Mettre un terme aux politiques néocoloniales de l’UE dans le domaine du commerce et des investissements : Pressions économiques venant d’en haut, réaction sociale venant d’en bas

22 septembre par Patrick Bond


Seattle, 1999. WTO = World Trade Organization (OMC)

Résumé : L’Union européenne et l’Afrique ont eu des relations exceptionnellement conflictuelles même après la fin de l’esclavage et du colonialisme. Aujourd’hui encore, les relations entre la société civile afro-européenne d’en bas sont souvent opposées à un lien entre l’État et le capital d’en haut. Ces derniers poursuivent généralement encore des modes néolibéraux et extractivistes d’accumulation du capital et cherchent à obtenir des avantages de puissance géopolitique au sein d’un système multilatéral hostile. Dans le cas spécifique de l’Afrique du Sud, cela se traduit par une dialectique sub-impériale/anti-impériale pleine de rhétorique extrême et d’alliances multilatérales malaisées. Pourtant, d’en bas, la situation ressemble aux arguments avancés par Karl Polanyi dans le « double mouvement » marché contre société contre marché, mais s’étend à l’échelle intercontinentale. Ainsi, alors que la plupart des forces européennes qui influencent l’Afrique du Sud et le reste de l’Afrique renforcent l’hégémonie des entreprises occidentales existantes, il existe également une résistance périodique de la société civile, qui remonte à l’activisme anti-esclavagiste d’il y a deux siècles.

Parmi les exemples récents, citons la solidarité anti-apartheid, la lutte contre la commercialisation de l’eau par les entreprises européennes à Johannesburg, les combats contre les maisons minières et les consommateurs de minéraux européens, et la contestation de la propriété intellectuelle appliquée aux médicaments contre le sida, qui, avec le soutien d’ONG européennes, a conduit à une augmentation spectaculaire de l’espérance de vie. La dialectique n’est donc pas seulement entre les élites européennes et sud-africaines, mais aussi entre les élites et des citoyens de plus en plus en colère, dont certains ont développé des initiatives militantes convaincantes qui suggèrent qu’une « mondialisation des personnes » peut réellement faire face à la mondialisation du capital. Comme le montre la menace du coronavirus Covit-19 en 2020, il est désespérément nécessaire de réorienter les économies africaines pour répondre aux besoins sociaux de base (en particulier en matière de santé publique). Pour ce faire, il faut amplifier le projet de « localisation », afin que la période ultérieure de « distanciation personnelle » et de restrictions aux frontières n’empêche pas les militants de s’engager dans des formes virtuelles de solidarité sociale.

 Introduction

L’Afrique du Sud est un pays d’étude de cas essentiel pour envisager les relations européennes inégales entre les élites et aussi entre les militants de base, dans l’esprit du double mouvement de Karl Polanyi (1956). Lorsque les relations de marché envahissent trop d’aspects de la société et de l’écologie, les mouvements populaires résistent. Bien que l’une des questions les plus urgentes soit le rejet par certains Européens de la solidarité historique entre les peuples en raison de la montée de la xénophobie et de la diminution du soutien aux réfugiés, notamment en Italie, peu de Sud-Africains, voire aucun, sont directement touchés [1].

Contrairement aux tendances proto-fascistes et racistes qui semblent se développer en Europe et en Afrique du Sud, l’économiste britannique John Maynard Keynes (1933) aproposé l’une des formules les plus généreuses, un sentiment sur lequel reposent les arguments cidessous : Je sympathise avec ceux qui voudraient minimiser, plutôt qu’avec ceux qui voudraient maximiser, l’enchevêtrement économique entre les nations. Les idées, les connaissances, la science, l’hospitalité, les voyages - voilà ce qui devrait être de nature internationale. Mais que les biens soient produits à domicile chaque fois que cela est raisonnablement et commodément possible et, surtout, que les finances soient essentiellement nationales.

En d’autres termes, Keynes était pour la mondialisation Mondialisation (voir aussi Globalisation)
(extrait de F. Chesnais, 1997a)
Jusqu’à une date récente, il paraissait possible d’aborder l’analyse de la mondialisation en considérant celle-ci comme une étape nouvelle du processus d’internationalisation du capital, dont le grand groupe industriel transnational a été à la fois l’expression et l’un des agents les plus actifs.
Aujourd’hui, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir là. La « mondialisation de l’économie » (Adda, 1996) ou, plus précisément la « mondialisation du capital » (Chesnais, 1994), doit être comprise comme étant plus - ou même tout autre chose - qu’une phase supplémentaire dans le processus d’internationalisation du capital engagé depuis plus d’un siècle. C’est à un mode de fonctionnement spécifique - et à plusieurs égards important, nouveau - du capitalisme mondial que nous avons affaire, dont il faudrait chercher à comprendre les ressorts et l’orientation, de façon à en faire la caractérisation.

Les points d’inflexion par rapport aux évolutions des principales économies, internes ou externes à l’OCDE, exigent d’être abordés comme un tout, en partant de l’hypothèse que vraisemblablement, ils font « système ». Pour ma part, j’estime qu’ils traduisent le fait qu’il y a eu - en se référant à la théorie de l’impérialisme qui fut élaborée au sein de l’aile gauche de la Deuxième Internationale voici bientôt un siècle -, passage dans le cadre du stade impérialiste à une phase différant fortement de celle qui a prédominé entre la fin de Seconde Guerre mondiale et le début des années 80. Je désigne celui-ci pour l’instant (avec l’espoir qu’on m’aidera à en trouver un meilleur au travers de la discussion et au besoin de la polémique) du nom un peu compliqué de « régime d’accumulation mondial à dominante financière ».

La différenciation et la hiérarchisation de l’économie-monde contemporaine de dimension planétaire résultent tant des opérations du capital concentré que des rapports de domination et de dépendance politiques entre États, dont le rôle ne s’est nullement réduit, même si la configuration et les mécanismes de cette domination se sont modifiés. La genèse du régime d’accumulation mondialisé à dominante financière relève autant de la politique que de l’économie. Ce n’est que dans la vulgate néo-libérale que l’État est « extérieur » au « marché ». Le triomphe actuel du « marché » n’aurait pu se faire sans les interventions politiques répétées des instances politiques des États capitalistes les plus puissants (en premier lieu, les membres du G7). Cette liberté que le capital industriel et plus encore le capital financier se valorisant sous la forme argent, ont retrouvée pour se déployer mondialement comme ils n’avaient pu le faire depuis 1914, tient bien sûr aussi de la force qu’il a recouvrée grâce à la longue période d’accumulation ininterrompue des « trente glorieuses » (l’une sinon la plus longue de toute l’histoire du capitalisme). Mais le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la « révolution conservatrice » de la fin de la décennie 1970.
des personnes et la déglobalisation du capital. Bien que les formes sociales, politiques, économiques et environnementales de la solidarité entre les peuples n’aient pas été à son ordre du jour, d’innombrables actes de l’internationalisme de la société civile sont, historiquement et actuellement, des marqueurs clairs de la dissolution des frontières nationales artificielles. De même, l’Afrique du Sud révèle les dégâts considérables causés par les flux de capitaux mondialisés en quête de taux de profit plus élevés dans des conditions de « super-exploitation » soutenue. Comme Rosa Luxemburg l’a systématiquement constaté pour la première fois en 1913 (en partie sur la base des comptes rendus de John Hobson sur le front, 1902), la super-exploitation est toujours très répandue en Afrique du Sud. Pour les multinationales, les mérites économiques de ce qu’elle considère comme des relations inégales « capitalistes/non-capitalistes » comprennent la dégradation écologique et les systèmes de travail des migrants qui ont permis aux niveaux de salaire de rester constamment en dessous du coût de reproduction de la force de travail, puisque les femmes dans les conditions de l’apartheid et de l’après-apartheid ont souvent compensé la différence dans des sites de travail éloignés (Bond 2019). Comme l’a dit le Luxembourg (2003, 327) : L’accumulation de capital éclate périodiquement lors des crises et pousse le capital à une extension continue du marché. Le capital ne peut pas s’accumuler sans l’aide de relations non capitalistes, ni ... tolérer leur existence continue à ses côtés. Seule la désintégration continue et progressive des relations non capitalistes rend possible l’accumulation du capital. Les rapports non capitalistes constituent un terreau fertile pour le capitalisme ; plus strictement : le capital se nourrit des ruines de ces rapports, et bien que ce milieu non capitaliste soit indispensable à l’accumulation, celle-ci se fait néanmoins au prix de ce milieu, en le dévorant. Historiquement, l’accumulation du capital est une sorte de métabolisme entre l’économie capitaliste et ces modes de production pré-capitalistes sans lesquels il ne peut pas continuer et qui, dans cette optique, se corrode et s’assimile.

