Maroc : Solidarité avec les habitants de Douar Krimat, Casablanca

2 janvier 2014 par Souad Guennoun

Expropriation Douar Krimat 30/12/13 :

Douar Krimat, Aïn Sebaa à Casablanca, ce matin, les militant-es d’Attac, de l’AMDH, sont venus soutenir les familles, soit 42 personnes menacées d’expropriation et démolition de leurs baraques ce jour. Nous avons réussi à stopper les démolitions de 24h. Avons déployé banderole et crié des slogans pour le droit au logement digne, stop répression et démolition… Les agents et forces d’autorités sur place, sèment la terreur parmi les habitants, les menaçant de détention et/ou font des promesses vaines : obtenir un logement de 52 m2. Pour cela, ils doivent faire une avance et obtenir un crédit. La plupart des habitants n’ont pas de revenus stables, pas de possibilité d’avoir un compte bancaire leur permettant d’obtenir un crédit, de plus chaque famille est composée de 10 personnes en moyenne. Les femmes sont les plus touchées : femmes abandonnées, divorcées, veuves, sans droit, femmes avec enfants non recensés, donc sans papier d’identité, sans état civil, citoyens de non droits…

Pour casser le M20F, le makhzen a soudoyé, promis des logements à certains, exclus d’autres du recensement, pour briser le mouvement et diviser la lutte des habitants.

Le makhzen, ses élus et représentants, sa mafia immobilière et ses sbires, ont réussi à semer la division et la suspicion parmi les habitants. Ils ont décrété : « Casablanca sans bidonvilles en 2014 » et lancé une énorme campagne publicitaire et médiatique soutenue par des technocrates et associations aux ordres.

Mais combien de temps encore parviendront-ils à canaliser la révolte.

Un appel est lancé au rassemblement des habitants de tous les quartiers menacés, d’une coordination des organisations et associations pour exiger le droit au logement digne pour tou-te-s.

Suite 2 : Expropriation Douar Krimat 31/12/13 :

Le Caïd et les forces de l’ordre sont intervenus au Douar Krimat ce matin pour intimer l’ordre aux 2 familles restées sur place de démolir et vider les lieux.

Ces familles sont composées, l’une de 19 individus et l’autre de 15 autres. Elles ont refusé d’être recasées chacune dans un appartement d’une superficie de 52 m2, insuffisant pour contenir autant de personnes.

Le caïd accompagné de ses sbires a donné ordre de démolir : aucune baraque ne doit rester en 2014 !

Ils ont obligé les 2 familles à démolir et quitter les lieux. Menacées et terrorisées, 34 personnes, vieux, femmes, enfants ont été jetées dans la rue en plein hiver.

Des promesses orales ont été faites aux 2 familles : démolissez, évacuez et chaque famille sera casée dans un appartement de 52 m2.

L’après midi, les tracs sont venus aplanir le terrain.

Une famille constituée de 15 personnes et une autre de 19 personnes ont reçu la promesse d’être logés dans un appartement de 52 m2 !

Pour cela, chaque famille attendra son tour pour bénéficier d’un appartement, et devra pouvoir payer 90000 dh.

En attendant, chacun se débrouillera pour trouver à se loger.

En plein hiver, des familles ont été contraintes de démolir leurs baraques, de quitter les lieux, se débrouiller, vieux, femmes et enfants. Ils attendront la mise sur pied d’une commission qui étudiera la possibilité (de la promesse) de leur re-logement. Pendant ce temps, tracx, pelleteuses, niveleuses, aplanissent le terrain, déracinent les derniers figuiers de Casablanca.

Défiant les normes de l’urbanisme, des immeubles taudis continueront à surgir, des cités lugubres surpeuplées où s’entassent des familles composées. Sans respect des normes de sécurité et règles élémentaires d’hygiène, sans espaces verts ni équipements collectifs, sans soleil, air et lumière nécessaires et vitaux.

Un tel espace ne pourra générer que violence et drames sociaux.

Dans ces cités où s’entassent des familles nombreuses, chacun se débrouille.

Sans travail fixe et donc sans revenus fixes, ils n’ont d’autre solution que de s’endetter pour payer les quelques mètres carrés, puis tomber dans la spirale de l’endettement…

Un tel espace est à l’image de ceux qui nous gouvernent, des prédateurs qui se nourrissent des misères et malheurs qu’ils génèrent.

Seul un sursaut collectif peut stopper de prochains drames comme ceux de Douar Krimat.


Auteur.e

Souad Guennoun

Architecte et photographe renommée, vit à Casablanca. Elle témoigne depuis plusieurs années des crises sociales du Maroc d’aujourd’hui : émigration clandestine, enfants des rues, situation des femmes, luttes ouvrières, etc. Elle filme les luttes menées contre la concentration des richesses, les restructurations d’entreprises provoquées par le néo libéralisme, les choix du régime monarchique visant à soumettre la population aux exigences de la mondialisation financière. Elle est membre d’ATTAC-CADTM Maroc.