Les Chiffres de la Dette 2015 : Chapitre 6

Panorama global de la dette au Nord et au Sud

11 février 2015 par Eric Toussaint , Daniel Munevar , Pierre Gottiniaux , Antonio Sanabria

6.1. La croissance incontrôlée de la dette à l’échelle globale

Entre 2007 et 2012, la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique des pays étudiés a augmenté de 67 %. Les principales augmentations ont eu lieu dans les pays dits développés. Comme nous l’avons vu, ces augmentations soudaines sont associées à la récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. économique et aux coûts des sauvetages bancaires.


Tableau 6.1 – La dette publique dans les pays développés et les pays en développement, en 2007 et en 2012 (en milliards de dollars US)
 |1|

20072012
Dette publique de l’UE 27 9 368 14 089
Dette publique des États-Unis 8 054 15 239
Dette publique du Japon 6 482 10 792
Dette publique du Royaume-Uni 1 326 2 590
Dette extérieure publique des PED 1 272 1 766

Contrairement à l’affirmation courante selon laquelle la dette publique serait à l’origine de la crise, du fait d’un excès supposé des dépenses publiques, l’augmentation la plus forte est bien celle de la dette privée. Ainsi, à titre d’exemple, entre les années 2000 à 2008, la dette privée totale (des sociétés non financières, des sociétés financières et des ménages) a augmenté de 175 à 235 % du PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
aux États-Unis et de 268 à 434 % du PIB au Royaume-Uni. Depuis la crise, la dette du secteur privé non financier s’est encore accrue : la Banque des règlements internationaux (BRI) a calculé qu’au niveau mondial, cette dette a augmenté d’environ 30 % |2|. Selon la BRI, dans les pays « avancés », la dette privée du secteur non financier s’élevait en moyenne à 275 % du PIB |3|, et à 175 % dans les pays dits « émergents ».


6.2. Comparaison des chiffres de la dette au Nord et au Sud

Une simple comparaison entre les montants de la dette publique des pays développés et des pays en développement révèle que la dette des pays de ce second groupe est largement inférieure à celle des pays du premier groupe. Ceci montre que l’annulation de la dette des pays du tiers-monde est facilement réalisable sur le plan économique et financier. C’est une question politique, en tant que condition nécessaire (bien que non suffisante) pour garantir le respect des droits humains dans ces pays.


Graphique 6.1 – Comparaison des montants de la dette dans les pays développés et les pays en développement (en milliards de dollars US) en 2012
 |4|


6.3. Comparaison entre les chiffres de la dette et des autres dépenses

Le tableau ci-dessous montre quelques exemples de budgets selon différents postes au niveau mondial - dépenses effectives et manques à gagner -, alors que les besoins fondamentaux d’une partie de la population ne sont pas satisfaits. On dépense 134 fois plus, par exemple, pour dire à la population ce qu’elle doit acheter (dépenses de publicité) que la somme allouée au Programme alimentaire mondial des Nations Unies pour lutter contre la faim dans le monde.


Tableau 6.3 – Quelques chiffres édifiants (en milliards de dollars US, 2010-2012)

Dépenses annuelles mondiales de publicité (prévues en 2012) 470
Dépenses militaires annuelles au niveau mondial (2011) 1.740
Service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. extérieure publique des PED (2011) 171
Coût de l’évasion fiscale pour les PED (2011) 400
Revenus des banques d’affaires, comme Goldman Sachs (2012) 240
Dépenses annuelles mondiales pour l’achat de drogues illégales (2011) 400
Dépenses annuelles mondiales pour nourrir chiens et chats domestiques (2012) 67
Sommes mobilisées par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies en 2010 3,5
Budget total de l’État de RD Congo, 74 millions d’habitants (2012) 8
Bonus versés par Goldman Sachs (2011) 12
Bonus versés à la City de Londres (2011) 21
Rémunérations et bonus versés par les 5 premières banques états-uniennes (2010) 119
On dépense 159 fois plus pour dire à la population ce qu’elle doit acheter que pour lutter contre la faim dans le monde.


6.4. Les dépôts des riches des PED dans les banques du Nord

Alors que les gouvernements des PED conservent des dettes considérables envers des banques du Nord, les grandes entreprises et les personnes les plus fortunées établies dans ces PED possèdent des comptes dans ces mêmes banques, équivalant à 14 fois la valeur de ces dettes publiques. Cela démontre clairement la nécessité de lutter contre la fuite des capitaux et pour la rétrocession des biens mal acquis aux populations des PED qui en ont été spoliées par les classes dominantes locales.

Tableau 6.4 - Dette publique des pays en développement auprès de banques du Nord et dépôts bancaires dans des banques du Nord émanant d’individus et d’entreprises établis dans les PED (en milliards de dollars US) |5|


Notes

|1| Source issues des bases de données suivantes : Eurostat, op.cit. ; Banque mondiale, op.cit.
Les chiffres pour les États-Unis et le Japon se rapportent à la dette du gouvernement central et excluent la dette d’autres niveaux de l’administration, ainsi que celle de la sécurité sociale.

|2| Banque des règlements internationaux (BRI), Rapport annuel 2014, juin 2014, graphique l.1. Disponible sur http://www.bis.org/publ/arpdf/ar201...

|3| Si l’on y ajoutait la dette privée du secteur financier (banques, assurances...), ce pourcentage serait encore plus élevé.

|4| Source des données : Eurostat, op.cit. ; Banque mondiale, op.cit. Les chiffres pour les États-Unis se rapportent à la dette du gouvernement central et excluent la dette d’autres niveaux de l’administration, ainsi que celle de la sécurité sociale.

|5| Sources issues des bases de données de : Banque des règlements internationaux (BRI), op.cit. ; Banque mondiale, International Debt Statistics, op.cit.

Auteur.e

Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, est porte-parole du CADTM international et est membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est auteur des livres Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014, Procès d’un homme exemplaire, Editions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet du livre AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège Dernier livre : Bancocratie ADEN, Brussels, 2014. Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 créée par la la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission a poursuivi ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.


Autres articles en français de Eric Toussaint (626)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ...

Auteur.e

Daniel Munevar

est un économiste post-keynésien de 30 ans originaire de Bogotá, en Colombie. De mars à juillet 2015, il a travaillé comme assistant de l’ancien ministre des finances grec, Yanis Varoufakis ; il le conseillait en matière de politique budgétaire et de soutenabilité de la dette. Auparavant, il était conseiller au Ministère des Finances de Colombie et conseiller spécial pour les investissements directs à l’étranger auprès du Ministère des Affaires étrangères de l’Équateur. C’est une des figures marquantes dans l’étude de la dette publique en Amérique latine. Il est membre du CADTM AYNA.


Autres articles en français de Daniel Munevar (43)

0 | 10 | 20 | 30 | 40

Auteur.e

Pierre Gottiniaux

Permanent au CADTM Belgique


Autres articles en français de Pierre Gottiniaux (27)

0 | 10 | 20

Autres articles en français de Antonio Sanabria (10)

Traduction(s)