Cependant, il y a eu aussi des cas de profonde solidarité dans la résistance. Les mouvements anti-apartheid sud-africains se sont appuyés sur des alliés internationaux (notamment européens) pour modifier radicalement les relations de pouvoir au cours des années 1980, ce qui a conduit au règlement négocié de 1990-1994 (Thörn 2006). Cela s’est fait en partie grâce à des sanctions économiques populaires, partant de la base - émanant à l’origine des Européens progressistes et antiracistes dans les années 1950 - qui, en 1985, ont porté un coup décisif à l’apartheid. Une fois qu’une Afrique du Sud démocratique a réintégré la « communauté internationale » après 1994, la dynamique est redevenue dominante : Renforcement de la puissance internationale (fortement influencée par l’Europe) avec l’aide de l’État sud-africain et des entreprises, et vice versa.

Même si la rhétorique anti-impérialiste a été conservée par le parti au pouvoir, la conclusion d’accords - parfois appelés « pactes faustiens » (Kasrils 2017) - a laissé les dirigeants sud-africains inféodés aux institutions multilatérales, aux traités d’investissement régionaux/bilatéraux (avec des niveaux de conflit particulièrement élevés pour les traités européens sur le commerce et l’investissement), aux sources d’IDE Investissements directs à l’étranger
IDE
(extrait de CHESNAIS, 1994, p. 40)
Les investissements étrangers peuvent s’effectuer sous forme d’investissements directs ou sous forme d’investissements de portefeuille. Même s’il est parfois difficile de faire la distinction pour des raisons comptables, juridiques ou statistiques, on considère qu’un investissement étranger est un investissement direct si l’investisseur étranger possède 10% ou plus des actions ordinaires ou de droits de vote dans une entreprise. Bien qu’arbitraire, ce critère a été retenu car on estime qu’une telle participation est un investissement à long terme qui permet à son propriétaire d’exercer une influence sur les décisions de gestion de l’entreprise.
En revanche, un investissement étranger qui est inférieur à 10% sera comptabilisé comme un investissement de portefeuille. On considère que les investisseurs de portefeuille n’exercent aucune influence sur la gestion d’une société dont ils possèdent des actions. Les investissements en portefeuille désignent l’ensemble des dépôts bancaires et des placements financiers sous forme de titres publics ou privés.
Les flux d’investissement directs, quelle que soit leur destination, représentent la somme des éléments suivants : - apports nets en capital accordés par l’investisseur direct sous forme d’achat d’actions ou de parts, d’augmentation de capital ou créations d’entreprise ; - prêts nets, y compris les prêts à court terme et avances consenties par la maison mère à sa filiale ; - bénéfices non distribués (réinvestis).
(au moment même où les sociétés sud-africaines ont été réintroduites à la cote à Londres) et à diverses relations sectorielles. Les Européens ont joué un rôle central dans ces interfaces sud-africaines entre l’État, les entreprises et les organisations sociales. D’autre part, si l’on se réfère aux sanctions populaires généralisées contre l’apartheid, il existe des exemples inspirants de la façon dont le pouvoir mondial peut être critiqué et renversé par des militants d’en bas, avec un rebondissement positif pour la gouvernance sud-africaine.

Par conséquent, bien que ce chapitre divise le sujet en sections d’avant et d’après 1994, il part du principe que les fonctionnaires de Pretoria et les chefs d’entreprise de Johannesburg ont joué un rôle durable dans les pratiques impériales de l’UE. Comme nous le verrons plus loin, celles-ci sont souvent aujourd’hui déguisées par des prises de position politiques antiimpériales.

Dans plusieurs cas, cependant, la stratégie de Pretoria, qui consistait à parler de gauche à droite, a été perturbée par des influences mondiales venues d’en bas, notamment un activisme international avec un fort activisme de solidarité sociale de l’UE. Ce lien avec la base était nécessaire pour surmonter les rapports de force politiques nationaux défavorables dans une Afrique du Sud post-apartheid où le néolibéralisme de l’État et les projets de « développement » centrés sur les fossiles ont fonctionné pour le compte des entreprises européennes, tout comme l’économie politique de l’apartheid précédent.

Tous ces cas reflètent le flux et le reflux constant de la puissance entre les internationalismes d’en haut et d’en bas. C’est vers un bref historique de la manière dont ces relations de pouvoir internationales et régionales - impliquant en particulier les Européens - se sont répercutées sur l’économie politique sud-africaine que nous nous tournons maintenant.

 Les influences répressives internationales d’avant 1994 liant les luttes de pouvoir entre l’Afrique du Sud et l’UE

Les influences européennes et internationales sur la politique publique sud-africaine depuis la colonisation au XVIIe siècle sont variées, et les intérêts géopolitiques ont changé de façon spectaculaire au fil du temps, avec de nombreuses contingences. Mais bien qu’aucune généralisation n’ait été proposée, au moins en termes de documentation des incidents des relations entre le monde et la population locale, il y a eu des impulsions de pouvoir distinctes qui reflétaient les processus internationaux et régionaux stimulant les forces hégémoniques (principalement blanches, capitalistes), créant des contradictions qui ont conduit à de nouvelles configurations de pouvoir.

Alors que l’immigration régionale des populations bantoues s’est étendue aux territoires khoisans informellement installés à partir de 300 ce, c’est l’invasion européenne de 1497 qui a créé l’Afrique du Sud de manière décisive. Les Hollandais et les Français ont été les premiers colons d’Afrique du Sud après l’exploration portugaise, mais la Grande-Bretagne a ensuite pris le contrôle colonial il y a plus de deux siècles. Les frontières nationales du continent n’ont été conceptualisées qu’en 1884-1885 lors de la conférence de Berlin « Scramble for Africa », ellemême le résultat des pressions de la suraccumulation de capitaux émanant des marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
de Londres et de Paris (Phimister 1992). Cependant, c’était bien avant que les relations avec les Européens à la recherche de profits ou religieux missionnaires ne déforment profondément l’histoire politique, économique, sociale et environnementale de l’Afrique du Sud. En plus des crises économiques répétées qui ont amplifié le développement inégal de l’Afrique du Sud (Bond 2003), les processus géopolitiques internationaux ont généré divers conflits.

Par exemple, des explorateurs portugais menés par Vasco de Gama sont entrés dans les eaux sud-africaines en 1497, mais c’est la colonie du Cap de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales de Jan van Riebeck, en 1652, qui a non seulement permis l’installation d’une station d’observation sur la route asiatique, mais qui a bientôt attiré des colons néerlandais, français, allemands et belges, en particulier des réfugiés religieux - plus tard les principaux éléments du peuple « Afrikaner ». Le pillage, la dépossession et l’esclavage ont caractérisé leur premier régime, les indigènes étant soumis au travail forcé, tout comme ceux qui ont été pris dans la sphère d’influence asiatique des Pays-Bas, y compris la Malaisie. Des vagues de colons britanniques ont suivi, en particulier après la guerre napoléonienne de 1803-1815 qui a conduit à la prise du Cap par la Grande-Bretagne en 1806, l’agriculture commerciale devenant de plus en plus rentable dans cette région. Les marchands portugais du Mozambique voisin et de l’Angola ont pratiqué la traite des esclaves pendant une bonne partie du XIXe siècle, ce qui a entraîné une forte pression des marchés de Maputo sur ce qui est devenu le territoire résidentiel du roi zoulou Shaka, contribuant ainsi à la consolidation des Zoulous par le biais des bouleversements « Mfecane », qui à leur tour ont poussé le peuple Ndebele vers le nord, au Zimbabwe.

Mais la résistance était également importante. Alors que la puissance des militants antiesclavagistes mondiaux (surtout britanniques) et locaux s’est accrue entre les années 1810 et 1830, les Afrikaners du Cap (plus tard connus sous le nom de fermiers « Boers ») se sont rebellés géographiquement et ont marché vers le nord jusqu’au fleuve Limpopo. Dans les champs de canne à sucre du KwaZulu-Natal, près du port de Durban, le recrutement par les marchands britanniques de travailleurs indiens sous contrat a fourni de la main-d’œuvre de 1860 à 1914. L’implication de l’armée britannique dans la politique locale a été officialisée en 1870 avec le conflit contre les Boers dans le nouvel État souverain Orange Free State. Des découvertes minérales exceptionnelles (les diamants de Kimberley en 1867 et l’or de Johannesburg en 1884) ont entraîné un afflux rapide de capitaux financiers opportunistes à Londres ainsi qu’une immigration massive en provenance d’Afrique australe, d’Europe et d’aussi loin que la Chine, laissant l’économie du pays « aux ressources maudites » pour toujours.

Le pouvoir économique centralisateur d’un immigrant anglais spécifique, Cecil John Rhodes, et sa fidélité à la reine Victoria, ont étendu l’empire britannique loin au nord-est, englobant ce qui est aujourd’hui le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi en 1900. La conférence de Berlin de 1884-1885 - « Scramble for Africa » - a établi la carte générale de la conquête coloniale, y compris les frontières de l’Afrique du Sud (les Africains n’étaient pas présents à Berlin). Après avoir renforcé la résistance de la guérilla boer à la Grande-Bretagne, la guerre civile sudafricaine de 1899-1902 a été menée principalement entre Blancs. Elle a eu un impact énorme sur les sentiments anti-impériaux dans le monde, étant donné la sympathie générale pour les victimes des Afrikaners dans les premiers camps de concentration du monde. Le résultat a été l’Union d’Afrique du Sud en 1910, alors que Londres faisait des concessions politiques à l’ensemble du groupe ethnique blanc. Le Mahatma Gandhi a été le premier grand critique indien de l’apartheid, mais son rôle initial (1894-1906), basé sur l’apaisement par rapport au colonialisme britannique, n’a obtenu que des concessions marginales pour les Indiens. Il a également eu l’effet négatif de diviser de manière décisive les Indiens des Africains, en particulier pendant la rébellion infructueuse des Zoulous, en 1906, contre les Bambatha. Mais une fois que la stratégie satyagraha de Gandhi est devenue plus insistante, en 1914, le principal homme politique afrikaner Jan Smuts (alors secrétaire colonial) a fait des concessions mineures à Gandhi, bien que ce dernier ait rapidement quitté l’Afrique du Sud, pour ne jamais y revenir.

