Les migrant-e-s togolais-e-s : premier bailleur de fonds du Togo

23 janvier 2012 par Samir Abi


Cet article revient sur les conclusions d’une étude que nous avons menée au dernier semestre 2011 avec le sociologue Allemand Gregor Feytag sur les transferts de fonds des migrant-e-s togolais-e-s et particulièrement ceux vivant en Allemagne.

Sur ces dix dernières années la migration est le sujet social qui a le plus gagné en importance au niveau mondial. Sujet transversal, elle a des implications à la fois économiques, politiques, sociales et humanitaires et des conséquences importantes sur la vie de millions de personnes sur la planète. En 2006, dans son discours inaugural au premier Dialogue de Haut Niveau sur la Migration Internationale et le Développement, Mr Koffi Annan, Secrétaire Général des Nations Unies, affirmait : « Nous commençons seulement à apprendre comment faire en sorte que les migrations facilitent plus systématiquement le développement. ». La migration a significativement changé le climat politique et l’équilibre de la balance des paiements Balance des transactions courantes
Balance des paiements
La balance des transactions courantes d’un pays ajoute à la balance des biens et services la balance des transferts unilatéraux, concernant des biens ou services importés ou exportés sans rétribution apparente : dons, subventions, envois d’argent à l’étranger par des travailleurs immigrés, etc. Le solde, appelé solde des paiements courants, traduit la position financière d’un pays par rapport au reste du monde.

Un pays disposant d’un excédent de ses paiements courants est un pays prêteur vis-à-vis du reste du monde. Inversement, si la balance d’un pays est déficitaire, ce pays devra se tourner vers les prêteurs internationaux afin d’emprunter pour ses besoins de financement. La balance des opérations en capital, dont le solde est l’opposé du solde des paiements courants, vient boucler la balance des paiements, qui est donc, par définition, équilibrée.
dans beaucoup de pays du Sud. Mais pourtant ces pays manquent encore d’expérience sur la façon d’intégrer leur diaspora pour une meilleure dynamique de développement endogène. C’est le cas du Togo.

La prise en compte du phénomène migratoire dans les questions de développement au Togo est récente. Autrefois considéré comme un pays à faible culture migratoire, le Togo, depuis vingt ans, voit croître rapidement le nombre de ses ressortissants vivant à l’extérieur. Le recensement de 2010 a estimé la population résidant au Togo à 5 753 324. Selon diverses sources, entre 1 500 000 et 2 millions de Togolais-e-s résideraient aujourd’hui à l’étranger. Ce chiffre, s’il est confirmé par le prochain recensement des Togolais-e-s de l’extérieur que compte effectuer l’Etat togolais, ferait de la diaspora la première « région » du Togo, car elle représenterait plus de 25% de la population résidente au Togo. La migration togolaise s’est faite en trois vagues successives.

- La première vague fut composée de nouveaux bacheliers envoyés étudier, grâce à des bourses, dans les universités de les sous régions ouest-africaine, européenne et américaine. En effet, à l’indépendance, le pays manquait de cadres et n’avait pas d’universités pour leur formation. Malheureusement, au début des années 80, face à la crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et suite à l’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
, la plupart de ces étudiant-e-s togolais-e-s furent contraints de rester à l’étranger pour échapper au chômage qui les attendait chez eux puisqu’ils ne pouvaient plus y prétendre à un poste dans la fonction publique.

- La seconde vague fut d’ordre politique. Le processus de démocratisation au début des années 90 entraîna une crise politique qui permit à de nombreux Togolais de bénéficier de l’asile politique dans les pays limitrophes et dans les pays européens. (il ne faut pas oublier les USA et le Canada)

- La troisième vague de migration, plus récente, est liée à la quête d’un bien-être économique. Le bas niveau des salaires, donc du pouvoir d’achat, de la population togolaise en comparaison avec la situation dans les autres pays de la sous-région, et la crise économique due à la rupture de la coopération togolaise avec l’Union Européenne, les USA et les institutions financières internationales, ont poussé les Togolais-e-s à migrer vers d’autres pays afin de faire valoir leur savoir-faire.

La diaspora togolaise se retrouve ainsi majoritairement en Afrique (Gabon, Côte d’ivoire, Burkina, Bénin), en Amérique du Nord (États-Unis et Canada) et enfin en Europe (France, Espagne, Allemagne, Belgique).

Selon la Banque Centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) – Togo, près de 855 milliards de Francs CFA (1 milliard 710 millions de dollars US) ont été transférés au Togo sur la période 2000-2009 par la diaspora togolaise. L’étude a révélé l’importance de ces transferts de fonds dans l’économie togolaise. Elle a notamment montré que le Togo se place en deuxième position au niveau africain en ce qui concerne la part des transferts de fonds des migrant-e-s dans le PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
. Cette part est, en effet, passée de 6,1 % en 2005 à 8,1 % en 2010. Le montant des fonds transférés est quant à lui en constante hausse depuis les années 2000. Le volume net des transferts de fonds des migrant-e-s est passé de 143 millions de dollars US en 2005 à 231 millions de dollars US en 2010. Une comparaison entre les montants envoyés par les migrant-e-s togolais-e-s et les appuis budgétaires accordés au Togo par les pays développés en fonction des années montre que, depuis cinq ans, le total des sommes envoyées par les migrant-e-s togolais-e-s est de 3 à 6 fois supérieur à celui des appuis budgétaires accordés au Togo à titre d’aide par les pays développés.

Cette étude souligne également la place importante occupée par les transferts de fonds de la diaspora togolaise installée dans les pays africains comparativement à ceux de la diaspora togolaise résidant en Europe, comme le démontre le tableau suivant :

1.Diaspora togolaise aux États-Unis 47,12 millions US$
2.Gabon 44,67millions US$
3.Espagne 29,96 millions US$
4.France 22,54 millions US$
5.Côte d’ivoire 18,59 millions US$
6.Burkina Faso 12,91 millions US$
7.Congo 8,45 millions US$
8.Allemagne 7,32 millions US$

Au vu de ces données, on peut facilement comprendre pourquoi le Togo a tout intérêt à mieux prendre en compte sa diaspora. Le gouvernement togolais a ainsi lancé ces dernières années divers programmes envers ses migrant-e-s pour optimiser leur implication dans le développement du pays. Ces programmes ont été consolidés par la création au ministère des affaires étrangères d’une Direction des Togolais de l’extérieur qui coordonne les questions liées à la diaspora et règle les problèmes que rencontrent les migrant-e-s.

En effet et fort malheureusement, tandis qu’augmente la reconnaissance de la contribution des migrant-e-s au développement mondial, les migrant-e-s sont plus que jamais l’objet des politiques répressives et discriminatoires à des fins électoralistes dans les pays d’accueil. Le plus regrettable est la politique des pays du Sud envers leur propre diaspora. Faisant le jeu des pays d’accueil, ils signent des accords de gestion des flux migratoires avec des clauses de réadmission de leur migrant-e-s manu-militari et sans aucun respect des droits humains. Le Togo est l’un de ces pays à avoir signé des accords de gestion des flux migratoires avec la France au détriment de ces migrant-e-s, pourtant d’un apport économique considérable. Mais l’avenir de la diaspora togolaise reste encore à écrire. Qui vivra verra. 



Samir Abi

ATTAC-CADTM Togo

Autres articles en français de Samir Abi (25)

0 | 10 | 20