Première université d’été du CADTM Europe

Namur, Belgique

5 juillet 2009


La première université d’été du CADTM Europe a eu lieu du 3 au 5 juillet 2009 au centre culturel « La Marlagne », 5100 Wépion (Namur) Belgique. Environ 200 personnes y ont participé.

Le thème général : Face à l’interconnexion des crises à l’échelle mondiale, quelles alternatives ?

Au cours de ce week-end résidentiel, la crise capitaliste majeure que nous vivons a été analysée dans ses multiples dimensions : crise financière, crise sociale, crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
au Sud et au Nord, crise alimentaire, crise climatique, etc.

Au-delà du diagnostic, il a été aussi question d’envisager les résistances et les alternatives, de montrer qu’un autre système est aussi nécessaire que possible. Les participants ont discuté dans plus de 20 ateliers et 3 plénières des grandes questions concernant les politiques européennes, la colonisation, la dette au Nord et au Sud, les migrations, le genre, l’altermondialisme, l’écologie, les médias, les crises, les alternatives...

Des parcours thématiques ont été proposés aux participants qui souhaitaient découvrir ou approfondir un sujet en particulier. La diversité et la complémentarité des intervenants (militants, journalistes, écrivains, chercheurs, parlementaires, économistes, ...) ont donné à cette formation une dimension pluridisciplinaire, indispensable pour décoder la complexité et l’interconnexion des crises. Ainsi, nous avons eu l’occasion d’échanger autour des analyses d’intervenants de qualité comme Jean-Marie Harribey, Eric Toussaint, Annick Coupé, Michel Husson, François Houtart, Claude Girod, Jules Falquet, Bruno Jetin... L’université d’été a aussi été l’occasion de découvrir le travail du CADTM, les ouvrages d’analyses, le site internet et les outils pédagogiques que le réseau international met à la disposition du grand public.

Visitez la galerie photo n°1

Visitez la galerie photo n°2

PROGRAMME

Vendredi 3 juillet 2009

9h30-11h - Accueil des participants
11h-12h30 - Plénière d’introduction- Crises globales et la nécessité d’alternatives, Eric Toussaint (président CADTM Belgique) et François Houtart (CETRI)
Présentation du réseau international CADTM
14h30-16h30 : Ateliers en parallèle
- Comment la crise du capitalisme renforce l’oppression des femmes ?,
Jules Falquet
(Docteure en sociologie, spécialisée dans l’analyse des mouvements sociaux, en
particulier des mouvements de femmes
)

Compte-rendu de la présentation de Jules Falquet

- Crise écologique : Impact des solutions capitalistes « vertes »,
Nicolas Sersiron (CADTM France), Michel Husson (économiste critique, membre du conseil
scientifique d’ATTAC France
)
Un capitalisme vert est-il possible ? Michel Husson

Crise écologique, impact des solutions capitalistes

- Origines, crise de la dette et acteurs de gestion de la dette des pays du Tiers Monde, Olivier Chantry et Jerome Duval
(CADTM France)
La crise de la dette
-Quelles réponses de l’altermondialisme face au contexte de crises ?,
Olivier Bonfond ( CADTM Belgique), Gilles Lemaire (ATTAC France), Claude Girot ( Via
Campesina
) Modérateur : François Polet
- De la colonisation à la dette !, Thomas Borell (Survie), Renaud Savéan ( CADTM
France
)
17h-18h30 : Ateliers en parallèle
- Présentation des outils pédagogiques du CADTM, Myriam Bourgy et Pauline
Imbach (CADTM Belgique)
- Les Chiffres de la dette, Claude Quémar (président du CADTM France ) et Jérôme
Ollier (CADTM Belgique)
Les Chiffres de la dette

