Recension : Le piège de la dette publique

22 juin 2011 par Virginie de Romanet


Cet ouvrage collectif court et pédagogique, -auquel Éric Toussaint, président du CADTM Belgique a participé- fait un bilan de la situation actuelle de l’endettement, ses origines et conséquences principalement dans les pays du Nord, qui sont aujourd’hui l’épicentre de la question de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, mais aussi dans les pays en développement.

Le premier chapitre analyse la dette des pays en développement et fait le parallèle entre dette du Sud et dette du Nord. Contrairement aux pays du Nord, la conjoncture pour les pays du Sud est pour l’instant plutôt favorable du fait des prix élevés des matières premières et de taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5 millions de dollars, donc en tout 15 millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
bas. Cette situation risque cependant de ne pas durer. Les pays du Sud devraient profiter de ce moment pour prendre des mesures énergiques contre la dette et mettre en place des politiques alternatives.

Le second chapitre aborde la question de la dette en France et en Europe avant la crise financière. Tordant le cou, graphiques à l’appui, à l’idée largement véhiculée de l’augmentation des dépenses publiques comme origine du creusement du déficit budgétaire, il montre que la véritable raison de l’augmentation de celui-ci et donc de l’endettement dont on entend très rarement parler dans les médias est une contre-révolution fiscale. Celle-ci s’est mise en place depuis la période néolibérale du début des années 1980 et s’est accélérée depuis 2004, et a bien atteint son objectif qui était que les catégories les plus favorisées et les grosses entreprises paient toujours moins d’impôts. D’où la nécessité de recourir à l’endettement pour pallier le déficit budgétaire, ce constat valant pour tous les pays européens cités.

On voit ensuite dans un troisième chapitre l’impact des opérations de sauvetage des banques sur le creusement de l’endettement. Le deux poids deux mesures entre d’une part, les sommes consacrées à d’éphémères plans de relance pour diminuer l’impact de la crise sur les populations, en particulier les plus fragiles, et d’autre part, les aides accordées aux banques y est également analysé, ainsi que le contenu des plans d’austérité.

Le chapitre quatre étudie dans la construction européenne l’accent mis sur la politique monétaire au détriment de politiques fiscales et budgétaires beaucoup plus efficaces. Le carcan de l’impossibilité de la création monétaire dans la zone euro met les pays membres sous la dépendance totale des marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
, ce qui leur a permis de spéculer contre les pays les plus fragiles, les dits « PIGS » (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne – Spain en anglais), et de faire augmenter les taux d’intérêts payés par ces États en difficulté.

Après les pays du Sud, la France et l’Europe, le cinquième chapitre aborde la question de la dette publique aux États-Unis et au Japon. Bien que les États-Unis aient une dette publique fort élevée vis-à-vis du reste du monde, le statut du dollar comme monnaie de réserve internationale leur permet de faire baisser sa valeur par rapport aux autres devises internationales et donc de diminuer mécaniquement leur dette. Quant au Japon, qui affiche le ratio dette/PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
le plus important de tous les pays industrialisés en raison de la crise dans laquelle le pays s’est enlisé depuis le début des années 1990, il a jusqu’à présent une maîtrise de sa dette, dans son immense majorité détenue par des résidents japonais.

Le dernier chapitre présente une série de mesures alternatives propres à transformer profondément la situation si elles étaient mises en œuvre.

Enfin le livre se termine par un épilogue drôle qui met en scène l’inspecteur Homo Attacus qui enquête sur le fonctionnement des banques et de la banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
.

N’hésitez pas à acquérir ce livre et à le lire. Il constitue un parfait complément au livre La dette ou la vie [1] produit par le CADTM. 

Le piège de la dette publique
Comment s’en sortir ?
Attac
Édition Les liens qui libèrent, mai 2011, 191 pages, 9 euros.




Virginie de Romanet

est membre du CADTM Belgique

Autres articles en français de Virginie de Romanet (49)

0 | 10 | 20 | 30 | 40