Première journée de l’université d’été 2015

12 septembre 2015 par Robin Delobel

La plénière d’inauguration ce vendredi matin était consacrée à la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
dans tous ses états. Tout d’abord, un panorama global a été esquissé par Emilie Paumard du CADTM Belgique. 7 ans maintenant que nous sommes installés dans « la crise » et les risques d’une nouvelle crise bancaire sont très sérieux.

Deuxième journée de l’université d’été 2015

Troisième et dernière journée de l’université d’été 2015

C’est en Grèce que se porte actuellement la principale offensive contre les acquis sociaux en Europe mais c’est là aussi que les résistances se développent avec l’élection de Syriza en janvier 2015 auquel le CADTM a apporté un soutien critique (avant sa capitulation en juillet dernier), notamment en participant activement au comité d’audit de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
grecque, coordonné par Eric Toussaint et présidé par Zoé Konstantopoulou, la présidente du Parlement grec.

En Espagne, les élections municipales de mai dernier ont été un succès pour les mouvements sociaux et les plate-formes citoyennes. Les initiatives d’audit citoyen organisés par Podemos et Ganemos n’auraient sûrement jamais vu le jour sans la plateforme d’audit citoyen de la dette, qui a été créée en 2012. « L’audit permet de se mettre en action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
et de montrer que les alternatives à l’austérité existent » fait remarquer Émilie. « Cette année le CADTM fête ses 25 ans d’existence et on peut retenir qu’on a besoin d’organisations comme le CADTM, comme ATTAC, etc... »

Ensuite, Gilbert Lieben, secrétaire général de la CGSP (la centrale générale des services publics de la FGTB, une des deux principaux syndicats belges) a expliqué comment la problématique de la dette est ancienne même en Belgique et à Liège plus particulièrement. « Dès les années 80 la dette a servi d’alibi pour ceux qui, régulièrement au pouvoir, veulent démanteler les services publics » avec comme conséquence la suppression d’emplois qui trouvaient toute leur utilité, entre autres, auprès des familles les plus défavorisées.

Zakhar Popovych intervenait ensuite pour faire part du rôle de la dette publique externe dans la situation chaotique que vit l’Ukraine depuis quelques années. Il a consacré son exposé à montrer comment les prêts du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
depuis 1990 ont favorisé l’oligarchie ukrainienne. Selon lui, la dette ukrainienne est probablement une des causes principales de la guerre qui sévit actuellement.

Ensuite, Olivier De Schutter, rapporteur à l’ONU sur le droit à l’alimentation, a démontré comment la logique économique imposée par le néolibéralisme et le système dette entraîne des conséquences désastreuses sur les populations rurales, contraintes de consacrer leurs terres aux cultures d’exportation et abîmant ainsi le climat et la biodiversité.

La dette a également des répercussions sur la situation des femmes. Amina d’ATTAC-CADTM Maroc a démontré comment les mesures d’austérité dans son pays et les traités de libre-échange touchent doublement les femmes que ce soit à travers la dégradation du système de santé ou par le chômage qui est bien plus élevé chez les femmes,... etc. Amina a soulevé également le fait que la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 184 membres en 2003) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRETS ACCORDES PAR LA BM :
1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
propose ses « solutions » telles que le microcrédit, une fausse solution car il y a des milliers de cas d’arnaques au microcrédit au Maroc, qui concernent plus particulièrement les femmes.

Enfin, Eric Toussaint a pris la parole pour revenir sur l’évolution de la dette dans les pays du Sud depuis 2000. Mais avant son exposé, il a rendu au nom du réseau CADTM un vibrant hommage à Sékou Diarra, notre ami de la CAD Mali (réseau CADTM) décédé il y a quelques jours. Sékou était un des fondateurs du CADTM Afrique, il avait participé à la campagne Jubilee 2000. Nous retenons toutes et tous son militantisme, gentillesse incroyable, son énergie et les nombreuses conversations enrichissantes qu’il aimait partager avec nous. Parallèlement au combat qu’il menait contre la dette, il luttait également pour la souveraineté alimentaire. Son engagement avec le CADTM l’avait même mené à subir un licenciement abusif de la part de son employeur il y a plus de dix ans.

Nous reviendrons plus tard sur les ateliers de l’après-midi avec des comptes-rendu qui portaient sur les audits citoyens, l’Amérique latine, le Burkina Faso, l’extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. , les délits et les crimes commis par les banques, etc.

Une large place était laissée aux animations pour mieux cerner le système dette, le fonctionnement des banques mais aussi sur les outils que les femmes peuvent utiliser pour lutter contre l’austérité.

Cette première journée a été joliment clôturée par la conférence gesticulée de Sébastien et Amaury, deux compères qui réfléchissent à la convergence des luttes, vaste programme ! Réflexion et rire garantis, ces deux-là ont épaté la galerie.

JPEG - 434 ko
Place à la fête ensuite avec le concert d’Humanist, Rappeur burkinabé aux textes engagés, également membre du mouvement « Balai citoyen ».

Auteur.e

Robin Delobel

Permanent au CADTM Belgique