Portugal : Journal de bord de confinement

Version originale en portugais publiée le 8 juin 2020

28 septembre par Rui Viana Pereira


En 2007-2008, une crise financière mondiale a éclaté avec des effets sociaux dévastateurs. Au Portugal, ces effets se sont traduits par des faillites et des sauvetages de banques, un chômage massif, la destruction d’une partie de la capacité de production et une ingérence extérieure directe dans la gouvernance du pays. Justification avancée par les pouvoirs politique et économique pour imposer un paquet brutal de dettes publiques et de mesures d’austérité : la population aurait « dépensé au-dessus de ses moyens ». Après dix ans, le monde entier comprend le caractère fallacieux de cet argument.

En 2019, une nouvelle crise financière mondiale commence à se manifester. Une fois de plus, quelqu’un devra payer la facture. Mais cette fois, comme il n’est pas possible de répéter le faux pas de 2011, les autorités publiques et économiques ont trouvé un nouveau bouc émissaire : le coronavirus.

 Les crises capitalistes sont cycliques et systémiques, comme le coronavirus

La question qui doit être posée maintenant est la suivante : vivons-nous une nouvelle crise capitaliste mondiale comme celle de 2007-2008 ?

Quant aux mesures adoptées pour faire face à la crise, au moment où j’écris ces lignes, leurs contours définitifs ne sont pas encore clairs à tous égards, mais elles offrent déjà suffisamment de matière pour l’analyse. Mais avant d’examiner l’arbre, essayons de voir la forêt où il se cache.

 Sur les bases de notre civilisation : la gestion des excédents

Il y a plus de 7 000 ans, la capacité progressive à produire de grandes quantités d’excédents [1] a donné lieu à d’énormes changements sociaux :

  • des systèmes de stockage, de protection et de redistribution des excédents de production ont été mis en place ;
  • ces systèmes étaient nécessairement de nature collective car ils reposaient sur la collecte des excédents de la production individuelle et présupposaient une répartition préalable des ressources disponibles (semences, terres, bateaux, eau, etc.) ;
  • l’existence d’excédents libère une grande partie de la main-d’œuvre disponible, qui peut ainsi se consacrer à d’autres tâches que la collecte ou la production de biens essentiels ; en d’autres termes, la production excédentaire génère des « excédents sociaux » et avec eux une nouvelle et complexe stratification sociale.

Des choses comme la construction d’écoles et d’hôpitaux, la formation de leurs professionnels, ne peuvent exister que grâce à un flux constant de surplus redistribués collectivement.

Les matières premières stratégiques de ces pays sont réservées à la France

Dans les sociétés où le système de production capitaliste est hégémonique, le processus de gestion et de redistribution des excédents a évolué vers des formes très éloignées de son motif initial, voire qui le contredisent. L’excédent est alors appelé « capital » – soit sous forme de valeur symbolique, de moyens de production, de réserves de biens ou de force de travail –, échappant largement au contrôle collectif et créant un véritable chaos dans le système d’accumulation et de gestion. Ce chaos, bien qu’inhérent au système capitaliste, et donc permanent, atteint à certains moments un paroxysme qui provoque la destruction massive de la capacité productive [2]. C’est la crise.

Lorsque les excédents, sous quelque forme que ce soit, sont gérés au profit de l’ensemble de la population, leur redistribution est appelée « investissement public ». Lorsqu’ils sont accumulés et gérés par des mains privées, leur redistribution est appelée « investissement privé ». Cette forme de redistribution est toujours très sélective. C’est pourquoi une petite épicerie de quartier ou une famille ont des difficultés à accéder au crédit, alors qu’une grande banque ou une multinationale ont facilement accès à des montants illimités de crédit.

En cas de crise, le mode de destruction le plus connu est la guerre ; mais il existe d’autres expédients : la réduction des services publics, la destruction/épuisement des ressources naturelles, le chômage massif, etc. Aujourd’hui, le résultat des mesures de lutte contre le coronavirus, proposées par de nombreux gouvernements, ressemble dangereusement à ces stratégies de destruction massive – à la seule différence que cette fois, la faute est attribuée à un virus et non à un quelconque Hitler. En fait, sous prétexte de crise sanitaire, des milliers de petites et moyennes entreprises commerciales et de production sont en train d’être anéanties. Les conséquences de ce véritable bombardement de la société sont toujours les mêmes :

  • concentration du capital et monopolisation de la production dans certaines zones, grâce à un écrasement massif de petites et moyennes unités de production ;
  • le chômage atteint des niveaux dantesques ; avec lui, la faim et l’extrême pauvreté ;
  • une grande partie des ressources collectives est détournée pour sauver les grandes entreprises qui, autrement, ne résisteraient pas à la baisse du taux de profit, feraient faillite et laisseraient leurs actionnaires les mains vides ;
  • une telle déviation entraîne l’abandon, l’extinction ou la paralysie de nombreux services collectifs essentiels au bien-être de la population [3].

