attention aux plus pauvres, la démocratisation, etc. Toutes ces conditions sont définies par les principaux gouvernements du Nord et le couple Banque mondiale/FMI. Cette aide passe par trois canaux : l’aide multilatérale, l’aide bilatérale et les ONG.
). Pour que le financement des politiques de relance des pays en développement ne se traduise pas par un surcroît de leur dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
extérieure qui en annulerait les effets, le financement doit se faire sous forme de dons aussi bien que sous forme de prêts.
 »

Le rapport préconise une concertation pour les plans de relances des pays industrialisés dans l’optique d’en démultiplier les effets. Il insiste sur les sources de financement des plans de relance des pays en développement. En plus de l’ADP et les 1% des plans de relance des pays industrialisés, il est envisagé de créer un fond supplémentaire de Droit de Tirages Spéciaux (DST), la monnaie du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
pour leur « venir en aide ».
La logique des plans de relance ne sera pas de transformer le mode de développement mais de continuer à soutenir l’actuel. Les promesses concernant l’aide publique au développement (APD) n’ont jamais été tenues par l’écrasante majorité des pays, crise ou pas crise.

2) Des ressources pour restructurer

Un nouveau mécanisme de crédit est à l’étude. Le rapport fait état de l’importante source de financement que représentent les fonds épargnés par les pays émergents Pays émergents Les pays émergents désignent la vingtaine de pays en développement ayant accès aux marchés financiers et parmi lesquels se trouvent les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Ils se caractérisent par un « accroissement significatif de leur revenu par habitant et, de ce fait, leur part dans le revenu mondial est en forte progression ». . La mise à disposition de ces liquidités Liquidité
Liquidités
Capitaux dont une économie ou une entreprise peut disposer à un instant T. Un manque de liquidités peut conduire une entreprise à la liquidation et une économie à la récession.
pourrait créer une source de financement alternative aux institutions financières internationales classiques.

Bien que l’idée soit bonne, tout dépend de l’utilisation de ces fonds une fois à disposition. La suite du rapport ne donne pas satisfaction. Il dit qu’ «  il faudrait ensuite que les fonds servent à financer des investissements clefs, dans les domaines qui intéressent particulièrement les économies de marché émergentes, par exemple le développement de l’agriculture africaine et de ses capacités d’exportation qui renforcerait aussi la sécurité vivrière d’autres régions, par exemple en Asie et dans les pays arabes. On pourrait enfin utiliser les fonds ainsi obtenus pour aider les pays en développement à garantir les créances Créances Créances : Somme d’argent qu’une personne (le créancier) a le droit d’exiger d’une autre personne (le débiteur). commerciales ou les dettes de leurs grandes entreprises, écartant ainsi le risque que celles-ci ne fassent l’objet de mouvements désordonnés ».

Si le but est de favoriser le rachat des terres vivrières Vivrières Vivrières (cultures)

Cultures destinées à l’alimentation des populations locales (mil, manioc, etc.), à l’opposé des cultures destinées à l’exportation (café, cacao, thé, arachide, sucre, etc.).
africaines par des fonds souverains étrangers sans assurer au préalable la souveraineté alimentaire de l’Afrique, cette solution suit la logique néolibérale. Il en va de même concernant la garantie des créances commerciales ou des dettes des grandes entreprises. Le but n’est pas de privatiser les bénéfices et de socialiser les pertes.

3) Annuler la dette ?

Prenons pour exemple la partie sur la dette des pays en développement. Il y est énoncé que la dette des PED tend à devenir insoutenable et que les nombreuses éventualités de défauts de paiement risquent d’avoir un effet négatif sur l’économie mondiale. La possibilité d’un moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir. Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998 et de l’Équateur en 1999. et, éventuellement, d’une annulation partielle de la dette est annoncée. Mais une annulation partielle ne suffit pas. D’autant plus que la grosse majorité des dettes des PED ont une origine illégale ou odieuse. Une simple restructuration de la dette ne sera pas suffisante.