Le premier engagement sud-africain dans la Première Guerre mondiale (1914-1918) a suivi le génocide allemand du peuple Herero namibien voisin (65 000 personnes sur 80 000 ont été tuées de 1904 à 1907) et a permis la recolonisation du « Sud-Ouest africain » par Pretoria en 1915 jusqu’à son indépendance après une lutte armée et la solidarité internationale en 1990. Le crash boursier mondial de 1929 a eu des conséquences néfastes sur la consommation de diamants de luxe, et a été suivi par la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale.

Conformément à la théorie de la « dépendance », ces événements ont eu des conséquences extrêmement positives sur la création d’une économie plus équilibrée (« industrialisation par substitution des importations ») en Afrique du Sud.

La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) a attiré une multitude de Sud-Africains au combat, une faction de Blancs s’étant alignée sur l’Allemagne nazie. La victoire de ces Afrikaners beaucoup plus conservateurs lors des élections de 1948 (réservées aux Blancs) a été suivie d’une politique intensément nationaliste. Pourtant, le règne du Parti national afrikaner de 1948 à 1994 a finalement permis de conclure de solides alliances avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et Israël, entre autres puissances occidentales, et d’accueillir de nouveaux investissements d’entreprises européennes et américaines. La conférence de Bretton Woods de 1944, qui a restructuré la finance mondiale, a aligné les intérêts de production d’or de Johannesburg sur l’hégémonie économique d’après-guerre des États-Unis à l’Ouest, tandis que les relations du diamantaire De Beers avec l’Est comprenaient, subrepticement, le partage du butin du cartel avec l’Union soviétique.

Alors que les rivalités de la guerre froide s’intensifiaient, le rôle de plus en plus « subimpérial » de Pretoria a d’abord soutenu temporairement les voisins coloniaux rhodésiens et portugais du nord-est et du nord-ouest pendant les années 1970. Mais après les libérations du Mozambique et de l’Angola en 1975, le régime d’apartheid a tenté de créer une « constellation d’États » en 1979 parmi les bantoustans et les États africains voisins plus conservateurs (« Zimbabwe-Rhodésie », Namibie en tant que « Sud-Ouest africain », Botswana, Lesotho, Swaziland) et s’est également engagé par la suite dans des actions de sensibilisation auprès des dictateurs de droite au Malawi, au Kenya et au Zaïre. Mais ce projet a échoué, en raison d’une réaction brutale en 1980 contre la Constellation d’États en faillite, sous la forme de la Conférence de coordination du développement de l’Afrique australe entre les États de première ligne de la région (reformulée sous le nom de Communauté de développement de l’Afrique australe après la fin de l’apartheid). Malheureusement, ce régionalisme anti-Pretoria a été façonné par l’aide des États occidentaux, en grande partie afin de promouvoir l’accumulation des entreprises axées sur l’exportation (par exemple, par le biais de voies de transport alternatives comme le couloir de Beira au Mozambique). Dans les années 1980, Pretoria a commencé à abandonner ses interventions militaires directes de plus en plus coûteuses dans la région pour soutenir la destruction du Mozambique et de l’Angola par la guérilla occidentale des mouvements Renamo et Unita. Les deux principaux points chauds de la guerre froide en Afrique ont laissé environ un million de victimes civiles sur chaque front de bataille jusqu’à ce que les principales hostilités cessent en 1992 et 2001, respectivement.

À Pretoria, la crise financière de 1985 a finalement permis de passer d’une stratégie de classe dirigeante « sécurisante » à une stratégie de classe dirigeante « éconocratique ». À partir de 1989, cela a entraîné un retour soudain des institutions de Bretton Woods en Afrique du Sud, apportant une assistance technique et des conseils politiques (par exemple, la mise en œuvre de la taxe sur la valeur ajoutée en 1991 et de nombreuses « missions de reconnaissance » de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
dans divers secteurs du développement), qui a culminé en 1993 avec un prêt du Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
(FMI) de 850 millions de dollars qui a cimenté la politique macroéconomique néolibérale. Après que le Congrès national africain (ANC) et Nelson Mandela aient été interdits en 1990, à la fin de la guerre froide et lors de l’effondrement de l’Union soviétique, il a été embrassé par les anciens bourreaux du Parti républicain américain et du Parti conservateur britannique, surtout après avoir rejeté la nationalisation lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, en 1992.

Ces incidents couvrent les principaux points de basculement entre les différentes forces européennes et locales pendant les périodes de l’esclavage, du colonialisme, du néocolonialisme et de l’impérialisme, avant l’ère du néolibéralisme mondial dans laquelle l’Afrique du Sud post-apartheid a rapidement sombré. Il s’agissait là de certaines des plus importantes forces d’influence internationales renforçant l’hégémonie à l’œuvre avant 1994, laissant un équilibre des pouvoirs si défavorable que la libération complète de l’Afrique du Sud était hautement improbable.

 Les influences libératrices internationales d’avant 1994 liant les luttes de pouvoir entre l’Afrique du Sud et l’UE

En revanche, il y avait aussi des précédents anticolonialistes et anti-apartheid pour une influence progressive potentielle sur la gouvernance post-apartheid de la part de sources internationales, en particulier des Européens solidaires dont la conscience et la solidarité dépassaient les intérêts économiques de leur pays. Ces précédents étaient souvent discrets et déroutants, mais il est important pour tous les mouvements de libération nationale d’invoquer une histoire de lutte anticoloniale unilatéralement héroïque. L’Afrique du Sud est plus que capable de générer à jamais différentes inventions du nationalisme pour répondre à l’objectif visé. Celles-ci ont souvent des implications internationales extrêmement importantes, comme en 2004, lorsque le président de l’époque, Thabo Mbeki, a rendu un hommage éloquent à Portau- Prince à la révolution haïtienne de 1804, rappelant au monde l’existence d’une agence ascendante par rapport à la campagne antiesclavagiste du début du XIXe siècle. Un mois plus tard, Washington et Paris ont soutenu un coup d’État contre l’hôte de Mbeki, Jean-Bertrand Aristide - probablement en raison des nouvelles demandes haïtiennes de réparations de la part de la France - et, à leur crédit, Mbeki et son successeur Jacob Zuma ont ensuite accueilli le président en exil de 2004 à 2011.

Ces processus historiques sont vitaux, car ils englobent les luttes anticoloniales des résistances khoïsanes dans les caps occidental et septentrional, les guerres frontalières du Cap- Oriental et les mouvements de résistance et rébellions indigènes au XIXe et au début du XXe siècle, la fondation de l’ANC en 1912 et la longue campagne d’organisation locale et, finalement, de solidarité internationale qui a permis de renverser le gouvernement d’apartheid en 1994. Le souvenir du processus de résistance de l’Afrique du Sud du niveau local au niveau mondial implique nécessairement aussi une politique panafricaine de libération, dont certaines ont transpiré en Europe où les dirigeants en exil se réunissaient périodiquement. Dès le début du XXe siècle, des efforts ont été déployés pour forger une unité raciale à travers de vastes distances géographiques, comme la première conférence de solidarité africaine enregistrée, qui a été organisée à Londres par l’avocat trinidadien Henry Sylvester-Williams en 1900 (trois ans avant qu’il ne s’installe au Cap).

Par la suite, des efforts ont été faits pour développer la politique de la diaspora africaine par Marcus Garvey, George Padmore et W.E.B. du Bois, ainsi que par des personnalités moins connues comme Anna Julia Cooper et Anna Jones à New York et Charlotte Manye Maxeke en Afrique du Sud. Bien que le rôle de l’Afrique du Sud n’ait pas encore été analysé, d’autres conférences panafricaines ont eu lieu à Paris (1919), Londres, Paris et Bruxelles (1921), Londres, Paris et Lisbonne (1923), New York (1927) et Manchester (1945), qui ont mis en avant le mouvement anticolonial internationaliste. Elles ont été suivies de réunions dans plusieurs sites de l’Afrique post-indépendance (Accra, Dar es Salaam, Lusaka, Harare, Kampala) - des villes dont l’intelligentsia et les militants politiques ont fourni des perspectives à plus long terme sur la stratégie panafricaniste (même si aujourd’hui ce mouvement semble avoir disparu).

