Microfinance, surendettement et suicides de femmes

12 février 2011 par Nicolas Sersiron


La crise actuelle du microcrédit dans l’Inde et les suicides de femmes, sont l’aboutissement du surendettement mis en place par le grand capital pour maintenir dans l’asservissement gouvernements et populations du tiers monde depuis 50 ans. Un outil essentiel de la conquête. Après le retrait des armées d’occupation et les indépendances proclamées, la question était : comment assurer la continuité de l’extractivisme des ressources naturelles qui avait fait la fortune des pays européens mais surtout de leurs capitalistes depuis 5 siècles ?

Sans le maintien de l’importation des minerais, pétrole et produits agricoles à des prix si bas qu’il faut plutôt parler de pillage que d’achat, bien peu des grandes sociétés occidentales auraient pu continuer à générer les fortunes incroyables que détiennent leurs actionnaires aujourd’hui. La transformation de ces matières premières exclusivement au nord et la vente de biens de consommation de masse qui en sont issus sont à l’origine de la pauvreté d’un côté, et de la surconsommation et du gâchis de l’autre : injustice sociale et désastre environnemental.

L’instauration du système dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
dès les premiers jours des indépendances, les assassinats des élus démocrates et la corruption des autres ont maintenu ces pays enchaînés en pérennisant le pouvoir exorbitant du Nord sur le Sud. Pour rembourser ces dettes majoritairement illégitimes les pays les moins développés ont été contraints de poursuivre l’exportation de matières premières non transformées et de maintenir leurs peuples à travailler pour des prix de journées incapables de nourrir leur famille décemment. Depuis les indépendances, la libéralisation imposée par le trio FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
-BM Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
-OMC OMC
Organisation mondiale du commerce
Née le 1er janvier 1995, elle remplace le forum permanent de négociation qu’était l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) où les États avaient seulement le statut de « parties contractuelles ». Un des objectifs de l’OMC est le démantèlement, lorsqu’ils existent encore, des monopoles nationaux constitués en vertu d’une décision publique. C’est déjà le cas pour les télécommunications dont la décision a été prise dans le cadre de l’OMC en février 97. Mais il en reste d’autres comme les chemins de fer qui attirent la convoitise des grands groupes financiers.

Un autre objectif est la libéralisation totale des investissements. L’instrument utilisé a été le projet d’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI). L’AMI dont l’élaboration avait été décidée lors de la réunion ministérielle de l’OCDE de mai 1995, vise l’ensemble des investissements : directs (industrie, services, ressources naturelles) et de portefeuille. Il prévoit des dispositifs de protection, notamment pour le rapatriement total des bénéfices. L’AMI a été comme tel abandonné en 1997 mais est réapparu sous la forme d’une multitude d’Accords bilatéraux sur l’investissement, ce sont les nouveaux « habits » de l’AMI.

L’OMC fonctionne selon le mode « un pays - une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ». Toutefois, dans la lancée de l’épisode de Seattle en novembre 1999, la conférence de Cancun (Mexique) en septembre 2003 a été marquée par la résistance d’un groupe de 22 pays émergents du Sud, qui se sont alliés en la circonstance pour mener la conférence à l’échec, face à l’intransigeance des pays du Nord.
Site :
a entrainé : la disparition des barrières douanières protégeant les petits producteurs face aux mastodontes et aux produits subventionnés du Nord, les privatisations à vil prix des grandes entreprises publiques et la liberté de circulation des capitaux avec le libre rapatriement des bénéfices. Ces mesures ont chroniquement affaibli les états du Sud et appauvri leurs populations. Or, la croissance du PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
(produit intérieur brut) - 5% en Afrique voire 8% pour l’Inde - tant vanté par les adeptes de l’économie libérale, ne rend pas compte de la réalité vécue par la majorité de ses habitants. Pour avoir une idée du Revenu National Brut (RNB), celui qui va rester dans le pays pour y être réparti, il faut déduire des chiffres du PIB dont on nous rabat les oreilles, les revenus nets versés à l’étranger. Sans taxes douanières et après privatisation internationale de l’exploitation des ressources naturelles, avec des ETN (entreprises transnationales) quasiment pas taxées, ce qui reste du PIB pour faire fonctionner les services publics de santé, d’éducation et les investissements dans les infrastructures est extrêmement faible.

Avec de nouveaux prêts, les institutions financières internationales les ont poussés à rembourser des dettes odieuses, qui n’ont jamais servi aux investissements et au développement de leurs pays, mais plutôt à corrompre leurs décideurs et à enrichir les transnationales s’arrogeant les marchés publics locaux. Ainsi, la dérégulation économique, qualifiée du mot « Consensus » de Washington par les plus forts, a été imposée au forceps financier aux plus faibles, délicatement nommé plan d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
. Elle a permis de maintenir le Tiers-monde dans le sous-développement. Car, en plus d’exporter de plus en plus de matières premières dont les prix baissaient, ces pays devaient exporter une partie importante des devises obtenues pour tenter de sortir du surendettement. Le libre échange, avec concurrence faussée et étranglement des dépenses entrainant le sous financement des services publics, leur a été imposé par le trio FMI-BM-OMC. Le but affiché : doper l’économie et dégager les sommes ponctionnées dans le budget pour rembourser les créanciers majoritairement étrangers. En réalité, la fin cachée, et la réalité le prouve, a été le développement des profits d’une petite oligarchie financière internationale au détriment de celui de la justice sociale et du bonheur des peuples. C’est ce que vivent les populations du Nord depuis quelques années. Pour faire face au surendettement organisé des états, renforcé depuis peu par le sauvetage des banques, les gouvernements réduisent lourdement les dépenses publiques en préparant en sous main leurs privatisations. Le FMI et l’OMC sont devenus presque aussi influents sur les politiques du Nord que sur celles du Sud.

