Barcelone, du 16 au 19 juin 2005

Premier Forum social méditerranéen

agenda

11 mai 2005


Ca y est ! Après plusieurs reports, le Forum social méditerranéen aura bien lieu du 16 au 19 juin prochain en Catalogne, à Barcelone exactement.

Le Forum social mondial, on le sait, connaît de plus en plus de rendez-vous décentralisés : par continents, pays, régions, par thèmes... Le premier Forum social méditerranéen, qui se tiendra à Barcelone du 16 au 19 juin 2005, est en préparation depuis longtemps. On s’en doute, la réalité de la région n’a pas facilité une telle organisation. Conflit palestinien, question de l’autonomie sahraoui, régimes dictatoriaux et exercice libre des droits démocratiques... Nul doute que ce rassemblement permettra enfin à un grand nombre de mouvements de se retrouver pour réfléchir et agir ensemble. Ce Forum constituera d’ailleurs peut-être la mise en bouche d’une session décentralisée du Forum mondial en 2006 dont il est question qu’elle se tienne au Maroc.

Le CADTM sera présent en force avec des délégations de Tunisie, Syrie, Maroc, France, Belgique, Suisse. D’autres délégués du réseau international (Niger, République démocratique du Congo, Mali) seront également présents pour prendre langue avec les mouvements sociaux du Maghreb, région d’Afrique peu reliée à ce niveau avec le reste du continent.

La situation du Maghreb en termes d’endettement et d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
n’est guère plus enviable qu’ailleurs. De 1970 à 1980, au niveau de la région, la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
a été multipliée par 13 (de 2,5 à 32,6 milliards de dollars). Les plans d’ajustement y ont semé leur cortège de misère : entre 1989 et 1995, le budget pour l’enseignement au Maghreb a été divisé par 4 ; la suppression des subventions aux produits de base et l’augmentation de leurs prix en conséquence a provoqué de graves émeutes dans le sud de la Tunisie (la répression a causé la mort de dix personnes) ; en 1981, des émeutes de la faim avaient déjà eu lieu à Casablanca et en 1990, de violentes manifestations de protestation à Fès contre l’application du PAS avaient entraîné la mort d’une centaine d’étudiants.

La privatisation de 800 entreprises publiques en Algérie n’a rapporté que 200 millions de dollars, alors que le remboursement des dettes et le financement en prolongements sociaux de ces liquidations ont coûté 3,5 milliards de dollars.

Au Maghreb, comme ailleurs encore, on assiste aux mêmes transferts financiers scandaleux. L’aide publique au développement totalise « royalement » 367 millions de dollars alors que les envois des migrants atteignent 4,1 milliards de dollars ! Le rapatriement des bénéfices des transnationales prive les pays du Maghreb de 1,1 milliard de dollars et le service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. , de 9,3 milliards de dollars par an.

On le voit, il y a du travail. Ces quelques informations sont représentatives de tout ce qui va être engrangé lors de ce Forum et dont, bien sûr, nous rendrons compte. A côté de toutes les thématiques du mouvement altermondialiste qui s’exprimeront, le thème de la dette sera très présent. C’est pourquoi le CADTM organise trois séminaires avec son partenaire catalan, l’ Observatorio de la Deuda en la Globalización  :

- jeudi 16 Juin, de 16 au 18 heures - Le fardeau de la dette dans les pays du sud de la Méditerranée (752) - Avec Eric Toussaint (CADTM Belgique), Munif Mulhem (AGAS), Fathi Chamki (président de RAID) et Oubaha Brahim (Attac - Agadir).

- vendredi 17, de 12 a 14 heures - La néo-colonisation économique du Sud de la Méditerranée : ajustement structurel, investissement étranger et l’association euro-méditerranéenne (753) -. Avec : Ivan Martin (Universidad Carlos III, Madrid), Jaroslava Colajacomo (Campagna per la Reforma della Banca Mundiale, CRBM, Italia), Dani Gómez-Oliver (Observatorio de la Deuda en la Globalización, Catalunya), Mokhtar Ben Hafsa (Raid - Attac) et Aziz Maaras (Attac - Agadir).

- vendredi 17 de 16 a 18 heures - Afrique en résistance contre le neoliberalisme (1371) -Avec Aminata Touré Barry, présidente CAD/Mali ; Ibrahim Yacouba, dirigeant syndical et reprsentant RNDD-Niger, Victor Nzuzi, paysan, NAD Congo-Kinshasa.

Le président du CADTM Belgique, Eric Toussaint, participera également à une conférence, le jeudi 16 juin, de 18 à 21h, « Libre échange comme modèle de développement en Méditerranée : conséquences et alternatives » avec Lucile Daumas (Maroc), Titti Di Salvo (Italie), Gianni Fabbris (Italie), Nur Karabacak (Turquie), Samir Amin (Egypte).

D’autres réunions et rendez-vous se tiendront en marge du Forum social méditerranéen.

Le réseau CADTM participera au Conseil international du Forum social mondial du 20 au 22 juin.

Il y aura également les 20 et 21 juin, un atelier sur la dette des pays arabes auquel participeront différentes organisations et campagnes contre la dette.

Pour en savoir plus, notamment pour connaître le programme complet du FSMed : www.fsmed.info.