Sur les transferts du Sud vers le Nord

Les transferts de la Périphérie vers le Centre, du Travail vers le Capital

31 août 2003 par Eric Toussaint


Une idée est fortement ancrée dans l’opinion publique : le Nord vient en aide au Sud. François Mitterrand,
pourtant, déclarait à Naples lors de la réunion du G7 G7 Groupe réunissant les pays les plus puissants de la planète : Allemagne, Canada, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon. Leurs chefs d’État se réunissent chaque année généralement fin juin, début juillet. Le G7 s’est réuni la première fois en 1975 à l’initiative du président français, Valéry Giscard d’Estaing. de juillet 1994 : "En dépit des sommes considérables
affectées aux aides bilatérales et multilatérales, le flux des capitaux qui viennent d’Afrique vers les pays
industriels, est plus important que le flux de ceux-ci vers les pays en développement"
.

En fait, il y a un transfert massif du surproduit social créé par les salariés et les petits producteurs du Sud
vers les classes dominant es des pays industrialisés et des pays du Tiers Monde. Ce chapitre présente
d’abord un aperçu général des différentes formes de transfert du Sud vers le Nord -en relevant
également les transferts des salariés et des petits producteurs vers les capitalistes du Nord comme du
Sud, puis les pertes de rentrées potentielles de devises enregistrées par le Sud en raison des politiques
protectionnistes du Nord. Enfin, il aborde les envois des migrants vers les PED et certains aspects de
l’aide publique au développement.



Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation,Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.