Sources diaporama Les Chiffres de la dette
- Crise alimentaire : Quels responsables ? Quelles alternatives ?, François Houtart
(CETRI), Gilles Lemaire (ATTAC France), Claude Girod ( Via Campesina)
- Origines et évolution de la crise mondiale actuelle, Olivier Bonfond (CADTM
Belgique
) et Michel Husson (économiste critique, membre du conseil scientifique
d’ATTAC France
)
De la crise financière à la crise économique - Michel Husson
- Exploitation du Sud au Nord : les luttes des migrants, José Mukadi ( CADTM
Belgique
), Oumou Zé (CNCD), France Arets (CRACPE)
Exploitation du Sud au Nord. La lutte des migrants

20h-22h30 - Soirée festive

Samedi 4 juillet

9h30-12h30 : Ateliers en parallèle
- "Comment réarmer idéologiquement le féminisme comme alternative essentielle :
présentation du module « femmes » du CADTM", Christine Vanden
Daelen et Denise Comanne (CADTM Belgique) ; Marcella de la Peña Valdivia (Le
Monde selon les femmes
)

Compte rendu de la présentation et de la discussion

Matériel en construction qui était l’objet même de la discussion en atelier

Fiche 1 - Les femmes et la dette

Fiche 2 : Situation et lutte des femmes du Sud et du Nord

Fiche 3 - Le féminisme une lutte essentielle et fondamentale

Fiche 4 - Patriarcat

Fiche 5 - Patriarcat et capitalisme

Fiche 6 - Historique des féminismes et leurs stratégies

Fiche 7 - Clarifions les concepts

Fiche 8 - Le CADTM est-il féministe ?
- Jeu Sudestan, Désirée Abedjro et Pauline Imbach (CADTM Belgique)
- Le droit international, un instrument de lutte face à la dette, Virginie de Romanet et
Renaud Vivien ( CADTM Belgique)
Le Droit international, un insturment de lutte face à la dette

Le Droit international, un insturment de lutte face à la dette

- Pour l’annulation de la dette du Sud !, Stéphanie Jacquemont (CADTM
Begique))
- L’envers des miracles de la Chine et de l’Inde, Eric Toussaint (CADTM Belgique), Bruno Jetin (maître de conférence en sciences économiques à l’université Paris 13
et membre du conseil scientifique d’ATTAC
)
La Chine - Bruno Jetin
14h30-16h30 : Ateliers en parallèle
- Le travail parlementaire sur la dette : exemples en France et en Belgique, Fouad Lassaini (député ECOLO), Olga
Zrihen (sénatrice PS), Paul Emile Dupret (assitant parl. GUE)
- L’eurocentrisme et la vision du Sud dans les médias, Renaud Lambert (journaliste)
- Critique des politiques européennes de « coopération » Nord / Sud - Gus Massiah (CRID), Arnaud
Zacharie (CNCD), Pauline Imbach (CADTM Belgique)
- Vers la reconnaissance d’une dette écologique Dette écologique La dette écologique est la dette contractée par les pays industrialisés envers les autres pays à cause des spoliations passées et présentes de leurs ressources naturelles, auxquelles s’ajoutent la délocalisation des dégradations et la libre disposition de la planète afin d’y déposer les déchets de l’industrialisation.

La dette écologique trouve son origine à l’époque coloniale et n’a cessé d’augmenter à travers diverses activités :


- La « dette du carbone ». C’est la dette accumulée en raison de la pollution atmosphérique disproportionnée due aux grandes émissions de gaz de certains pays industriels, avec, à la clé, la détérioration de la couche d’ozone et l’augmentation de l’effet de serre.

- La « biopiraterie ». C’est l’appropriation intellectuelle des connaissances ancestrales sur les semences et sur l’utilisation des plantes médicinales et d’autres végétaux par l’agro-industrie moderne et les laboratoires des pays industrialisés qui, comble de l’usurpation, perçoivent des royalties sur ces connaissances.

- Les « passifs environnementaux ». C’est la dette due au titre de l’exploitation sous-rémunérée des ressources naturelles, grevant de surcroît les possibilités de développement des peuples lésés : pétrole, minéraux, ressources forestières, marines et génétiques.