Pourtant, l’Europe a accueilli les plus importants mouvements de libération africains, dont l’ANC. L’activité de solidarité européenne et nord-américaine comprenait des boycotts militaires, pétroliers, sportifs, culturels, universitaires et économiques qui se sont multipliés de façon spectaculaire à la base au milieu des années 1980, pour aboutir à plusieurs lois nationales (même une aux États-Unis qui exigeait que le Congrès passe outre au veto pro-apartheid du président Ronald Reagan). En Europe, les gouvernements Thatcher et Kohl ont été des partisans parallèles du prétendu processus de « réforme » de l’apartheid pendant les années 1980, une période de répression. Le plus important a probablement été le resserrement des sanctions financières au milieu de 1985, qui a provoqué la fameuse crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
de Pretoria, le défaut de paiement, la fermeture du marché boursier et l’imposition du contrôle des changes. (Cette crise, à son tour, a mis en évidence la facilitation par les banques suisses des relations économiques internationales de l’Afrique du Sud).

La crise de la dette a amené le directeur général de l’Anglo American Corporation, Gavin Relly, et d’autres hommes d’affaires blancs de premier plan à visiter l’ANC en Zambie, d’où les négociations sur le partage du pouvoir ont finalement commencé sérieusement. D’autres interventions importantes des entreprises européennes auprès des dirigeants de l’ANC pendant la transition se sont déroulées discrètement dans des salles de conseil et des hôtels à Londres, Zurich et Genève. Ces accords ont fait naître le spectre du néocolonialisme, un danger politique que l’ANC a appris pendant l’ère de l’exil, de 1962 à 1990. Longtemps après, des dirigeants sudafricains comme Mbeki ont continué à mettre en garde contre ce que Fanon considérait comme la « fausse décolonisation » généralisée alors en cours en Afrique, comme il l’avait prédit avec tant de justesse en 1961 sur son lit de mort dans son dernier ouvrage, The Wretched of the Earth. La libération de Mandela, après 27 ans de prison, au début de 1990, n’était pas seulement due au mouvement populaire sud-africain et à ses alliés européens et nordaméricains militant pour les sanctions, mais aussi aux puissances impériales qui avaient alors compris son rôle d’icône de la réconciliation (politique locale et économique internationale), quelles que soient les contradictions.

 Après 1994, le principe sud-africain « parler à gauche, marcher à droite » s’applique aux relations UE-Afrique du Sud

L’apartheid dans sa forme juridique la plus odieuse a été renversé en 1994. Cela est dû en partie au fait que pendant la guerre froide, les États étrangers non occidentaux - notamment l’Union soviétique et Cuba (et dans une moindre mesure la Chine) et les États de la ligne de front que sont le Mozambique, l’Angola, le Zimbabwe, la Zambie et la Tanzanie, ainsi que les pays européens aberrants que sont la Suède et la Norvège - ont joué un rôle important dans l’aide aux mouvements de libération.

En revanche, la plupart des États européens étaient les alliés économiques de l’apartheid, et leurs principales banques et entreprises bénéficiaient d’investissements et d’échanges commerciaux lucratifs (Seidel 1986). La principale institution multilatérale influencée par l’Europe était le FMI, un financier qui a accordé à l’apartheid des crédits généreux, notamment lorsque Pretoria a eu du mal à rembourser sa dette en 1976 après le soulèvement de Soweto et en 1982 après l’effondrement du prix de l’or. Alors que la transition vers la démocratie approchait, le directeur général du FMI, Michel Camdessus, a attiré Mandela dans le système financier mondial avec un crédit de 850 millions de dollars en décembre 1993, en partie pour que son nouveau gouvernement rembourse les 25 milliards de dollars de dette héritée de l’apartheid. Ce crédit est souvent cité comme l’un des « pactes faustiens » qui ont scellé les politiques néolibérales ultérieures (Bond 2014 ; Kasrils 2017 ; Terreblanche 2012), malgré un mouvement jubilaire sud-africain croissant appelant à sa répudiation.

La majorité de la société sud-africaine et ses alliés internationaux réclamaient des sanctions depuis le début des années 60 afin de paralyser l’économie raciste. Cela a été fait au milieu de l’année 1985, lorsque les banques occidentales ont subi une pression populaire massive pour se retirer d’Afrique du Sud. Après avoir rappelé des milliards de dollars de prêts à court terme aux grandes entreprises de Johannesburg, le Premier ministre P. W. Botha a déclaré un défaut temporaire de paiement de la dette extérieure, a fermé la bourse Bourse La Bourse est l’endroit où sont émises les obligations et les actions. Une obligation est un titre d’emprunt (l’émetteur la vend à l’acheteur qui doit la rembourser à un taux et une échéance déterminés) et une action est un titre de propriété d’une entreprise. Les actions et les obligations peuvent être revendues et rachetées à souhait sur le marché secondaire de la Bourse (le marché primaire est l’endroit où les nouveaux titres sont émis pour la première fois). et a imposé un contrôle des changes pour mettre fin à la fuite massive des capitaux.

Au début de 1986, l’ancien banquier central suisse Fritz Leutweiler a mis sur pied la coalition de sauvetage qui a rétabli les lignes de crédit de Pretoria, contre les suppliques du mouvement anti-apartheid de ne pas le faire. Néanmoins, le succès spectaculaire des sanctions avait séparé de manière décisive les entreprises blanches (essentiellement anglophones) du régime blanc (essentiellement afrikaners). Les principales entreprises sud-africaines ont finalement reconnu l’ANC comme le représentant légitime de la majorité et ont ouvert des discussions en 1985-1989, avant que Mandela ne soit libéré de 27 ans de prison en 1990 (Bond 2003).

Le souvenir de la société de ceux qui étaient amis à l’époque de l’apartheid et de ceux qui étaient ennemis perdurera dans la conscience sud-africaine pendant des décennies.

Aujourd’hui encore, des banques suisses et allemandes sont accusées d’avoir facilité des transactions d’armes et de pétrole antérieures à 1994, contre les ordres de l’Assemblée générale des Nations unies, et une « campagne de réparation de la dette de l’apartheid » se poursuit, basée à Bâle (van Vuuren 2017 ; Tribunal populaire sur les crimes économiques 2018).

Il subsiste un fort ressentiment à l’égard des élites politiques de droite européennes de cette époque, en particulier Margaret Thatcher et Helmut Kohl, ainsi que des nombreuses sociétés et banques qui ont continué à faire des affaires pendant toute la durée de l’apartheid, ce qui a donné au régime de Pretoria une durée de vie plus longue.

Mais si l’ANC a renoncé à exiger des réparations - pour rembourser à l’Afrique du Sud démocratique les bénéfices réalisés illégitimement par les entreprises lors d’un crime contre l’humanité certifié par l’ONU, plaisant ainsi aux capitales occidentales - néanmoins, plus récemment, de nouvelles tensions sont apparues avec les puissances impériales. Les hauts dirigeants de l’ANC ont affirmé à plusieurs reprises que, grâce aux liens de parenté avec les colons blancs, l’Occident représente toujours une menace pour la souveraineté sud-africaine, qui est gouvernée par la majorité, ainsi que pour la prospérité du bloc Brésil-Russie-Inde-Chine- Afrique du Sud (BRICS), que Pretoria a été invitée par Pékin à rejoindre en 2010.

En février 2019, un exemple spectaculaire de ce sentiment a été donné par le ministre des affaires étrangères du président Cyril Ramaphosa, Lindiwe Sisulu, après qu’un article en première page du principal journal du dimanche (Munusamy 2019) ait cité une note écrite au conseiller économique du président par les ambassadeurs de cinq puissances occidentales basés à Pretoria : Les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse. Sept mois plus tôt, ces ambassadeurs avaient rédigé un document politique qui rappelait à M.

Ramaphosa les principes de l’État de droit, de la transparence, de la responsabilité, de la « certitude politique, de la certitude réglementaire et de la clarté réglementaire », exprimant leur inquiétude quant aux exigences d’investissement dans l’exploitation minière et les télécommunications, ainsi qu’un vague programme de réforme agraire et leur désir d’assouplir les blocages de visas pour les immigrants qualifiés travaillant pour des entreprises occidentales.

La réaction de Sisulu dans un communiqué de presse a été rapide : « C’est une entorse à la pratique diplomatique établie... En termes de pratique diplomatique acceptable, de protocole et de convention, les missions diplomatiques sont censées communiquer avec l’État d’accueil au moyen d’une note verbale [note diplomatique] transmise par le ministère ». Elle a effectué une « démarche auprès des ambassadeurs concernés » et les a habillés. Il est certain que les quatre ambassadeurs européens et le fonctionnaire américain représentent des entreprises qui ont un très mauvais bilan en matière de pratiques économiques en Afrique du Sud, comme nous le verrons plus loin. Les banques de Londres, Amsterdam et Zurich sont connues pour être des centres d’argent frais pour les flux financiers illicites. Mais à part quelques commentateurs pro-business, l’incident a été bien couvert et discuté dans la presse et le public et le sentiment était effectivement que des élites occidentales hypocrites violaient la souveraineté sud-africaine. En année électorale, la capacité de Sisulu à les réfuter publiquement était un geste populiste, qui dissimulait les relations de pouvoir sous-jacentes. (En partie à cause de sa maladresse de diplomate, elle a été redéployée pour être ministre du logement en 2019).

