28 mai

Facebook live

Macron et la diplomatie de la dette Rencontre avec Ndongo Sylla

En avril dernier, Emmanuel Macron annonçait « vouloir aider l’Afrique » face au coronavirus en évoquant un moratoire sur la dette contractée par les pays africains.

Le président français a-t-il cherché à contraindre les différents créanciers privés et publics des États africains ou visait-il surtout un effet d’annonce ? Quels vont être les effets du moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir. Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998 et de l’Équateur en 1999. sur les remboursements décidés pour le reste de l’année 2020 ? Quelle analyse peut-on faire de cette annonce au regard de la politique française menée en Afrique ?

Pour répondre, nous serons en direct avec l’économiste Ndongo Samba Sylla, le mercredi 27 mai à 18h sur Facebook.

Le rendez-vous sera diffusé ici :
https://www.facebook.com/surviefrance/live
et sera accessible à tous, même les non-inscrits au réseau.


NOTRE INVITÉ

Économiste du développement, Ndongo Samba Sylla a notamment dirigé l’ouvrage collectif « Les mouvements sociaux en Afrique de l’Ouest. Entre les ravages du libéralisme économique et la promesse du libéralisme politique » (L’Harmattan & Fondation Rosa Luxemburg, 2014) et est l’auteur, avec la journaliste Fanny Pigeaud, de « L’arme secrète de la Françafrique. Une histoire du franc CFA » (La Découverte, 2018).


RAPPEL DU CONTEXTE

Lors de son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron a créé la surprise en expliquant, face aux conséquences à venir de la pandémie de Covid-19, que « nous devons aussi savoir aider nos voisins d’Afrique (...) sur le plan économique en annulant massivement leurs dettes. » Dès le lendemain sur RFI, il a expliqué s’être rallié stratégiquement à la proposition de l’Union africaine demandant un moratoire, c’est-à-dire un gel des remboursements, avant de travailler à une « restructuration de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
africaine » - terme qui recouvre tant des annulations partielles qu’un rééchelonnement des remboursements, mais pas la fin des problèmes.

C’est bien un moratoire qui a été décidé pour le reste de l’année 2020 mais le président français s’est ainsi arrogé le bon rôle, celui d’un partenaire généreux et solidaire qui serait victime à tort d’un sentiment « anti-français » croissant, face à une Chine rapidement accusée de ne pas soutenir la proposition macronienne. L’initiative de l’Élysée avait aussi l’intérêt de discrètement soutenir les créanciers privés en assurant, en cas d’annulations de dettes de la part de créanciers publics comme la France, la solvabilité des États africains et donc le maintien des remboursements à ces grandes banques internationales – une sorte de plan de sauvetage bancaire qui ne dit pas son nom.


SURVIE.ORG

L’association Survie s’oppose à toutes les formes d’intervention néocoloniale française en Afrique, et milite pour une refonte de notre politique étrangère sur le continent.

Survie propose une analyse critique et des modalités d’actions pour exiger la fin de l’ingérence et un contrôle réel des choix politiques faits en notre nom. Elle rassemble les citoyennes et citoyens qui désirent s’informer, se mobiliser et agir au sein d’une vingtaine de groupes et de relais locaux.

Soutenez nos actions, adhérez à l’association
https://survie.org/l-association/soutenir

Survie.org
Facebook.com/surviefrance
Twitter : @Survie


Organisé par Survie avec le soutien du CADTM


Source : Survie

À venir

  • 29/05

    Covid-19: Tiempo para un renovado movimiento contra la Deuda

  • 29/05

    Debate: Crisis Económica Mundial