 L’arrivée providentielle de covid-19

En 2020, la responsabilité de la crise globale a été imputée au coronavirus, ce corps incapable de se défendre devant un tribunal ou devant les caméras de télévision, totalement étranger aux relations sociales, politiques et économiques des êtres humains.

Dans une première étape de la lutte contre la pandémie, les mesures adoptées par le gouvernement portugais ont été acceptées sans opposition par la majorité de la population, pour des raisons circonstancielles : les services de santé publique ayant été sérieusement mis à mal par les mesures d’austérité, le pays ayant perdu son autonomie et sa capacité à produire les biens nécessaires à la lutte contre la pandémie, le sacrifice absurde de la mise en quarantaine de personnes saines a été accepté, peut-être pour la première fois dans la longue histoire de l’humanité.

La panique générée par la campagne de terreur médiatique a permis d’accepter pacifiquement les mesures proposées. Une fois la panique créée, le bon sens ne règne plus et tout devient permis. Cependant, aucune personne saine d’esprit ne croirait – sauf sous l’effet stupéfiant de la panique –qu’à condition de porter un masque et de fermer les écoles et les petites entreprises, on peut se passer des billets et des pièces de la main à la main, travailler dans une usine, dans un centre d’appel, à un comptoir de supermarché, prendre des transports publics surchargés, retirer de l’argent à un distributeur automatique, utiliser un ascenseur partagé, sans risque de contagion accélérée. Le principal résultat de cette tromperie a été la fermeture des petites entreprises, qui ont perdu une grande partie de leur capacité de survie ; une grande partie de la petite et moyenne industrie est au bord de la mort [4]. Cependant, la grande industrie de production, de services et de distribution est restée en activité ; elle a bénéficié de nouvelles exonérations fiscales ; elle a transféré une partie de la masse salariale à la sécurité sociale ; elle a vu les licenciements massifs facilités ; elle a obtenu de nouvelles conditions de crédit avec une garantie de l’État. Toutes ces prestations sont payées par les classes populaires de la population, comme d’habitude, par la collecte des impôts sur les plus pauvres et de leurs cotisations de sécurité sociale.

Le Parlement a accepté les mesures décrétées par le gouvernement ; il a accepté de discuter et d’approuver la proposition présidentielle qui a décrété l’état d’urgence [5] ; mais il a refusé de discuter du principal : la restauration des excédents détruits – il a refusé d’imposer un renversement profond des mesures d’austérité introduites par le gouvernement de Passos Coelho/Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté.  ; il a refusé, une fois de plus, de mettre fin au chaos du système bancaire, de placer le système de crédit sous contrôle public, au service de la population ; il a accepté, une fois de plus, de détourner 850 millions d’euros du trésor public pour sauver une banque privée [6].

Certains gouvernements se sont lancés dans une dérive autocratique en utilisant les mesures de lutte contre la pandémie comme prétexte pour atteindre leurs objectifs. Certains le font de manière camouflée, d’autres sans masque, comme c’est le cas en Slovénie [7]. Dans le cas du Portugal, nous avons assisté à une tentative de dérive autoritaire, exprimée par le décret présidentiel d’état d’urgence, qui a suspendu le droit de grève et le droit de résistance [8]. Cependant, le gouvernement d’António Costa, bien qu’il ne se soit pas opposé au décret présidentiel, n’a apparemment pas voulu en tirer un avantage politique. Je dis « apparemment » parce que nous ne savons pas quelle aurait été la réaction du gouvernement si le peuple portugais ne s’était pas montré profondément obéissant aux mesures décrétées, ne s’y opposant pas dans la rue et n’appelant pas à la grève.