4) Un nouveau système de réserve

La « monnaie » émise par le FMI sous forme des droits de tirage spéciaux paraît être en tête pour devenir une alternative au dollar. Les limites d’un système monétaire international Système monétaire international
SMI
Le SMI est un système de règles et de mécanismes institué par les États et les organisations internationales pour favoriser les échanges internationaux et assurer la coordination des politiques monétaires nationales. Celui qui est utilisé actuellement, est issu des accords de la Jamaïque (1976). Il a profondément amendé le système précédent organisé par les accords de Bretton Woods (États-Unis) en 1944.
basé sur une monnaie unique sont prises en compte. Mais le renforcement du FMI comme alternative est un piège. Sans le remplacement de cette institution par un nouvel organisme démocratique, le monde ne trouvera pas une issue à la crise qui les droits humains et l’environnement.
De plus, même si la contestation de l’hégémonie du dollar paraît être révolutionnaire, ce n’est qu’une contestation logique. L’utilisation de la planche à billet par l’administration Obama renforce la menace d’une dépréciation Dépréciation Dans un régime de taux de changes flottants, une dépréciation consiste en une diminution de la valeur de la monnaie nationale par rapport aux autres monnaies due à une contraction de la demande par les marchés de cette monnaie nationale. du dollar. Ces derniers jours, l’Organisation de Coopération de Shanghai et les pays du BRIC sont plus actifs Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
. Etablir un nouveau système de réserve est indispensable. Mais ce n’est que s’adapter à la prochaine chute du dollar, dont l’hégémonie est vouée à disparaître.

5) Régulation et coordination de l’économie globale

A l’évidence, c’est une nécessité et le débat là dessus n’a pas attendu le G-192 pour être lancé. Chère aux mouvements altermondialistes depuis longtemps, la question de la régulation est centrale. Bien qu’insistant sur les critiques du libre échangisme et du néolibéralisme, l’accent est mis très vite sur les dangers du recours au protectionnisme. Tout comme un libre échangisme absolu, un protectionnisme absolu n’est pas une solution. Néanmoins, il faut affirmer le droit des pays à prendre des mesures pour protéger les droits humains de leur peuple. Il faut abolir les règles de l’Organisation Mondiale du Commerce OMC
Organisation mondiale du commerce
Née le 1er janvier 1995, elle remplace le forum permanent de négociation qu’était l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) où les États avaient seulement le statut de « parties contractuelles ». Un des objectifs de l’OMC est le démantèlement, lorsqu’ils existent encore, des monopoles nationaux constitués en vertu d’une décision publique. C’est déjà le cas pour les télécommunications dont la décision a été prise dans le cadre de l’OMC en février 97. Mais il en reste d’autres comme les chemins de fer qui attirent la convoitise des grands groupes financiers.

Un autre objectif est la libéralisation totale des investissements. L’instrument utilisé a été le projet d’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI). L’AMI dont l’élaboration avait été décidée lors de la réunion ministérielle de l’OCDE de mai 1995, vise l’ensemble des investissements : directs (industrie, services, ressources naturelles) et de portefeuille. Il prévoit des dispositifs de protection, notamment pour le rapatriement total des bénéfices. L’AMI a été comme tel abandonné en 1997 mais est réapparu sous la forme d’une multitude d’Accords bilatéraux sur l’investissement, ce sont les nouveaux « habits » de l’AMI.

L’OMC fonctionne selon le mode « un pays - une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ». Toutefois, dans la lancée de l’épisode de Seattle en novembre 1999, la conférence de Cancun (Mexique) en septembre 2003 a été marquée par la résistance d’un groupe de 22 pays émergents du Sud, qui se sont alliés en la circonstance pour mener la conférence à l’échec, face à l’intransigeance des pays du Nord.
Site :
qui pousse à toujours plus de libéralisation, au détriment des conséquences sociales et climatiques. Il faut remplacer cette organisation par une nouvelle institution qui ait pour objectif de faire respecter les droits humains dans les relations commerciales. Les droits humains plutôt que le droit de la concurrence et des affaires. Il faut rendre contraignantes et passibles de sanctions les accords bafouant les droits humains fondamentaux regroupés dans les différents Pactes et textes de l’ONU. Le droit international existe et il ne doit pas être subordonné au droit des affaires.
La notion de « biens communs à l’humanité » doit être placé au centre du débat et avec elle, la question des taxes globales