En règle générale, les nationalistes africains fusionnent volontiers des haines publiques de longue date contre la discipline financière internationale, les sociétés occidentales et la puissance militaire néocoloniale, un point que Frantz Fanon (1963) a identifié comme utile pour la démagogie. Le leader du Zimbabwe de 1980 à 2017, Robert Mugabe, a excellé dans ce domaine (Bond et Manyanya 2003). Pretoria a souvent exprimé des sentiments anti-européens en ce qui concerne les accords de partenariat économique (APE) et les traités bilatéraux d’investissement (TBI) (Claar 2018). En 2014, l’Afrique du Sud s’est retirée de nombreux TBI, en particulier avec des États européens, en partie en raison de son désir de conserver sa souveraineté sur un remède racial (douteux) à l’inégalité économique : La copropriété raciale imposée (Mbeki 2009).

Pour donner un exemple encore plus extrême, le président Zuma s’est adressé à sa principale circonscription dans la province du KwaZulu-Natal, en novembre 2016 :

Les pays socialistes sont venus à notre aide. C’est la Russie qui nous a formés et qui nous a donné les outils pour combattre. La Chine et d’autres pays socialistes nous ont aidés . . .Maintenant, les puissances occidentales] nous combattent parce que nous avons rejoint le BRICS. Elles savent que la Russie et la Chine ne sont pas seulement les plus grandes économies du BRICS, mais qu’elles sont aussi des membres permanents du Conseil de sécurité [de l’ONU], dont le vote permet d’opposer un veto aux décisions. Et le fait que nous en fassions partie n’est pas une bonne chose... C’est aussi l’Afrique du Sud qui a fait pression en faveur de la banque BRICS. Ils ne nous aiment pas et c’est pourquoi ils veulent détruire l’Afrique du Sud. (cité dans Agence France Press 2016)

En août 2017, Zuma a répété l’accusation : « J’ai été empoisonné et j’ai failli mourir juste parce que l’Afrique du Sud a rejoint le BRICS sous ma direction... Puisque nous nous sommes battus pour la liberté, pourquoi ne pouvons-nous pas nous battre pour une liberté totale. Nous sommes attaqués parce que nous demandons la liberté économique » (Matiwane 2017). Il a réitéré cette demande en novembre 2017 et un mois plus tard, son allié Gayton McKenzie (2017) apublié un livre contenant plus de détails sur une prétendue attaque à la ricine de la Central Intelligence Agency (CIA) contre Zuma à la mi-2014 par l’intermédiaire de sa quatrième femme.

Cette ligne d’argumentation paranoïaque et conspiratrice, aussi farfelue soit-elle, est importante. L’une des raisons est que la sympathie résiduelle en faveur de Zuma demeure dans une grande partie du parti au pouvoir. Depuis début 2018, son remplaçant Ramaphosa - un magnat des affaires pro-occidental - a très lentement tenté d’éliminer les éléments "Zupta”

(Zuma plus Gupta) qui criblent l’État et les agences parastatales. La dépendance de Zuma envers les frères Gupta, immigrés d’Inde, pour des activités prédatrices était profonde, atteignant non seulement les réseaux indiens, russes et chinois de corruption des entreprises, mais rattrapant également les principaux cabinets de conseil occidentaux, dont McKinsey, KPMG, Gartner, Bain, SAP et Liebherr. Ramaphosa a donc agi avec précaution, en partie pour ne pas perturber l’« unité » de l’ANC avant les élections de 2019, mais l’ampleur de la corruption au sein de l’ANC était considérable, comme l’a révélé une commission de « capture de l’État » en 2018-2019. Les liens de Ramaphosa avec la corruption locale et mondiale, révélés dans les Paradise Papers de 2017, étaient également notoires.

Dans ce contexte, comme l’a démontré à plusieurs reprises la rhétorique de Mugabe (jusqu’à sa chute lors d’un coup d’État en novembre 2017), le rôle des récits anti-occidentaux peut être crucial dans l’intimidation des opposants locaux par un dirigeant local (Phimister et Raftopoulos 2004). Cela a été évident en Afrique du Sud dans les années 2010 sous le régime de Zuma. À la mi-2016, Pretoria était devenue une telle menace pour la puissance financière multilatérale, selon les fantasmes du vice-ministre de la défense de l’époque, Kebby Maphatsoe, que les banques internationales et leurs alliés des agences de notation Agences de notation Les agences de notation (Standard and Poor’s, Moody’s et Fitch en tête) sont des agences privées qui évaluent la solvabilité et la crédibilité d’un émetteur d’obligations (État, entreprise). Jusqu’aux années 1970 elle étaient payées par les acheteurs potentiels d’obligations, depuis la libéralisation financière la situation s’est inversée : ce sont les émetteurs d’obligations qui rémunèrent les agences pour qu’elles les évaluent... Reconnaissons leur qualité de travail : c’est ainsi que Lehman Brothers se voyait attribuer la meilleure note juste avant de faire faillite. de crédit avaient entamé une étape décisive de la capture de l’État : Ils n’hésitent pas à désinvestir dans les pays en développement [comme le nôtre] si nos politiques macroéconomiques ne servent pas leurs objectifs... [et] à distance et par l’intermédiaire de leurs représentants locaux, ils imposent continuellement leur façon de déterminer nos politiques économiques et la façon dont nous gouvernons notre société. Ils affirment et s’arrogent leur pouvoir sur la manière dont nous devrions faire certaines choses [pour] garantir la sécurité de leurs intérêts. (cité dans Stone 2016)

Si les dirigeants d’un pays ne servent pas les intérêts des agences de notation occidentales, poursuit M. Maphatsoe, le résultat est des sanctions sévères et brutales, allant du chantage économique à la déstabilisation politique et aux tentatives qui aboutissent souvent à un changement de régime. Nous l’avons observé avec les récentes activités contre-révolutionnaires isolées qui ont lieu dans notre pays. Cela fait partie du plan de la communauté des services de renseignement étrangers pour un changement de régime en Afrique du Sud. (cité dans Stone 2016) Maphatsoe faisait référence à des allégations faites quelques jours plus tôt, par Gwede Mantashe, alors secrétaire général de l’ANC (et maintenant président) : Alors que nous mobilisons nos populations, nous devons dire être vigilants. Vous devez voir à travers l’anarchie et les gens qui sont dehors dans un programme de changement de régime. Nous sommes au courant des réunions qui ont lieu régulièrement à l’ambassade américaine. Ces réunions à l’ambassade américaine ne concernent rien d’autre que la mobilisation pour un changement de régime. Nous sommes au courant d’un programme qui emmène des jeunes aux États-Unis pendant six semaines, les ramène et les plante partout dans les campus et partout. (cité dans Stone 2016) Mantashe faisait référence aux réunions du programme des Nelson Mandela Scholars mis en place par Barack Obama. Aussi absurde que tout cela puisse paraître à première vue, cela reflète une conjoncture dans laquelle les dirigeants de l’ANC « parlaient à gauche » (et marchaient à droite en réprimant la dissidence) afin de protéger leur pouvoir dans une situation géopolitique de plus en plus fluide.

Le rôle de Pretoria dans le bloc BRICS en est une illustration. En novembre 2016, après la victoire surprise de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les deux dirigeants les plus conservateurs du BRICS - Narendra Modi de l’Inde et Michel Temer du Brésil - ainsi que le Russe Vladimir Poutine ont signalé qu’ils allaient ouvrir des relations économiques et militaires potentiellement beaucoup plus collaboratives avec Washington. Bien qu’en 2017-2019, Poutine ait été repoussé par une force bien plus puissante que Trump - le reste de l’establishment américain - la tendance à une géopolitique « centripète » au sein du BRICS a été amplifiée fin 2018 lorsque Jair Bolsonaro (pro-Trump) a été élu président du Brésil avec une large marge d’avance sur le candidat du Parti des travailleurs, alors que le candidat le plus populaire, l’ancien président Lula Ignacio da Silva, a été injustement emprisonné (Bond 2017 ; Garcia et Bond 2018).

Ainsi, bien que l’on soit tenté de critiquer (voire de ridiculiser) Zuma, Maphatsoe et Mantashe, il est vital de ne pas trop plier le bâton dans la direction opposée en supposant que les marchés internationaux fonctionnent en harmonie avec une logique économique rationnelle et que les élites politiques et commerciales occidentales sont soit incapables, soit peu désireuses de travailler avec leurs homologues sud-africains. Après tout, bien que personne ne puisse prendre au sérieux la critique de Mantashe sur le programme des universitaires, le spectre de l’impérialisme militaire américain en Afrique a certainement grandi de façon spectaculaire pendant les années Obama, comme Nick Turse (2017) l’adocumenté. De plus, certaines des observations de Maphatsoe sont parfaitement raisonnables, bien qu’elles n’incluent pas les trois dernières phrases citées ci-dessus. Comme le reflètent ces commentaires, les nationalistes africains peuvent et réussissent à fusionner leurs haines contre la discipline financière internationale et contre la puissance militaire coloniale et néocoloniale occidentale. Cependant, comme nous le verrons plus loin, dans le cas des dirigeants de l’ANC, ils peuvent aussi servir les deux simultanément.