 La renaissance de la clandestinité

Le rythme auquel apparaissent les « sondages d’opinion » est hallucinant et contraire à l’analyse scientifique, qui demande du temps et de la patience. Chaque jour, nous voyons apparaître dans l’actualité des sondages qui confirment ce qui était censé être confirmé au départ : que la population est paniquée, que tout le monde obéit aux règles d’enfermement et de distanciation sociale, que la majorité fait confiance aux autorités politiques et sanitaires, etc. En bref, il ne semble pas y avoir d’opposition aux mesures imposées par le gouvernement. Mais ces enquêtes sont menées dans une logique idéaliste, dévalorisant la praxis et les aspects matériels de la réalité. C’est pourquoi ils ne rendent pas compte de la reprise clandestine des activités de nombreuses petites entreprises, notamment celles qui ont une fonction non seulement de consommation mais aussi de convivialité. Contrairement aux dernières décisions de l’exécutif, nous avons trouvé des cafés qui, bien que leurs portes soient encore fermées et les rideaux tirés (pour échapper aux forces de répression), sont bondés à l’intérieur de personnes qui parlent sans masque, jouent aux cartes et fument - c’est-à-dire des lieux secrets où toutes les interdictions, y compris celles qui semblaient avoir été complètement acceptées et intériorisées il y a de nombreuses années, sont à nouveau remises en question.

Les sondages jouent un rôle qui rappelle celui des organes officiels de propagande à l’époque de la dictature : ils ne parlent que de ce qui les intéresse ; ils rendent visibles les personnes qui brandissent le drapeau du régime, qui affichent tous les comportements nécessaires pour garder leur emploi et ne pas être persécutées par les forces de répression, mais sont aveugles aux actes clandestins, aux pamphlets subversifs passés secrètement de main en main, aux réunions clandestines. Il est possible que la culture populaire à double tranchant, formée pendant 40 ans de dictature comme moyen de survie, n’ait pas complètement disparu et soit prête à réapparaître à tout moment.

Ce penchant pour la rébellion clandestine n’est pas dû à l’action d’une hypothétique gauche subversive au Portugal. Elle a, pour l’instant, un sens éminemment individualiste et est très probablement due à la fatigue produite par le confinement, au manque de contact humain et au fait qu’après le choc initial, le bon sens tend à revenir, mettant en évidence l’absurdité des mesures imposées : l’absurdité de mettre en quarantaine des personnes en bonne santé face à un virus de type corona qui attaque l’humanité depuis des dizaines de milliers d’années ; l’absurdité de fermer des crèches et des écoles (les enfants et les jeunes sont très rarement gravement touchés et servent de « balais » au virus) ; l’absurdité de maintenir en activité les transports publics, des unités de production à forte concentration humaine, et dans le même temps de fermer des petites entreprises, paralysant la production locale et interdisant aux gens de respirer de l’air pur sur les plages et dans les parcs.

Les actes de pouvoir absurdes ont une réponse typique dans la culture populaire portugaise : la multiplication des anecdotes, tempérée par une sorte de mépris condescendant [9].

L’absurdité des mesures prises contre la pandémie dans la plupart des pays occidentaux est en contradiction avec le fait que nous ne sommes pas complètement dans le noir face à l’émergence d’une nouvelle souche d’un virus connu et étudié en laboratoire depuis les années 1960. À mon avis, 100 ans d’épidémiologie et 60 ans d’immunologie et d’étude moléculaire et clinique de souches successives de coronavirus pourraient justifier une série de mesures d’urgence, mais pas les mesures de confinement, de restriction des droits et libertés et de destruction économique que nous subissons.


Article extrait de l’AVP n° 78 « Dette, coronavirus et alternatives », magazine semestriel du CADTM disponible gratuitement en pdf, en vente unique (5 €) et en abonnement annuel.

Click




Notes

[1La plupart des auteurs parlent d’« excédents agricoles », mais cette expression est réductrice. Le processus de transformation sociale peut être déclenché par tout type d’excédent : pêche, mines, métallurgie, textiles, tanneries, etc. La question essentielle est la suivante : en l’absence d’excédents, les produits n’ont qu’une valeur d’usage, il ne peut y avoir de valeur d’échange car il n’est pas possible de stocker, gérer, redistribuer ou échanger ce qui n’existe pas – ou, plus précisément, ce qui n’existe qu’en quantité suffisante pour satisfaire les besoins individuels immédiats.

