Maroc. 32 ans de plomb pour Agadil et ses camarades

23 janvier 2012 par ATTAC/CADTM Maroc


Le 19 janvier 2012, la cour d’appel de Safi a prononcé des jugements iniques envers plusieurs militants du mouvement contestataire de Safi (les détenus du 1er août) et les environs. Parmi eux, le camarade Abdeljalil Agadil, membre d’ATTAC/CADTM Maroc et le Mouvement du 20 février (M20), les peines prononcées sont comme suit :

- Hicham Tani, A. Agadil, Ali Taâban et El Mehdi Ghiwam : 4 ans de prison ferme
- Amine Abou Al Iddam, Omar Martab, Yassine Al Mahili, Abdelkarim Koundi, Abdelkader Al fidadi, Adil Zaid et Amine El Touzani : 2 ans de prisons ferme
- Mohamed Assarssar et Boujemaâ : Un an de prison ferme
- Miloud Al Habti et Aziz Benchrifa : 4 mois de prison ferme

Ces peines confirment le caractère répressif de l’Etat marocain. La « Justice des riches » a sévi suite à un simulacre de procès. Ces jeunes ont été condamnés car ils ont revendiqué le droit au travail, la liberté et la dignité pour le peuple marocain. Leur participation dans le M20 traduisait ce combat.

Safi, déjà meurtrie par la perte de deux de ses jeunes (Kamal Amari et Mohamed Boudourwa) suite à la répression policière sanglante de 2011, subit les foudres d’un appareil répressif local. L’objectif de ces arrestations et ces condamnations est d’empêcher tout enracinement populaire du M20 à Safi comme ailleurs. Pourtant, ce mouvement populaire a démontré tout au long des 11 mois passés, qu’il n’est pas prêt de s’arrêter tant que le despotisme et la corruption sévissent dans notre pays.

Suite à ce jugement injuste, le Secrétariat national d’ATTAC/CADTM Maroc annonce ce qui suit :

- La responsabilité de cette mascarade et ces jugements iniques incombe à l’Etat et toutes ses institutions.
- Le procès d’Agadil et ses camarades est politique et il n’a rien d’un simple dossier pénal.
- Nous exigeons la libération immédiate des prisonniers politiques dans les événements du 1er août à Safi.
- Ceux qui devront être jugés se sont les auteurs de crimes économiques et politiques dans notre pays et non pas ceux qui luttent contre le despotisme et le népotisme.
- Nous appelons les organisations militantes ici et ailleurs de continuer leurs actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
de solidarité avec ces militants et tous les autres prisonniers politiques au Maroc.
- Ce procès renforce notre conviction que le changement effectif au Maroc passe par l’enterrement de la constitution du régime absolu et la construction d’un régime démocratique.

La solidarité et la pression populaire nous permettront de libérer nos camarades comme ce fut le cas en 2005 avec les détenus dans le procès d’Imini qui ont écopé de 10 ans de prison et le mouvement de solidarité nous a permis d’obtenir leur libération.

Secrétariat national d’ATTAC/CADTM Maroc

20 janvier à Rabat




ATTAC/CADTM Maroc

membre du réseau CADTM, l’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne.
www.attacmaroc.org
http://arabic.cadtm.org/

Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc
Email : attac.cadtm.maroc chez gmail.com
Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39

Autres articles en français de ATTAC/CADTM Maroc (115)