Plusieurs marches d’ouverture au FSM 2015

27 mars 2015 par Claude Quémar , Salaheddine Lemaizi

Les travaux de la 13e édition du Forum social mondial ont démarré le 24 mars avec la traditionnelle marche d’ouverture. L’itinéraire de cette marche a été modifié par les organisateurs pour pouvoir converger vers le Musée du Bardo, lieu des attaques terroristes du 18 mars dernier. Récit d’une marche sans grand éclat.

Plusieurs marches d’ouverture au FSM 2015
« Annulons, annulons la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, elle tue, elle pille, elle assassine
 », scandent les militants du CADTM, sous une forte pluie au départ de la marche. Les quarante militants du réseau international ont animé cette marche ternie par le mauvais temps mais surtout par la forte présence de délégations ultranationalistes (envoyées par les gouvernements algériens et marocains,...) faisant passer les mots d’ordre du Forum social mondial au second plan.

Pour un autre monde possible et nécessaire Environ 10 000 manifestants se sont donné rendez-vous à Bab Saâdoun pour le départ de cette marche, avec une forte présence de la jeunesse et des délégations venues du monde entier : Afrique, Amérique Latine, Europe, Moyen Orient, Amérique du Nord, Asie. Le CADTM et le Réseau ATTAC international ont marché ensemble derrière les mots d’ordre de l’annulation de la dette illégitime Dette illégitime Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
et odieuse et la lutte contre les politiques des institutions financières internationales (les IFI, FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et Banque Mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 184 membres en 2003) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRETS ACCORDES PAR LA BM :
1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
en tête) au Nord comme au Sud. En français, en arabe et en haoussa, des slogans ont été portés par les militants et militantes du réseau. « FMI dégage, Banque mondiale dégage, micro-crédit dégage », exigent ces militants et militantes venus des quatre coins de la planète réunis contre le néolibéralisme et l’impérialisme et pour un autre monde possible et nécessaire.

Dans la même marche, des manifestants sont restés attachés à leur identité nationale avec les drapeaux de leur pays. Très remarqués par leur nombre, ces manifestants ont transformé la marche d’ouverture en une marche contre le terrorisme seulement. Cette question aujourd’hui divise au sein du FSM 2015. Un certain nombre d’organisations ont signé un communiqué pour dénoncer la récupération actuelle du Forum sous couvert de « la lutte contre le terrorisme ».

La presse quotidienne tunisienne n’a d’ailleurs retenu que ce thème dans ses comptes rendus, passant sous silence les thèmes centraux de cette édition.
Au final, on ne peut parler d’une seule marche d’ouverture, mais de plusieurs marches, parallèles, convergeant vers le même lieu mais sans doute pas vers les mêmes objectifs. Le début des ateliers semble confirmer cette impression, peu de mélanges géographiques sauf sur certains thèmes comme l’urgence climatique, les droits des femmes et, bien sûr, la dette.

Nous y reviendrons très prochainement ici même.


Auteur.e

Claude Quémar

est membre du CADTM France


Autres articles en français de Claude Quémar (19)

0 | 10

Auteur.e

Salaheddine Lemaizi

Secrétaire général d’ATTAC CADTM Maroc et Comité des études et de plaidoyer du CADTM Afrique.


Autres articles en français de Salaheddine Lemaizi (18)

0 | 10