[2Dans l’approche simplifiée proposée ici, la notion de destruction de la capacité productive peut se résumer ainsi : la déréglementation du système de gestion collective et de redistribution provoque, par traînée, un manque de ressources disponibles (pauvreté), un chaos social et un manque d’ « excédents sociaux » ; il n’y a plus de moyens de production suffisants (désinvestissement), la main-d’œuvre disparaît dans de nombreux secteurs d’activité (manque de formation, émigration, chômage).

[3Toutes les 5 minutes, de nouvelles théories du complot apparaissent sur Internet. Nous devons les refuser, sinon nous brouillerons notre vision. Aucun parti n’a dans son programme (secret ou public) un chapitre intitulé « Comment détruire les ressources collectives pour sauver le grand capital » ; pourtant, c’est le rôle joué par tous les partis lorsqu’ils accèdent aux institutions du pouvoir, même s’ils n’en ont pas conscience. L’absence de conscience de son rôle dans la résolution des crises capitalistes est un phénomène insaisissable de notre société, tout comme le fétichisme des marchandises, que nous ne pourrons pas traiter ici. Ce que nous devons retenir est ceci : ce n’est pas aux forces de gauche (c’est-à-dire aux forces anticapitalistes) de contribuer à la résolution des crises capitalistes et à la bonne gestion du capital, mais de lutter pour la création d’une société alternative, anticapitaliste et plus juste.

[4La situation des petites et moyennes industries est extrêmement complexe à décrire. À titre d’exemple : une usine à capitaux portugais, de petite taille, mais suffisamment solide technologiquement pour exporter des produits médicaux dans le monde entier ; étant donné la nature du matériel produit, les produits doivent être certifiés par des laboratoires d’État ou universitaires avant d’arriver sur le marché ; mais ces laboratoires, parce qu’ils sont publics, ont été fermés ! L’usine peut donc continuer à fonctionner, mais ses produits ne peuvent pas entrer sur le marché ; cette usine s’effondrera face aux géants, généralement des concurrents américains, chinois ou allemands.

[5L’état d’urgence est un état d’exception ; il consiste en la suspension des droits, libertés et garanties consacrés dans la Constitution. Il s’agit donc d’une des variantes de la suspension de l’État de droit.

[6Dans la semaine du 11/05/2020, la banque Novo Banco a de nouveau été recapitalisée par l’État avec 850 millions d’euros supplémentaires. Peu importe qu’on appelle cette injection de capital un « prêt », car il est devenu évident que cette banque ne pourra jamais se ressaisir et rembourser les prêts et sauvetages successifs, qui s’élèvent déjà à plus de 4 milliards d’euros. Rappelons que la Novo Banco, après avoir été sauvée par l’État, a été offerte, sans frais, à un fonds d’investissement vautour appelé Lone Star, l’État étant obligé pendant 3 ans de maintenir la banque à flot et de la rendre viable et solvable, afin que la Lone Star puisse ensuite la vendre (avec un bénéfice pour la Lone Star, bien sûr). En termes économiques, cela s’appelle un sauvetage ; dans le langage courant de la rue, cela s’appelle un vol à main armée.

[7Voir : « La Slovénie se révolte à vélo », Le Courrier, 14-05-2020. « En Slovénie, tous à vélo pour dire non au gouvernement », Courrier International, 09/05/2020.

[8Au moment où j’écris ces lignes, l’état d’urgence est terminé après 30 jours.

[9Ce type de culture est illustré par l’émission de télévision « Isto É Gozar com Quem Trabalha » (« Ça c’est se moquer de ceux qui travaillent »), de Ricardo Araújo Pereira, qui transforme l’absurdité du pouvoir en absurdité comique, non-sense.

Rui Viana Pereira

est traducteur et sonoplaste, co-fondateur du Comité pour l’audit de la dette publique portugaise (CADPP), membre de Démocracie & dette. Renato Guedes fait de la recherche en physique (sous-particules atomiques) ; il est aussi membre du CADPP. Ces deux auteurs ont publié « Qui paye l’État providence au Portugal ? » (in Quem Paga o Estado Social em Portugal ?, coordonné par Raquel Varela ; Bertrand, Lisbonne, 2012) et « Et s’il y avait le plein emploi ? » (in A Segurança Social É Sustentável, coordonné par Raquel Varela ; Bertrand, Lisbonne, 2013).

Autres articles en français de Rui Viana Pereira (11)

0 | 10

Traduction(s)