Non au « Pacte budgétaire » et à l’Europe punitive, oui à une Europe solidaire !

27 février 2012 par CAC France

Mercredi 29 février, la Confédération européenne des syndicats (CES) appelle à une journée de mobilisation des syndicats européens pour dénoncer le nouveau traité européen – le Pacte fiscal – qui sera signé lors du Sommet européen des 1er et 2 mars. Dans de nombreux pays européens, les syndicats européens manifesteront contre un texte qui ne propose rien d’autre que d’enfoncer l’Europe d’un cran dans l’austérité généralisée.

Avec le Pacte budgétaire, c’est une véritable camisole de force néolibérale qui est imposée à l’Europe. Ce nouveau traité impose en effet des dispositifs de contrôle technocratiques des budgets nationaux, ainsi que des sanctions pour les « mauvais élèves » de l’austérité. Il prévoit la mise en place de « règles d’équilibre budgétaire » dans les législations nationales.

Les gouvernements seront donc amenés, de gré ou de force, à procéder à des coupes drastiques dans la fonction publique, à financiariser les régimes de retraites, à flexibiliser leur marché du travail et remettre en cause les droits sociaux et syndicaux pour mieux « modérer » les salaires. De telles politiques d’austérité ont pourtant déjà prouvé leur inanité en Grèce, plongeant le pays dans un chaos économique et social sans précédent, après deux années de soi-disant « plans de sauvetages ». La Grèce sera donc le laboratoire du pire.

Le Pacte budgétaire s’articule avec le Mécanisme européen de stabilité (MES), qui succède au Fonds européen des stabilité financière (FESF). Il institutionnalise les politiques destructrices menées par la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. dans les pays surendettés. Pour financer cette prétendue « solidarité », le MES devra emprunter sur les marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
 : pour permettre au MES de conserver sa note, les gouvernements devront ainsi redoubler de rigueur... Un bricolage absurde, qui permet d’éviter une intervention directe, pourtant nécessaire, de la Banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
.

Le Pacte budgétaire participe, avec le MES, d’une dérive autoritaire et technocratique des institutions européennes. Il organise le transfert de pans entiers des politiques économiques des gouvernements européens vers des instances non élues… dont la principale prérogative consiste à « rassurer les marchés ».

Les peuples européens doivent se mobiliser au plan national et européen, pour exprimer le rejet de cette dérive technocratique et autoritaire. Le choix de l’austérité généralisée engage notre avenir. A ce titre, un véritable débat citoyen et une consultation populaire sont nécessaires.

En France, le Collectif pour un audit citoyen de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique appelle tous les citoyens à se mobiliser dans leurs quartiers, leurs villages, leurs lieux de travail, pour construire ensemble ce débat. Dans cette perspective, nous nous joignons aux manifestations organisées par les syndicats à l’appel de la CES.

Dans la semaine du 5 au 12 mars nous appelons chacun à se joindre aux initiatives des collectifs locaux pour l’audit citoyen afin d’exprimer notre opposition à ce traité et d’imposer un véritable débat ; une réunion publique des collectifs de la région Ile de France se tiendra le 5 mars à la Bourse Bourse La Bourse est l’endroit où sont émises les obligations et les actions. Une obligation est un titre d’emprunt (l’émetteur la vend à l’acheteur qui doit la rembourser à un taux et une échéance déterminés) et une action est un titre de propriété d’une entreprise. Les actions et les obligations peuvent être revendues et rachetées à souhait sur le marché secondaire de la Bourse (le marché primaire est l’endroit où les nouveaux titres sont émis pour la première fois). du travail rue Charlot.


Auteur.e

CAC France

Collectif pour un audit citoyen de la dette publique Site : http://www.audit-citoyen.org