Par exemple, les APE et les TBI constituent une arène internationale de premier plan où Pretoria a souvent (rhétoriquement) exprimé des sentiments anti-européens. En 2014, l’Afrique du Sud s’est retirée de nombre d’entre eux, en particulier avec les États européens. Mais la raison n’était pas, en fin de compte, une stratégie radicale de désolidarisation, car comme l’a écrit à l’époque le principal responsable - Mustaqeem de Gama (2014) du ministère du commerce et de l’industrie - « Tous les investisseurs étrangers sont protégés, qu’il existe ou non un TBI entre leur pays d’origine et l’Afrique du Sud. Le projet de loi intègre également la nondiscrimination en prévoyant un traitement national pour tous les investisseurs étrangers ».

Que peut-on apprendre de ces récits de gauche et de ces mouvements de droite, si ce n’est que le gouvernement sud-africain utilise constamment la scène mondiale pour le drame, tout en lubrifiant les relations favorables à l’équilibre des pouvoirs en vigueur ? La rhétorique antiimpérialiste peut être attribuée à la lutte contre le régime d’apartheid, mais après 1994, l’ANC a régulièrement démontré sa volonté de renforcer les institutions multilatérales et les sociétés transnationales. Par exemple, en dépit des affirmations occasionnelles selon lesquelles la nouvelle banque de développement BRICS et l’accord sur les réserves éventuelles offriraient une alternative, les financiers de Bretton Woods et les institutions privées parallèles restent dominants et les Sud-Africains contribuent généralement à leur légitimation. Lors de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et du sommet mondial de Johannesburg sur le développement durable, Pretoria s’est allié aux responsables de l’UE (et aux entreprises qu’ils servent) en approuvant une stratégie de « nature néolibérale » qui, lors de l’accord de Paris sur le climat, a garanti des réductions d’émissions inadéquates sans dispositions contraignantes, ainsi qu’une interdiction pour les pays touchés de réclamer une dette climatique aux pays très polluants, dont l’UE et l’Afrique du Sud (Bond 2002, 2012, 2016).

À l’Organisation mondiale du commerce OMC
Organisation mondiale du commerce
Née le 1er janvier 1995, elle remplace le forum permanent de négociation qu’était l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) où les États avaient seulement le statut de « parties contractuelles ». Un des objectifs de l’OMC est le démantèlement, lorsqu’ils existent encore, des monopoles nationaux constitués en vertu d’une décision publique. C’est déjà le cas pour les télécommunications dont la décision a été prise dans le cadre de l’OMC en février 97. Mais il en reste d’autres comme les chemins de fer qui attirent la convoitise des grands groupes financiers.

Un autre objectif est la libéralisation totale des investissements. L’instrument utilisé a été le projet d’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI). L’AMI dont l’élaboration avait été décidée lors de la réunion ministérielle de l’OCDE de mai 1995, vise l’ensemble des investissements : directs (industrie, services, ressources naturelles) et de portefeuille. Il prévoit des dispositifs de protection, notamment pour le rapatriement total des bénéfices. L’AMI a été comme tel abandonné en 1997 mais est réapparu sous la forme d’une multitude d’Accords bilatéraux sur l’investissement, ce sont les nouveaux « habits » de l’AMI.

L’OMC fonctionne selon le mode « un pays - une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ». Toutefois, dans la lancée de l’épisode de Seattle en novembre 1999, la conférence de Cancun (Mexique) en septembre 2003 a été marquée par la résistance d’un groupe de 22 pays émergents du Sud, qui se sont alliés en la circonstance pour mener la conférence à l’échec, face à l’intransigeance des pays du Nord.
Site :
et dans les traités d’investissement connexes, l’Afrique du Sud a généralement soutenu les positions fondamentales de l’UE. Et les IDE des entreprises de l’UE étaient désespérément recherchés par Pretoria, malgré les preuves de plus en plus nombreuses de prix de transfert, de mauvaises facturations et d’autres fraudes fiscales, dont le coût est estimé à 10-25 milliards de dollars par an (Planting 2019). Dans tous ces domaines multilatéraux et néolibéraux essentiels, l’Afrique du Sud était mieux considérée comme une puissance subimpériale et non pas anti-impériale (Bond and Garcia 2015).

 L’internationalisme de la société civile européenne et sud-africaine après 1994 contre les entreprises européennes et sud-africaines

Depuis les années 1960, le regretté Samir Amin (1990) et d’autres économistes politiques africains ont plaidé en faveur d’une idéologie et d’une stratégie économique de « désolidarisation ». Aujourd’hui, nous pourrions qualifier un tel effort de « mondialisation des personnes et de dé-mondialisation du capital », un slogan qui - conformément aux vues de Keynes ci-dessus - reflète une stratégie économique saine à court terme, à un moment où les taux de croissance du commerce (en particulier du transport maritime), des IDE et des flux financiers et d’aide nord-sud stagnent, voire diminuent (McKinsey Global Institute 2019). Avec ses alliés européens, la société civile sud-africaine a repris cette stratégie de désolidarisation après 1994 avec diverses campagnes contre les entreprises occidentales (et plus tard, les BRICS). Elles illustrent l’indignation morale et le pouvoir concret rassemblés à la base et transmis de l’Afrique du Sud aux alliés du Nord.

L’exemple le plus inspirant de cette approche est la lutte de 1999 à 2004 pour les médicaments génériques contre le sida, qui coûtaient autrefois 10 000 dollars par an et par personne, mais qui sont maintenant fournis gratuitement sur une base générique. Grâce en partie à une combinaison d’alliances internationales impliquant la Treatment Action Campaign - dont Médecins Sans Frontières et Oxfam (ainsi que des militants de groupes comme la Coalition contre le sida pour libérer le pouvoir) - une demande audacieuse a été avancée : Que des dizaines de millions de personnes à faible revenu, principalement en Afrique, reçoivent gratuitement des médicaments contre le sida par le biais du secteur public. Grâce à un extraordinaire activisme local et internationaliste, le sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Doha en 2001 a explicitement exempté les médicaments essentiels de sa protection excessive des droits de propriété intellectuelle (Bond 2014). Il en a résulté une augmentation spectaculaire de l’espérance de vie, qui est passée de 52 ans en 2004 à 65 ans en 2020 en Afrique du Sud.

À la même époque, les militants de Soweto ont mené la résistance à la commercialisation européenne (Suez, Vivendi, Biwater) de l’approvisionnement en eau de l’Afrique du Sud, à commencer par Johannesburg où une entreprise française a eu le principal contrat de gestion de 2001 à 2006. Ils ont été expulsés en partie à cause du fort contre-pouvoir que les militants de la société civile française et européenne ont contribué à générer, dans le cadre du mouvement mondial de rejet de la marchandisation des services municipaux. Bien que des problèmes subsistent, les militants ont également obtenu la garantie d’un approvisionnement de base en eau gratuit de 25 litres par personne et par jour (Bond 2002).

La critique de la société civile concernant l’accord de 5 milliards de dollars de Pretoria sur les armes - pour des corvettes de la marine, des sous-marins, des hélicoptères utilitaires légers, des avions de chasse d’entraînement et des avions de chasse légers avancés - a commencé à la fin des années 1990, et comprenait également des critiques sévères des entreprises européennes (BAE Systems, Thales, Siemens, Saab, et d’autres) accusées de corrompre les dirigeants de l’ANC. La pression a été maintenue à un niveau suffisant pour que, même 20 ans après la corruption de Zuma par Thales (révélée par des fax cryptés), l’ancien président soit confronté à 783 chefs d’accusation de corruption en 2019 (van Vuuren 2017).

Une fraude généralisée a également été associée à l’empire du football suisse, la FIFA, dont les hauts responsables ont contraint le comité local d’organisation de la Coupe du monde en Afrique du Sud à verser un pot-de-vin de 10 millions de dollars dans le cadre de l’organisation des jeux de 2010. Ce pot-de-vin a suscité l’indignation en Afrique du Sud dès qu’il a été révélé qu’un bénéficiaire, Jack Warner, avait été arrêté en 2015. Mais un compte-rendu complet des différentes manières dont les Sud-Africains ont protesté contre de nombreux aspects des règles prédatrices de la FIFA se retrouverait sur de nombreuses pages (Smith 2015).

Un autre cas plus récent, dans lequel une société européenne a tenté de faire des profits aux dépens de la société sud-africaine, et a été repoussée dans le processus, est celui d’une société autrichienne (Kapsch TrafficCom), qui gère le système de péage électronique pour les autoroutes de la région du grand Johannesburg. Les syndicats et un réseau de bonne gouvernance de la classe moyenne (l’opposition à l’Alliance pour le péage urbain) ont encouragé un boycott formel du système de paiement, atteignant un taux de non-conformité de 80 %. Une autre entreprise de construction autrichienne, Strabag, s’est vu dire mi-2018 par des militants communautaires près de la « côte sauvage » de l’océan Indien d’arrêter les travaux sur le plus haut pont du pays (Mtentu). En janvier 2019, suite à des protestations soutenues, Strabag a annulé son rôle dans ce projet de grande envergure, qui a été interrompu.