- L’exportation vers les pays les plus pauvres de produits dangereux fabriqués dans les pays industriels.

Dette écologique et dette extérieure sont indissociables. L’obligation de payer la dette extérieure et ses intérêts impose aux pays débiteurs de réaliser un excédent monétaire. Cet excédent provient pour une part d’une amélioration effective de la productivité et, pour une autre part, de l’appauvrissement des populations de ces pays et de l’abus de la nature. La détérioration des termes de l’échange accentue le processus : les pays les plus endettés exportent de plus en plus pour obtenir les mêmes maigres recettes tout en aggravant mécaniquement la pression sur les ressources naturelles.
, Eric De Ruest (CADTM Belgique),
Monica Vargas (ODG - Espagne)
Vers la reconnaissance d’une dette écologique

Vers la reconnaissance d’une dette écologique - Monica Vargas
- Audit de la dette : les exemples d’Equateur, du Paraguay et du Brésil, Virginie de
Romanet et Cécile Lamarque (CADTM Belgique)
L’audit de la dette en Equateur et au Brésil

Le traité d’Itaipu entre le Paraguay et le Brésil : un scandale qui a trop duré
17h-18h30 - Dette publique au Nord – plénière, Eric Toussaint (CADTM Belgique), Michel
Husson (économiste critique, membre du conseil scientifique d’ATTAC France), Jean-Marc Lauwers (CGSP Ministère et ATTAC Wallonie-Bruxelles)
20h-22h30 - Soirée festive

Dimanche 5 juillet

9h30-12h30 - Ateliers en parallèle
- Vers une autre Europe : les luttes sociales européennes, Annick Coupé (Porteparole
de l’Union syndicale Solidaires, France
), Giorgio Mitralias (militant de Kokkino,
organisation composante de la Coalition de la Gauche Radicale grecque (SYRIZA
)
- Pour des réparations à la dette historique, sociale, écologique, Claude Quémar
(CADTM France), Virginie de Romanet (CADTM Belgique), Monica Vargas ( ODG
Espagne
)
Pour des réparations à la dette historique
- Vers une nouvelle crise de la dette au Sud, Jean Marie Harribey (coprésident
d’ATTAC France, professeur à l’université de Bordeaux IV
), Myriam Bourgy (CADTM
Belgique
), Gaspard Denis (CNCD)
- Quels changements en cours aux Etats-Unis avec Barack Obama ?- Eric Toussaint
(CADTM Belgique), Michel Husson (économiste critique, membre du conseil
scientifique d’ATTAC France
), Bruno Jetin (maître de conférence en sciences
économiques à l’université Paris 13 et membre du conseil scientifique d’ATTAC
)
6 Mois après l’élection d’Obama, déjà la gueule de bois ?

Can Obama do it ? Michel Husson
14h30-16h30 - Alternatives – plénière, Eric Toussaint (CADTM Belgique), Annick Coupé
(Porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, France), Jean-Marie Harribey
(coprésident d’ATTAC France, professeur à l’université de Bordeaux IV),
François Houtart (CETRI)

INTERVENANTS

Intervenants



France Arets, porte parole du Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers

Olivier Bonfond, CADTM Belgique

Thomas Borrell, Survie

Myriam Bourgy, secrétaire générale CADTM Belgique

Olivier Chantry, CADTM France

Annick Coupé, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, France

Gaspard Denis, chargé de recherche au CNCD

Paul-Emile Dupret, assistant parlementaire Gauche Unie Européenne

Jules Falquet, Docteure en sociologie, spécialisée dans l’analyse des mouvements sociaux, en
particulier des mouvements de femmes

Claude Girod, Via Campesina

Jean-Marie Harribey, coprésident d’ATTAC France, professeur à l’université de Bordeaux IV

François Houtart, fondateur du CETRI, sociologue et professeur émerite de l’UCL

Michel Husson, économiste critique, membre du conseil scientifique d’ATTAC France

