Qui c’est qui vient aux Rencontres d’été du CADTM ?

27 juillet par CADTM Belgique


On espère que vos vacances se déroulent au mieux… ou, à défaut de vacances, que le soleil égaye vos journées ! Ici au CADTM Belgique, on avance sur l’organisation des Rencontres d’été (qui auront lieu du 7 au 9 septembre et pour lesquelles vous pouvez vous inscrire en cliquant ici) en espérant que la météo sera la même dans deux mois.

On avance, on avance… et on vous en dit un peu plus sur les intervenant·e·s de ce week-end qui mettra en avant les résistances aux dettes illégitimes et les initiatives pour des alternatives anticapitalistes.

Nous sommes très heureux et heureuses d’accueillir Nicole Briend, militante d’ATTAC en France qui a été poursuivie pour « vol en réunion » et « refus de prélèvement ADN »… après avoir participé à une opération de « fauchage de chaises » dénonçant l’évasion fiscale pratiquée par BNP Paribas. Les poursuites ont donné lieu à une vaste mobilisation de soutien à Nicole qui a permis de renforcer la lutte contre l’évasion fiscale des banques et des multinationales en renversant l’accusation : Qui vole qui ? Celles et ceux qui, comme Nicole, n’ont fait que saisir symboliquement l’équivalent d’une infime fraction de l’argent détourné et placé chaque année dans des paradis fiscaux Paradis fiscaux
Paradis fiscal
Territoire caractérisé par les cinq critères (non cumulatifs) suivants :
(a) l’opacité (via le secret bancaire ou un autre mécanisme comme les trusts) ;
(b) une fiscalité très basse, voire une imposition nulle pour les non-résidents ;
(c) des facilités législatives permettant de créer des sociétés écrans, sans aucune obligation pour les non-résidents d’avoir une activité réelle sur le territoire ;
(d) l’absence de coopération avec les administrations fiscales, douanières et/ou judiciaires des autres pays ;
(e) la faiblesse ou l’absence de régulation financière.

La Suisse, la City de Londres et le Luxembourg accueillent la majorité des capitaux placés dans les paradis fiscaux. Il y a bien sûr également les Iles Caïmans, les Iles anglo-normandes, Hong-Kong, et d’autres lieux exotiques. Les détenteurs de fortunes qui veulent échapper au fisc ou ceux qui veulent blanchir des capitaux qui proviennent d’activités criminelles sont directement aidés par les banques qui font « passer » les capitaux par une succession de paradis fiscaux. Les capitaux généralement sont d’abord placés en Suisse, à la City de Londres ou au Luxembourg, transitent ensuite par d’autres paradis fiscaux encore plus opaques afin de compliquer la tâche des autorités qui voudraient suivre leurs traces et finissent par réapparaître la plupart du temps à Genève, Zurich, Berne, Londres ou Luxembourg, d’où ils peuvent se rendre si nécessaires vers d’autres destinations.
, ou les entreprises comme BNP Paribas qui, justement, pratiquent cette évasion en toute impunité ? Si l’on attend encore que les banques privées et les multinationales se retrouvent sur le banc des accusé·e·s, Nicole Briend, elle, a été relaxée !

Les banques privées, justement, ont été au cœur de la crise financière mondiale débutée il y a dix ans, et puisque rien n’a été fait pour réguler leurs activités, elles continuent à faire porter des risques inconsidérés sur nos économies – elles seront donc également au cœur de ces Rencontres d’été. Aline Fares, auteure des Chroniques d’une ex-banquière viendra nous en parler, sans se limiter au constat mais au contraire en proposant la socialisation du système bancaire, sur base de mobilisations existantes ou à créer. Un tableau qui sera complété par Éric Toussaint, porte-parole du CADTM International et Sushovan Dhar, membre du CADTM en Inde où le secteur bancaire public, majoritaire depuis près de cinquante ans, est attaqué par la classe dominante qui cherche à le privatiser.

Éric Toussaint profitera également de ce week-end pour présenter son dernier ouvrage, Le Système Dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation (Les Liens qui Libèrent, 2017). Olivier Bonfond, lui aussi voyageur-écrivain-conférencier du CADTM Belgique, présentera Il faut tuer TINA. 200 propositions pour rompre avec le fatalisme et changer le monde (Le Cerisier, 2017). Enfin, Renaud Duterme nous rappellera l’urgence de se mobiliser pour des alternatives sociales et écologiques en présentant son ouvrage De quoi l’effondrement est-il le nom ? La fragmentation du monde (Utopia, 2016).

Sushovan ne sera pas le seul représentant du réseau international du CADTM : nous aurons le plaisir d’accueillir des membres du CADTM AYNA (Amérique du Sud et Caraïbes), du CADTM Afrique, ainsi que des militant·e·s anti-dette en Europe. Nous pourrons ainsi échanger avec la plateforme contre les fonds vautours Fonds vautour
Fonds vautours
Fonds d’investissement qui achètent sur le marché secondaire (la brocante de la dette) des titres de dette de pays qui connaissent des difficultés financières. Ils les obtiennent à un montant très inférieur à leur valeur nominale, en les achetant à d’autres investisseurs qui préfèrent s’en débarrasser à moindre coût, quitte à essuyer une perte, de peur que le pays en question se place en défaut de paiement. Les fonds vautours réclament ensuite le paiement intégral de la dette qu’ils viennent d’acquérir, allant jusqu’à attaquer le pays débiteur devant des tribunaux qui privilégient les intérêts des investisseurs, typiquement les tribunaux américains et britanniques.
créée récemment dans l’État espagnol, ou encore avec le CADTM Italie, lancé il y a deux ans et déjà bien impliqué dans des audits de la dette aux niveaux locaux. Ne ratez pas la plénière de clôture consacrée au partage d’expériences de militantes impliquées à travers le monde dans les fortes mobilisations féministes de ces dernières années !

On espère vous voir nombreuses et nombreux lors de ces Rencontres ! N’oubliez pas de vous inscrire en remplissant le formulaire en ligne.