Si faim et pauvreté ont reculé dans la Chine capitaliste et dictatoriale, plus de la moitié des humains vivent encore en 2011 dans une très grande pauvreté, (moins de 2 dollars par jour) sans parler des affamés dont le nombre va de nouveau augmenter avec la montée insupportable des cours des céréales en ce début d’année.

Depuis longtemps, pour s’entraider en cas de problèmes graves et assurer la sécurité de leur famille, les femmes ont su créer des tontines en Afrique ou des groupes de protections et de crédits en Inde. Ces diverses formes de microfinance mutualiste se sont construites sur des bases populaires et autonomes. Elles offraient un réel début d’indépendance aux femmes et leur permettaient d’échapper aux préteurs privés pratiquant des taux d’intérêts usuraires pouvant aller jusqu’à 5% par jour dans les cas ultimes, spécifiquement en Inde.

C’est bien l’extrême pauvreté du Bangla Desh, résultat d’un partage de plus inégal des biens communs de la planète qui a permis à la Grameen Bank de se créer comme institution de microcrédit et de grandir aussi rapidement. L’intention était socialement intéressante, mais comment imaginer qu’en prêtant des sommes d’argent minimes à des femmes on va lutter contre la pauvreté globale dont les causes sont exogènes. Surtout quand les frais de remboursement sont 5 à 10 fois plus élevés qu’en Europe. Les chercheurs Roesch, Servet, Guérin et Morvant écrivent dans Le Monde du 13.12.2010 à propos du sud de l’Inde : « Nos recherches établissent que les taux des prêteurs privés (…) les plus fréquents sont autour de 3 à 5 % par mois (soit 36 à 60% par an) (…) le taux effectif est très proche de celui des IMF (institutions de microfinance) actuellement sur la sellette. » Ce qui contredit la communication des IMF qui ont toujours mis en avant le plus bas niveau de leurs taux par rapport aux préteurs privés qu’elles qualifient volontiers d’usuriers. La réussite de Muhammad Yunus, créateur de la Grameen Bank, a encouragé les grands organismes financiers de la planète à creuser ce filon en finançant ou créant d’autres agences de microcrédit. « …investir dans une institution de microfinance donne une rentabilité des capitaux propres de plus de 20 %, un remboursement des prêts à 99 % et tout cela en permettant aux pauvres, et en particulier aux femmes, de créer leurs propres entreprises (….) Toutes nos enquêtes montrent que 90 % de la population d’Andhra Pradesh en Inde est endettée et ne survit qu’en passant d’un crédit à l’autre. Les familles prennent du crédit auprès des IMF non parce qu’elles ont « confiance » mais parce qu’elles ne peuvent pas faire autrement. Elles remboursent à 100 % non par « confiance » mais parce qu’elles ont besoin de renouveler le crédit pour vivre. Très souvent elles prennent un crédit pour rembourser un autre.  » En langage financier cela s’appelle de la cavalerie, c’est une spirale infernale dont on ne peut jamais sortir. Elle est par contre très profitable aux prêteurs. C’est exactement ce qui est arrivé aux PED après la grande crise de la dette des années 80. L’emprunteur se trouvant contraint de rembourser deux créanciers différents pour la même somme empruntée, risque de doubler les intérêts à payer. Quand les prêteurs, institutionnels ou privés, ne contrôlent pas le niveau d’endettement d’une femme indienne avant de lui octroyer un nouveau prêt qui, comme les précédents n’est pas destiné à un investissement productif mais tout simplement à faire face à un état de pauvreté insupportable, la vanne du surendettement est ouverte et le flot des drames qui vont en découler sera impossible à endiguer sans une aide extérieure ou une intervention de l’Etat. La pression insupportable des agents de certaines IMF sur de nombreuses femmes indiennes, déjà dans l’impasse du surendettement, ne peut que les pousser au suicide. « C’est la première fois qu’un parti politique appelle au non-remboursement et cet appel vise plus particulièrement les deux plus grosses et plus connues institutions de microfinance d’Inde : SKS et Spandana. Elles sont accusées de pratiquer des taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5millions de dollars, donc en tout 15millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
« usuraires » et de pousser au suicide les pauvres femmes qui n’arrivent pas à rembourser. (…) Depuis des années, le microcrédit est présenté comme destiné à financer la création de micro-entreprises par des familles pauvres. Des recherches approfondies sur l’utilisation du crédit et le mode de gestion de ces crédits, notamment par une équipe IRD - Cirad ont mis en évidence que près de huit prêts sur dix sont utilisés comme crédits à la consommation, pour des dépenses de santé, pour l’habitat ou pour des dépenses d’éducation.
 » LEMONDE.FR | 15.11.10 Libération titre le 10.02.11 : « Chez les paysans indiens, le surendettement tue » 17.000 d’entre eux se sont suicidés en 2009, depuis 10 ans plus de 150.000. Si les IMF ne sont pas directement en cause, les marchands qui vendent à crédit engrais, pesticides et semences hybrides aux paysans pratiquent eux aussi une forme de microcrédit. Et celui qui subit une mauvaise récolte, due à des dérèglements climatiques ou d’autres causes imprévues comme des attaques d’insectes sur le coton OGM OGM
Organisme génétiquement modifié
Organisme vivant (végétal ou animal) sur lequel on a procédé à une manipulation génétique afin de modifier ses qualités, en général afin de le rendre résistant à un herbicide ou un pesticide. En 2000, les OGM couvraient plus de 40 millions d’hectares, concernant pour les trois-quarts le soja et le maïs. Les principaux pays producteurs étaient les USA, l’Argentine et le Canada. Les plantes génétiquement modifiées sont en général produites intensivement pour l’alimentation du bétail des pays riches. Leur existence pose trois problèmes.