6) Les institutions financières internationales

Le FMI voit ses moyens triplés. Mais il reste hors de contrôle de l’ONU. La réforme de cette institution financière coupable de néolibéralisme appliqué à tout va n’est pas à l’ordre du jour du Sommet. Seul la réforme de sa gouvernance est abordée. S’il est souhaitable et normal que la position de Directeur Général du FMI ne soit pas accordée seulement aux Européens, seule une réforme en profondeur (Droit de vote, Soumission à la Charte de l’ONU, mission de combattre la spéculation et de réglementer strictement les mouvements de capitaux, …) justifierait que l’on n’abolisse pas cette institution responsable d’une généralisation massive de la pauvreté. Sans cela, les plans d’ajustements structurels et autres outils de domination continueront de faire prospérer l’ingérence Occidentale. Dans la mesure où les Etats-Unis détiennent un pouvoir de veto sur toute décision importante du FMI, on ne peut espérer qu’une réelle réforme est réalisable. C’est pour cela que le CADTM est favorable à son remplacement.

Dans la forme, le discours du rapport Stiglitz est appréciable mais dans le fond, les propositions d’actions sont plus que modérées. Là est le problème. La logique reste financière. Le diagnostic contient des éléments de vérité mais ne débouche pas sur des mesures adéquates. Ainsi, l’objectif est donc de refonder ou réguler le capitalisme mais non pas de changer radicalement de système. Des critiques, mêmes féroces envers le seul néolibéralisme ne sont pas suffisantes. Pour sortir de la crise, il faut une approche globale et transversale. A l’heure ou la FAO déclare que le nombre de personnes souffrant de la malnutrition pourrait atteindre 1.2 milliards de personnes en 2009, seules des mesures radicales et structurelles permettront de développer un système basé sur les droits humains fondamentaux et le respect de l’environnement.

Sortir de la crise

Le mécanisme de l’endettement mis en place dans les PED sous la houlette du FMI ou de la Banque Mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
(BM) depuis plusieurs décennies a plongé ces pays dans la pauvreté. Ces institutions, avec la complicité des dictateurs des PED, soutenus par les intérêts occidentaux, ont financé des projets qui n’amélioraient en rien les conditions de vie de la population.
L’objectif officiel de la Banque Mondiale est d’assurer le développement des pays pauvres. Mais son agenda caché révèle une foi inébranlable dans le néolibéralisme. Résultat : la dette publique a explosé et les inégalités dans le pays se sont renforcées. Que la dette soit qualifiée d’illégale ou d’odieuse, le constat est le même : il faut la répudier et des réparations doivent suivre !

Surfant sur la vague du néolibéralisme depuis les années 1980, le poids de la dette de la majorité des PED n’a fait que s’accentuer et occupe, encore souvent aujourd’hui, le premier poste budgétaire de dépense des Etats. Tant que cet outil moderne de néocolonialisme continuera d’être payée, les PED n’auront pas les moyens de conduire des politiques de développement socialement juste et respectueuses de l’environnement.

Un regard sur les récent flux liés à la dette ou comment le Sud donne de l’argent de poche au Nord :

Constat : Les PED ont remboursé l’équivalent de 102 fois ce qu’ils devaient en 1970, mais entre temps leur dette a été multipliée par 48.

(*) On appelle transfert net Transfert financier net
Transfert net
On appellera transfert financier net la soustraction du service de la dette (remboursements annuels - intérêts plus principal - aux pays industrialisés) et du rapatriement de bénéfices par les multinationales du Nord, des versements bruts de l’année (prêts et investissements venant de ces mêmes pays créditeurs). Le transfert financier net est dit positif quand le pays ou le continent concerné reçoit plus (en prêts, en don et en investissement) que ce qu’il rembourse et que ce qu’il verse sous forme de rapatriement de bénéfices par les multinationales. Il est négatif si les sommes remboursées sont supérieures aux sommes qui entrent dans le pays.
De 1982 à 1990, en ce qui concerne l’Amérique latine, le transfert net a été négatif chaque année. Pendant cette période, plus de 200 milliards de dollars ont été transférés de manière nette d’Amérique latine vers les pays du Nord (Ugarteche, 1996, p. 235).
sur la dette la différence entre le service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. (remboursements annuels - intérêts plus principal - aux pays industrialisés) et les sommes reçues sous forme de prêts pendant la même période.