Dans la punition la plus décisive infligée à une entreprise européenne par des militants anticorruption, à la mi-2017, le public britannique s’est joint à des Sud-Africains furieux pour détruire une société de relations publiques londonienne, Bell Pottinger, dont les exploits au nom de la famille Gupta comprenaient la création d’armées de robots Twitter et de mèmes pour déformer la politique locale. En quelques semaines, la société a été acculée à la faillite.

Une autre entreprise européenne engagée dans une fraude systémique par le biais des mêmes réseaux est la société allemande de logiciels SAP, qui a fait l’objet de critiques et de poursuites intensives. Les Guptas ont également eu recours aux services de corruption de la société suisse Liebherr pour la fourniture de grues pour le port de Durban en 2015-2016. En effet, l’approfondissement du port aux mêmes postes a été interrompu fin 2018 lorsqu’il s’est avéré que les entreprises italiennes CMC di Ravenna et CMI Infrastructures étaient impliquées dans des irrégularités dans les appels d’offres. Toute l’expansion de Transnet s’est heurtée à l’opposition de la South Durban Community and Environmental Alliance, qui travaille avec de nombreux alliés européens, notamment contre l’ENI italienne et la Statoil norvégienne pour leurs plans de forage de gaz en mer. Dans une affaire à la valeur symbolique énorme, le détaillant suédois de vêtements H&M a été vivement critiqué en 2018 pour l’utilisation raciste d’un logo « le singe le plus cool de la jungle » annoncé par un jeune enfant noir dans une campagne de marketing malavisée ; les protestations des magasins de Johannesburg par un parti politique de gauche, les Economic Freedom Fighters, ont forcé la firme à se repentir.

Mais les entreprises les plus controversées sont les maisons minières et les fonderies.

Lorsque les travailleurs sud-africains d’ArcelorMittal, titan de l’acier basé au Luxembourg, ont souffert de réductions continuelles et de fermetures de fonderies à la fin des années 2010, le mouvement ouvrier a exigé la nationalisation de l’entreprise. La solidarité britannique très médiatisée « Foil Vedanta » a été menée contre les investisseurs de la société londonienne Vedanta Resources. Au plus fort de la pression, en 2018, la société a été radiée de la Bourse de Londres (de retour en Inde) lorsqu’il est apparu que les victimes zambiennes de la pollution (près de la mine de Konkola) et les survivants d’un massacre indien (à sa fonderie de cuivre Sterlite) pouvaient intenter un procès avec succès devant les tribunaux britanniques. Le leader de Vedanta, Anil Agarwal, était alors devenu le plus grand actionnaire (plus de 20%) d’Anglo American. Pendant la plus grande partie de son siècle d’existence, Anglo était basée à Johannesburg et s’est développée pour devenir la plus grande maison minière du continent et le principal bénéficiaire de l’apartheid. Une autre cible intense des activistes sud-africains et de leurs alliés était la société de titane MRC, basée à Perth mais dont le principal propriétaire était londonien (Graham Edwards). Il s’est dessaisi après les protestations de solidarité persistantes du London Mining Network en 2017, parce que la maison minière australienne avait créé le chaos dans un site de lutte contre l’apartheid de renommée mondiale, Pondoland (plus précisément, la communauté Xolobeni), où les militants ont résisté à l’extraction du titane par le MRC à partir des sables des plages, ce qui a conduit à plusieurs assassinats.

Sans aucun doute, la cible mondiale la plus médiatisée des entreprises - également en partie grâce au London Mining Network - était Lonmin, après qu’il ait appelé le service de police sud-africain à mettre fin à une grève sauvage dans sa mine de platine de Marikana à la mi-2012, entraînant le massacre de 34 travailleurs (Desai 2014). L’individu clé qui a assuré que les forces de police utiliseraient une « réponse plus pointue » contre les travailleurs (car lors de conflits antérieurs avec les mineurs, des balles en caoutchouc rondes ont été utilisées), selon les courriels qu’il a envoyés au ministre de la police Nathi Mthethwa 24 heures avant les meurtres de la police, était le principal propriétaire local de Lonmin : Ramaphosa. C’est une relation qui le hantera pour le reste de sa vie. En 2008, au moment où sa valeur atteignait un pic de 28,6 milliards de dollars, Lonmin s’était tellement effondré qu’il a été avalé par une société d’extraction d’or de Johannesburg pour seulement 383 millions de dollars une décennie plus tard. Les militants ont également systématiquement attaqué les entreprises allemandes BASF et Volkswagen, qui achètent la production de platine de Lonmin (Becker et al. 2018). L’achat de platine par Volkswagen et d’autres sociétés automobiles s’est soudainement effondré en 2015, contribuant à la quasi mort du secteur et à des dizaines de milliers de licenciements de travailleurs. La raison en est que VW s’est alors révélé avoir triché sur les tests d’émissions de gaz d’échappement de ses moteurs diesel visant à limiter les gaz à effet de serre qui provoquent le changement climatique et la pollution locale, de sorte que la demande de voitures diesel s’est effondrée (causant en partie la mort de Lonmin lui-même).

Les entreprises financières sont également des cibles. En 2017, 17 banques internationales et locales ont été accusées de manipuler la monnaie sud-africaine, dont les institutions européennes Barclays, Barclays Capital, BNP Paribas, Commerzbank, Credit Suisse Group, HSBC Bank, Investec et Standard Chartered ; en février 2019, cette dernière a payé une amende de 40 millions de dollars en vertu de la loi américaine sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA), mais pas aux Sud-Africains.

Il est ironique et tragique que les entreprises ci-dessus - et d’autres comme Hitachi, qui a soudoyé le parti au pouvoir et payé en 2015 une amende de 19 millions de dollars (également au gouvernement américain) - soient le plus efficacement poursuivies en vertu du FCPA, de sorte qu’aucun produit ne va aux victimes sud-africaines. Le vice-président de la Banque mondiale chargé de l’« intégrité » - qui, de 2008 à 2017, était un Sud-Africain controversé, Leonard McCarthy - a radié des centaines d’entreprises européennes et sud-africaines coupables de fraude sur des projets bancaires (mais pas Hitachi, malgré la plainte déposée par un chef de l’opposition auprès de M. McCarthy, selon laquelle la banque ignorait les poursuites engagées en vertu du FCPA). Pourtant, ni les capacités étatiques et politiques européennes ni sud-africaines ne semblent suffisantes pour discipliner ces influences malveillantes. Par exemple, les lignes directrices de l’OCDE OCDE
Organisation de coopération et de développement économiques
Créée en 1960 et basée au Château de la Muette à Paris, l’OCDE regroupe les quinze membres de l’Union européenne auxquels s’ajoutent la Suisse, la Norvège, l’Islande ; en Amérique du Nord, les États-Unis et le Canada ; en Asie-Pacifique, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Entre 1994 et 1996, trois pays du Tiers-Monde ont fait leur entrée : la Turquie, candidate à entrer également dans l’Union européenne ; le Mexique qui forme l’ALENA avec ses deux voisins du Nord ; la Corée du Sud. Depuis 1995, se sont ajoutés trois pays de l’ex-bloc soviétique : la République tchèque, la Pologne et la Hongrie. En 2000, la République slovaque est devenue le trentième membre.

Liste des pays membres de l’OCDE par ordre alphabétique : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Corée du Sud, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Turquie.
Site :
sur les flux financiers illicites ne sont que symboliques, incapables de mettre un terme à la fraude bancaire londonienne.

Et si les autorités européennes de la concurrence ont réussi à cibler une entreprise pharmaceutique sud-africaine (Aspen, en 2018) pour avoir escroqué les prix des médicaments contre le cancer en Italie, la corruption systématique entre entreprises européennes et sudafricaines n’est pas devenue le scandale que tous ces incidents suggèrent. Après tout, Johannesburg est considérée comme le premier centre mondial de criminalité des entreprises, selon les enquêtes semestrielles de PwC (2018), Paris arrivant généralement en deuxième ou troisième position (bien qu’en 2020, Shanghai et Mumbai aient devancé Johannesburg dans le sondage PwC). Le rapport sur la compétitivité mondiale du Forum économique mondial (2017) a classé la classe ouvrière sud-africaine comme la moins coopérative du monde de 2012 à 2017 (et la troisième en 2019-20). L’inégalité est la plus élevée au monde en Afrique du Sud, selon la Banque mondiale (2017), tandis que Johannesburg est la grande ville la plus inégale au monde selon Euromonitor (2017).

En bref, toutes les conditions qui semblent mûres pour une révolte anti-corporate sont en place et, contrairement à l’Occident (et au Brésil, à la Turquie et aux Philippines), il n’y a pas de leader et de mouvement populiste de droite pour détourner l’attention politique de l’Afrique du Sud. Quant aux alliés, les liens historiques entre les Sud-Africains luttant pour la justice économique et les internationalistes occidentaux sont beaucoup plus développés qu’avec les alliés logiques des autres BRICS. Mais le problème global demeure ici (et partout ailleurs) : La fragmentation et la politique à thème unique. Cet héritage, tout comme celui de l’oppression permanente de l’élite européenne sur le peuple et la nature sud-africains, reste à surmonter, dans l’esprit de Luxemburg, Keynes, Polanyi et Amin.