Pauline Imbach, CADTM Belgique

Stéphanie Jacquemont, CADTM Belgique

Bruno Jetin, maître de conférence en sciences économiques à l’université de Paris 13, membre du conseil scientifique d’ATTAC France

Cécile Lamarque, CADTM Belgique

Renaud Lambert, journaliste

Jean-Marc Lauwers, CGSP Ministère et ATTAC Wallonie-Bruxelles

Gilles Lemaire, Attac France

Gus Massiah, président du CRID et membre du conseil scientifique d’ATTAC France

Giorgio Mitralias, militant de Kokkino,
organisation composante de la Coalition de la Gauche Radicale grecque (SYRIZA)

José Mukadi, CADTM Belgique

Francisco Padilla, assistant parlementaire ECOLO

Marcella de la Peña Valdivia, Le Monde selon les femmes

Claude Quémar, président du CADTM France

Jean-François Ramquet, secrétaire de la régionale FGTB Liège-Huy-
Waremme

Virginie de Romanet, CADTM Belgique

Renaud Savéan, CADTM France

Nicolas Sersiron, CADTM France

Eric Toussaint, président du CADTM Belgique

Christine Vanden Daelen, CADTM Belgique

Monica Vargas, ODG Espagne

Renaud Vivien, CADTM Belgique

Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD

Oumou Zé, chargée de recherche au CNCD

Olga Zrihen, sénatrice belge PS

PARCOURS THÉMATIQUES

Nous vous proposons différents parcours thématiques
selon les envies et les sensibilisations de chacun.

Parcours « Questions/Réponses sur la dette, le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et la BM Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
 »

Vendredi :
- Origines, crise de la dette et acteurs de gestion de la dette
des pays du Tiers Monde
- Les Chiffres de la dette

Samedi :

- Pour l’annulation de la dette du Sud !

- Critique des politiques européennes de « coopération »
Nord/ Sud

Dimanche - Vers une nouvelle crise de la dette au Sud

Parcours « Genre »

Vendredi - Comment la crise du capitalisme renforce l’oppression des
femmes ?

Samedi - Module de formation Femmes

Dimanche - Vers une autre Europe : les luttes sociales européennes

Parcours « Dette écologique »

Vendredi :
- Crise écologique : Impact des solutions capitalistes
« vertes »
- Crise alimentaire : Quels responsables ? Quelles alternatives ?

Samedi - Vers la reconnaissance d’une dette écologique

Dimanche - Pour des réparations à la dette historique, sociale,
écologique

Parcours « Outils pédagogiques »

Vendredi :
- Présentation des outils pédagogiques du CADTM
- Les Chiffres de la dette

Samedi :

- Module sur le genre

- Jeu Sudestan

Parcours « Traces de lutte... »

Vendredi :
- Quelles réponses de l’altermondialisme face aux crises ?
- Exploitation du Sud au Nord : les luttes des migrants

Samedi :

- Le droit international, un instrument de lutte face à la
dette

- Le travail parlementaire sur la dette : exemples de la France
et de la Belgique

Dimanche - Vers une autre Europe : les luttes sociales européennes

Parcours « Colonialisme et néocolonialisme »

Vendredi :
- De la colonisation à la dette !
- Exploitation du Sud au Nord : la situation des migrants

Samedi :

- L’envers des miracles de la Chine et de l’Inde

- L’eurocentrisme et la vision du Sud dans les médias

- Critique des politiques européennes de « coopération » Nord/ Sud

Dimanche - Pour des réparations à la dette historique, sociale,
écologique

Parcours « Crise du capitalisme »

Vendredi :
- Origines, crise de la dette et acteurs de gestion de la dette
des pays du Tiers Monde
- Origines et évolution de la crise mondiale actuelle

Samedi :

- L’envers des miracles de la Chine et de l’Inde

- Audit de la dette : les exemples d’Equateur, du Paraguay
et du Brésil

Dimanche :

- Quels changements en cours aux Etats-Unis avec Barack
Obama ?

- Vers une nouvelle crise de la dette au Sud



cadtm.org