Constat : L’équivalent de 7,5 Plan Marshall Plan Marshall Programme de reconstruction économique proposé en 1947 par George C. Marshall, secrétaire d’État des États-Unis. Doté d’un budget de 12,5 milliards de dollars de l’époque (environ 80 milliards de dollars de 2002) sous forme de dons et de prêts à long terme, le plan Marshall permit à 16 pays (notamment la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et les pays scandinaves) de profiter de fonds pour leur reconstruction après la seconde guerre mondiale. ont été envoyés du Sud vers le Nord. Les PED remboursent bien plus qu’ils ne reçoivent. Rien qu’en 2007, ils ont remboursé 18,9 milliards de plus que ce qu’ils ont reçu.

Loin de mettre en cause le caractère odieux de la dette de la majorité des PED, le rapport insiste seulement sur l’insoutenabilité de celle-ci. Pourtant, mettre en place des audits, suspendre les paiements et annuler les dettes est un préalable pour construire les bases d’un monde nouveau. Les puissances du Nord doivent verser des réparations aux peuples du Sud et de nouveaux mécanismes alternatifs doivent être mis en place. Ils doivent avoir une dimension globale, financière, économique ainsi que sociale, écologique, politique ou encore migratoire.

Face à l’urgence d’un mode de développement alternatif, le G20 fait de la résistance.
Après le simulacre de régulation lors de la réunion du G20, début avril 2009, dans lequel les pays les plus puissants de la planète ont fait semblant de lutter contre l’instabilité financière, notamment en montrant du doigt quelques paradis fiscaux Paradis fiscaux
Paradis fiscal
Territoire caractérisé par les cinq critères (non cumulatifs) suivants :
(a) l’opacité (via le secret bancaire ou un autre mécanisme comme les trusts) ;
(b) une fiscalité très basse, voire une imposition nulle pour les non-résidents ;
(c) des facilités législatives permettant de créer des sociétés écrans, sans aucune obligation pour les non-résidents d’avoir une activité réelle sur le territoire ;
(d) l’absence de coopération avec les administrations fiscales, douanières et/ou judiciaires des autres pays ;
(e) la faiblesse ou l’absence de régulation financière.

La Suisse, la City de Londres et le Luxembourg accueillent la majorité des capitaux placés dans les paradis fiscaux. Il y a bien sûr également les Iles Caïmans, les Iles anglo-normandes, Hong-Kong, et d’autres lieux exotiques. Les détenteurs de fortunes qui veulent échapper au fisc ou ceux qui veulent blanchir des capitaux qui proviennent d’activités criminelles sont directement aidés par les banques qui font « passer » les capitaux par une succession de paradis fiscaux. Les capitaux généralement sont d’abord placés en Suisse, à la City de Londres ou au Luxembourg, transitent ensuite par d’autres paradis fiscaux encore plus opaques afin de compliquer la tâche des autorités qui voudraient suivre leurs traces et finissent par réapparaître la plupart du temps à Genève, Zurich, Berne, Londres ou Luxembourg, d’où ils peuvent se rendre si nécessaires vers d’autres destinations.
, les gouvernements des pays riches montrent aujourd’hui le mépris qu’ils ont envers la majorité de la population mondiale. En effet, l’assemblée générale de l’ONU est le seul organe international démocratique ou la voix des 192 pays est entendue, à la différence du G20 qui, en plus d’être antidémocratique, ne représente que les intérêts des pays riches et de quelques grandes puissances émergentes du Sud.

Loin de prendre conscience de la gravité de la crise financière, économique, sociale, alimentaire et écologique, les puissants de ce monde, premiers responsables de la situation actuelle délégitime le rôle de l’Organisation des Nations Unies. Il est certain que le fait que l’ONU prenne des initiatives ne plaît pas du tout aux dirigeants occidentaux. C’est pourtant une initiative à louer, significative de la prise en main par d’autres pays que ceux dit industrialisés de la problématique commune à tous du développement.

Nous vivons une crise de civilisation, une crise non pas seulement conjoncturelle mais structurelle et systémique. Cette crise est une occasion qui doit nous servir à abolir le capitalisme dans l’optique d’établir un système mondial basé sur la satisfaction des besoins humains dans le respect de la nature.



Sophie Perchellet

CADTM France (Paris)

Autres articles en français de Sophie Perchellet (20)

0 | 10