Pourquoi le Pakistan devrait-il nous faire confiance ?

29 juillet 2010 par Nick Dearden


Les ’fuites’ relatives à la guerre en Afghanistan ont révélé jusque dans le détail la méfiance et la tension qui est au coeur du rapport de l’Occident avec l’Afghanistan et le Pakistan. Néanmoins, cette méfiance n’est pas simplement le produit d’une guerre longue de neuf ans, mais des décennies de contrôle économique qui ont semé inégalité, injustice et une gouvernance épouvantable à travers le monde musulman.

En effet, alors que les gouvernements Occidentaux s’érigent en donneurs de leçons vis-à-vis de pays comme le Pakistan comme David Cameron l’a fait ce matin (28 juillet), doit sembler une plaisanterie cruelle à beaucoup dans ce pays. La contribution de l’Occident dans le monde ayant en effet été une longue histoire d’afflux de prêts pour alimenter la violence, soutenir des régimes non démocratiques, souvent brutaux et exacerber la pauvreté.

Alors que le Pakistan est un pays où la population sachant lire et écrire est seulement de 54 % et où 38 % de petits enfants sont en insuffisance pondérale, il dépense néanmoins $3 milliards par an au titre du service de ses dettes – presque trois fois que le gouvernement dépense en santé publique.

Les prêts ont afflué au Pakistan pour maintenir au pouvoir des gouvernements militaires. Sous le régime militaire le plus récent de général Musharraf, la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du Pakistan est passée de $32 à $49 milliards.

Un prêt plus récent du Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
de $7.6 milliards plus récent afin que le pays continue à rembourser ses vieilles dettes est instructif. Les conditionnalités liées au prêt comprennent la réduction des déficits budgétaires, la fin des subsides au combustible et à l’électricité et l’augmentation des impôts indirects. Comme toujours, ce sont les gens ordinaires qui paieront pour ’la largesse’ de l’Occident qui a maintenu au pouvoir des gouvernements serviles vis-à-vis des intérêts Occidentaux, sans considération du peu qu’ils ont fait pour leur peuple.

Évidemment une telle injustice ne s’arrête pas au Pakistan. Quand on regarde l’Indonésie qualifiée de pays émergent avec une économie florissante, ce sont toujours 61 % de sa population qui vivent avec moins de $2 par jour.

Comme M. Cameron nous l’a rappelé ce matin la lutte contre la pauvreté en Inde tout comme en Indonésie est fondamentale pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Mais tout comme pour l’Inde, cela semble une priorité secondaire comparée à la vente d’une flotte d’avions de chasse à ce pays. L’Indonésie paie toujours pour semblable générosité. Le pays paie $2.5 millions de l’heure au titre du service de ses dettes représentant $150 milliards, une grande partie de cette dette étant le fait de prêts au dictateur brutal le général Suharto.

Suharto était coupable des crimes contre l’humanité en massacrant jusqu’à 1 million d’activistes politiques dans sa première année en fonction, ceci sans compter les massacres massifs dans son occupation d’îles comme Timor Est et Aceh. Il a également contracté un endettement massif.

L’Indonésie doit toujours plus de $500 millions au Royaume Uni pour les avions Hauwk, les tanks Scorpion et d’autres équipements militaires vendus à Suharto, le sujet de notre nouvelle campagne ‘Affaires Douteuses’. Ces armes ont été utilisées contre les civils, par exemple en réprimant des étudiants universitaires et pendant les attaques sur Aceh. Aujourd’hui, ces prêts sont remboursés par ceux qui en ont subi les effets.

L’Indonésie aurait d’aillleurs déjà remboursé ces prêts si ce n’était la crise du Sud-Est asiatique de 1997, dans lequel les spéculateurs financiers ont dévasté le pays et le Fonds monétaire international contrôlé par l’Occident a imposé comme remède une recette toxique de privatisation et d’austérité. Alors que des millions des gens tombaient au chômage et des milliers de compagnies se sont déclarées en faillite, les dettes aux mêmes institutions donneuses de mauvais conseils ont continué d’augmenter.

Est-il surprenant que les Indonésiens pensent que leurs vies comptent moins que les intérêts financiers et stratégiques de l’Occident ?

Et puis, il y a le Liban, un pays qui dépense 50 % de son budget en service de ses dettes alors que le pays était déchiré par la guerre civile et l’occupation – c’est deux fois plus que ce que le Liban dépense pour l’éducation et la santé combinées.

Le Liban est considéré un pays à revenu intermédiaire de la catégorie supérieure mais a de grandes poches de pauvreté. Près de 300.000 personnes sont dans l’incapacité de satisfaire leurs besoins fondamentaux et ils ont tendance à être concentrés en fonction de caractéristiques religieuses, ce qui alimente davantage la tension et la méfiance parmi la population Chiite.

L’Afghanistan lui-même, poussé dans le processus d’annulation de dettes pour empêcher tout examen embarrassant de son passé de prêts a été forcé à privatiser ses banques comme condition pour l’annulation de sa dette. Même ainsi, l’Afghanistan reviendra au même point d’un lourd endettement dans les prochaines années – cela sert le gouvernement qui a besoin de cet argent pour se maintenir au pouvoir et qui sert l’Occident qui a besoin de l’endettement pour garder le contrôle après le départ des militaires.

Ce sont juste certaines des raisons pourquoi les mots de démocratie, stabilité et lutte contre la pauvreté sonne faux partout dans la plupart du ’monde Musulman’ – et même au-delà de celui-ci. Le contrôle est maintenu par ce même système économique profondément injuste, en jouant une fraction minoritaire contre une autre en déclenchant même des conflits lorsque tout le reste échoue. Mais il est impossible de voir comment la démocratie, la stabilité et la confiance peuvent être construits sur une telle base.

Cela exigerait quelque chose de bien plus radical, mais non impossible pour autant. Il est possible d’arrêter de prêter si injustement, en imposant différentes normes de prêt. Il est possible d’annuler des dettes basées sur les prêts qui n’auraient jamais eu lieu d’être. Il est possible d’arrêter d’obliger des pays à rembourser ce qu’ils ne peuvent se permettre ou de les obliger à orienter leurs économies dans nos intérêts simplement parce que nous pouvons.

Comme les remboursements de ces dettes profondément nuisibles continuent à assécher la richesse des pays musulmans – de l’Indonésie à l’Afghanistan, du Liban au Pakistan – nous devons nous rendre compte que les dettes ou si vous préférez les réparations que nos gouvernements doivent au monde musulman sont vastes et croissantes. La confiance ne sera pas possible tant que celles-ci ne seront pas payées.



Le nouveau rapport de Jubilee Debt Campaign ‘Fuelling Injustice : the impact of third world debt on Muslim countries’ is available at www.jubileedebtcampaign.org.uk.

Traduction Virginie de Romanet

Autres articles en français de Nick Dearden (5)

Traduction(s)