Communiqué de presse

Notre démocratie contre leur austérité

14 novembre 2012


Une coalition déterminée à créer un nouveau rapport des forces en Europe annonce 6 mois de mobilisation contre les choix austéritaires de l’UE. Des actions à l’échelle européenne culmineront vers un « Alter Summit » [1] début juin.

Unir nos forces pour une Europe pacifique, sociale, écologique et démocratique

Dans le cadre de « Florence 10+10 », rassemblement organisé 10 ans après le premier Forum Social Européen de Florence (2002), le projet « Alter Summit » a été lancé devant une assemblée de 850 personnes issues de 20 pays d’Europe, représentant plus de 100 organisations, dont de nombreux syndicats (nationaux ou européens), mouvements sociaux, instituts de recherche et organisations écologistes, féministes ou altermondialistes. Le projet d’Alter Summit bénéficie aussi de l’appui de nombreuses personnalités culturelles et politiques.

La volonté de réunir ce Sommet des peuples d’Europe et des alternatives se base sur un appel (www.altersummit.eu) qui identifie la dimension fondamentalement politique de la crise dans l’UE : les réponses austéritaires sont choisies en connaissance de cause, malgré qu’elles aggravent la crise, pour imposer un basculement de l’ordre social vers un modèle ultra-libéral – au prix de millions d’emplois, de reculs sociaux brutaux, et de menaces considérables sur la démocratie elle-même.

Lors du lancement de l’Alter Summit, les syndicats grecs, ainsi que le comité des mouvements sociaux présents à Florence, ont exprimé leur souhait d’accueillir à Athènes ce Sommet des alternatives, qui aurait lieu début juin 2013. « La Grèce a été le laboratoire européen de la destruction des droits sociaux – ont-ils déclaré – mais elle peut aussi être le laboratoire de la résistance populaire et de la reconquête de la démocratie. Nous avons besoin du soutien de tous les peuples d’Europe, car chaque peuple qui défend ses droits contribue à la défense des droits sociaux partout en Europe »

Des alternatives existent ! Les peuples d’Europe peuvent se libérer du fardeau de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
 ; l’austérité doit être remplacée par la justice fiscale et la création de millions d’emplois pour la transition écologique ; les droits sociaux doivent être rétablis, la pauvreté et la précarité – qui frappent surtout les femmes et les enfants – doivent être combattues, la liberté de négociation collective pleinement respectée ; une société plus juste et réellement démocratique est possible maintenant.

La conviction partagée est que la centralisation du pouvoir économique et politique (par la Commission, la Banque Centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. et le Conseil Européen) prive de puissance réelle les mobilisations nationales – pourtant très importantes : il s’agit donc de construire, sans délai, les bases d’un véritable mouvement social européen. Le projet repose sur le développement de coalitions nationales ou régionales à travers toute l’Europe, et sur une série d’étapes dans la mobilisation.

La journée de grèves et d’actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
initiée ce 14 Novembre par les syndicats portugais, espagnols, italiens, grecs, etc, et soutenue par la CES (liste des actions sur http://www.etuc.org/a/10446) et par les syndicats et les mouvements sociaux dans plus de 20 pays, est évidemment la première concrétisation de cette mobilisation progressive que les organisations membres de l’Alter Summit appellent de leurs vœux. Il s’agit d’un événement historique, la première grève transnationale de l’histoire européenne !

Le « Sommet de Printemps » de Mars 2013, lors duquel l’UE définira ses priorités politiques de l’année – vraisemblablement un renforcement de l’austérité, sera l’occasion d’importantes protestations, que ce soit à Bruxelles ou à travers l’Europe. De nombreuses autres actions sont prévues (voir notamment la déclaration finale de « Florence 10+10 » : www.firenze1010.eu).

Les nombreuses organisations impliquées se sont donné jusque mi-décembre pour confirmer et préciser leur important programme de mobilisations, convergeant vers l’Alter Summit début juin (probablement les 8 & 9 juin).

Contact Europe : info@altersummit.eu
Contact Belgique : Felipe Van Keirsbilck (CSC) 00 32 478 29 59 50 ; Andre Della Vecchia (CG FGTB) 00 32 474 49 74 38 ; Franco Carminati (Attac) 00 32 475 72 34 48 ; Myriam Bourgy (CADTM) 00 32 498 35 36 66



Notes

[1Alter Summit : sommet des peuples et des alternatives. Construire un mouvement social pour une Europe sociale, écologique et démocratique.

cadtm.org

Traduction(s)