- Problème sanitaire. Outre la présence de nouveaux gènes dont les effets ne sont pas toujours connus, la résistance à un herbicide implique que le producteur va multiplier son utilisation. Les produits OGM (notamment le soja américain) se retrouvent gorgés d’herbicide dont dont on ignore les effets sur la santé humaine. De plus, pour incorporer le gène nouveau, on l’associe à un gène de résistance à un antibiotique, on bombarde des cellules saines et on cultive le tout dans une solution en présence de cet antibiotique pour ne conserver que les cellules effectivement modifiées.


- Problème juridique. Les OGM sont développés à l’initiative des seules transnationales de l’agrochimie comme Monsanto, pour toucher les royalties sur les brevets associés. Elles procèdent par coups de boutoir pour enfoncer une législation lacunaire devant ces objets nouveaux. Les agriculteurs deviennent alors dépendants de ces firmes. Les États se défendent comme ils peuvent, bien souvent complices, et ils sont fort démunis quand on découvre une présence malencontreuse d’OGM dans des semences que l’on croyait saines : destruction de colza transgénique dans le nord de la France en mai 2000 (Advanta Seeds), non destruction de maïs transgénique sur 2600 ha en Lot et Garonne en juin 2000 (Golden Harvest), retrait de la distribution de galettes de maïs Taco Bell aux USA en octobre 2000 (Aventis). En outre, lors du vote par le parlement européen de la recommandation du 12/4/2000, l’amendement définissant la responsabilité des producteurs a été rejeté.


- Problème alimentaire. Les OGM sont inutiles au Nord où il y a surproduction et où il faudrait bien mieux promouvoir une agriculture paysanne et saine, inutiles au Sud qui ne pourra pas se payer ces semences chères et les pesticides qui vont avec, ou alors cela déséquilibrera toute la production traditionnelle. Il est clair selon la FAO que la faim dans le monde ne résulte pas d’une production insuffisante.
, ne peut rapidement plus s’en sortir avec des semences de plus en plus chères qu’il doit racheter chaque année à son marchand ainsi que les intrants Intrants Éléments entrant dans la production d’un bien. En agriculture, les engrais, pesticides, herbicides sont des intrants destinés à améliorer la production. Pour se procurer les devises nécessaires au remboursement de la dette, les meilleurs intrants sont réservés aux cultures d’exportation, au détriment des cultures vivrières essentielles pour les populations. chimiques dont les prix augmentent avec celui du pétrole.

Depuis les injonctions du FMI dans les années 90 pour une dérégulation financière en Inde, les banques agricoles publiques ont disparu. De nombreux mouvements altermondialistes soutiennent le passage vers une agro-écologie moderne, sans intrants chimiques, avec des semences paysannes échangées comme cela se faisait depuis des millénaires. Ce qui est une part de la revendication pour la souveraineté alimentaire. Par fierté et pour délivrer leurs familles enchaînées par des dettes impayables, le paysan indien -souvent en avalant un pesticide qui a causé sa perte- ou la femme indienne, préfèrent mette fin à leurs jours. En France, où plus d’un paysan se suicide chaque jour, le surendettement est la cause prépondérante même si elle n’est pas la seule.



Nicolas Sersiron

Ex-président du CADTM France, auteur du livre « Dette et extractivisme »
Après des études de droit et de sciences politiques, il a été agriculteur-éleveur de montagne pendant dix ans. Dans les années 1990, il s’est investi dans l’association Survie aux côtés de François-Xavier Verschave (Françafrique) puis a créé Échanges non marchands avec Madagascar au début des années 2000. Il a écrit pour ’Le Sarkophage, Les Z’indignés, les Amis de la Terre, CQFD.
Il donne régulièrement des conférences sur la dette.

Autres articles en français de Nicolas Sersiron (79)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70