Pour actualiser cette analyse, l’exemple le plus extrême d’irresponsabilité de l’élite est devenu évident en mars 2020, avec la transmission du coronavirus Covit-19, qui s’est produite lorsque des dizaines de voyageurs rentrant en Afrique du Sud principalement d’Europe - à commencer par près d’une douzaine qui s’étaient rendus dans le nord de l’Italie - ont infecté la population générale. Le 16 mars 2020, les 62 cas recensés étaient ceux qui avaient voyagé principalement sur les lignes de la Lufthansa, d’Alitalia, de Swiss Air, de British Air, de Virgin Air, d’Iberia, des Emirates (au départ de Dubaï, devenu la principale plaque tournante vers l’Europe) et de South African Airlines. Le 17 mars, ils avaient déjà infecté 23 autres Sud-Africains. Une augmentation exponentielle était alors prévue dans la population générale étant donné l’incapacité de l’État à mettre en place des systèmes efficaces de distanciation personnelle et de solidarité sociale, en partie à cause d’une discipline fiscale extrême. L’agence de notation de crédit Moody’s a pris des mesures de répression en accordant une notation « junk » aux titres sud-africains à la fin du mois de mars 2020.

L’amour des élites pour l’Europe et leur haine du continent africain ont été remarqués par l’un des principaux commentateurs du pays, Steven Friedman (2020) : Dans une société aussi divisée que celle-ci, la panique pousse rapidement les gens à blâmer ceux qu’ils considèrent comme une menace. Avant que le premier cas ne soit identifié ici, les talk-shows étaient remplis d’appels téléphoniques avertissant que nos frontières « poreuses » seraient la mort de nous tous. Il était clair qu’ils ne s’inquiétaient pas du retour des gens aisés après des vacances au ski en Italie. Ils faisaient plutôt revivre cette vieille légende urbaine, l’invasion par les hordes de malades qui sont supposées habiter le reste du continent. Le racisme à l’égard des Chinois a été ajouté à ce mélange toxique.

Il y a eu, en même temps, une réaction évidente de classe à la distanciation sociale des coronavirus sur le lieu de travail de la part des élites européennes et sud-africaines. À la mimars, plusieurs entreprises - Volkswagen Toyota, Peugeot, Citroën, Fiat, Renault et Ford - ont annoncé la fermeture d’entreprises européennes. Selon un rapport publié dans le principal journal économique sud-africain, Volkswagen, dont les multiples marques comprennent VW, Audi, Bentley et Porsche, déclare qu’elle arrête la production parce que les aménagements des chaînes de montage de ses usines automobiles ne maintiennent pas les travailleurs suffisamment éloignés les uns des autres pour éviter la contagion du coronavirus. En principe, il en va de même dans les usines d’assemblage de SA, qui sont basées sur celles d’Europe. Cependant, le PDG de la National Association of Automobile Manufacturers of South Africa, Mike Mabasa, affirme qu’en utilisant de petites équipes de quatre ou cinq travailleurs sur chaque station d’assemblage, qui n’ont aucun contact direct avec les autres équipes, les risques sont contrôlés. (Furlonger 2020) Cet exemple reflète la profonde différence de valeur relative de la protection de la vie des travailleurs, entre l’Europe et l’Afrique du Sud. D’autre part, une telle sauvagerie raciste peut toujours être contestée, comme le montre la controverse sur le traitement du sida évoquée plus haut. Il s’agissait potentiellement d’un profond précédent dans la civilisation européenne, dans la mesure où le gouvernement allemand aurait déclaré à Donald Trump, à la mi-mars 2020, qu’il ne pouvait pas simplement acheter la société biopharmaceutique CureVac, basée à Tübingen, afin d’acquérir le contrôle monopolistique d’un probable vaccin contre les coronavirus. Le ministre allemand de la santé a rejeté la tentative de Trump parce que ce serait « seulement pour les États-Unis » alors que le monde entier était plus désespéré que jamais pour l’accès universel à la médecine, en particulier en Afrique où l’effondrement des systèmes de santé avait entraîné les années précédentes des épidémies d’Ebola difficiles à contenir. Mais il faut rendre hommage à la première génération de militants sud-africains et européens alliés qui ont fait campagne avec tant d’acharnement - et avec succès - pour une exemption de l’Organisation mondiale du commerce de la propriété intellectuelle, et pour une stratégie de mondialisation des médicaments qui permette la production locale de génériques africains.

Alors que l’économie mondiale - en particulier les chaînes de valeur mondiales - s’est effondrée en 2020 et que la dématérialisation (déjà en cours depuis 2007) a commencé sérieusement, de telles stratégies font écho à la suggestion de Keynes de substituer les importations « faites maison » « chaque fois que cela est raisonnablement et commodément possible » - mais pas comme un luxe pour les décideurs politiques économiques d’exercer la souveraineté de l’État en repoussant le capital multinational libre ; au contraire, maintenant, comme une nécessité de survie.

 Conclusion

Les nombreux cas de collaboration entre l’élite européenne et sud-africaine et de résistance populaire examinés dans ce chapitre peuvent être facilement divisés en deux périodes : la collaboration avant 1994 pour un crime contre l’humanité et l’exploitation post-apartheid. Les luttes entre les alliances d’élites de haut en bas et les critiques de bas en haut du pouvoir de marché excessif représentent le double mouvement de Polanyi (1956). Le programme des entreprises d’État européennes était généralement axé sur la recherche du profit, avec peu de considération pour l’éthique. Le modèle général des processus d’accumulation néolibérale et extractiviste a été déplacé vers la super-exploitation capital/non-capitaliste, comme cela s’est produit pendant l’apartheid. Et la politique de résistance allait du désinvestissement à la condamnation à mort d’une entreprise (dans le cas de Bell Pottinger).

Ce que nous avons considéré est un ensemble de relations de pouvoir de longue date qui peut être considéré en termes dialectiques, grâce à la manière dont la politique impériale/subsidiale ouest-africaine s’est déroulée au fil du temps. Le subpérialisme du régime d’apartheid sud-africain des années 1970-1980 a été brutal, comme nous l’avons vu précédemment. Pourtant, les capacités des forces anti-impériales des mouvements de libération et de leurs alliés au sein des pays impérialistes se sont accrues. En 1985, elles ont suffisamment affaibli les liens du capital international avec l’apartheid pour qu’un point de rupture soit atteint et qu’une nouvelle contradiction dialectique s’ouvre. Cette stratégie particulière - appelée par la suite boycott-désinvestissement-sanctions - a également donné l’espoir de renverser les relations de pouvoir Nord-Sud défavorables caractéristiques du multilatéralisme et de l’économie mondiale à l’époque néolibérale, par exemple en ce qui concerne Israël et les combustibles fossiles, qui, dans les années 2010, ont également fait l’objet de sanctions populaires.

La nécessité de sanctions contre le gouvernement Trump à Washington - comme l’ont reconnu l’ancien président français Nicolas Sarkozy, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz et la journaliste Naomi Klein (qui ont tous plaidé en faveur d’une taxe sur le carbone) - dans le sillage du sabotage par Trump de l’accord de Paris sur le climat, pourrait contribuer à définir une politique de résistance au niveau mondial, surtout compte tenu de la nécessité intrinsèque de guerre de Washington (contre le Venezuela, l’Iran ou tout autre pays qui semble fortuit maintenant que les armes nucléaires de la Corée du Nord semblent trop intimidantes pour Trump).

Entre-temps, en esquissant les relations de pouvoir entre l’Europe et l’Afrique du Sud, les précédents explorés ci-dessus suggèrent que la base matérielle de la relation continuera à être les flux de valeurs sud-nord par le biais des sociétés transnationales, et un rôle impérial/subsidiaire au sein des institutions multilatérales. De telles influences continueront à créer de profondes contradictions entre les détenteurs du pouvoir et la grande majorité de leurs citoyens alors que la dialectique de la répression et de la résistance continue à se déployer.


(Une version de cette analyse a été publiée sous le titre « European-South African Elite Collaboration, balanced by Civil Society Solidarity », dans R.Marchetti (Ed), Africa-Europe Relationships : Multi-stakeholder perspectives. New York, Routledge, 2020)


Références




Notes

[1D’autre part, le visa Schengen dissuade les Sud-Africains (et en fait tous les Africains) de se rendre en Europe, et la traditionnelle exemption de visa de l’époque de l’apartheid pour se rendre en Grande-Bretagne a été retirée après l’avènement de la démocratie, en partie à cause de la corruption généralisée au sein du ministère de l’intérieur de Pretoria.

Patrick Bond

enseigne à la Witwatersrand University School of Governance à Johannesburg. Il est également directeur du Centre for Civil Society à l’Université KwaZulu-Natal à Durban. Son dernier ouvrage (avec Ana Garcia) s’intitule BRICS, An Anti-Capitalist Critique.

Traduction(s)