Simon Bolivar dans le labyrinthe de la dette

7 juillet par Eric Toussaint

Bolivar Boulevard, Venezuela - Luis Robayo/AFP

Dès le début de la lutte pour l’indépendance, Simon Bolivar |1|, comme d’autres dirigeants indépendantistes, s’est lancé dans une politique d’endettement interne (qui a finalement bénéficié aux classes dominantes locales) et d’endettement externe auprès de la Grande Bretagne et de ses banquiers. Afin de pouvoir emprunter à l’étranger, il a mis en gage une partie des richesses de la nation et il a concédé des accords de libre échange à la Grande Bretagne. La plus grande partie des sommes empruntées n’est jamais parvenue en Amérique latine car les banquiers de Londres prélevaient des commissions énormes, des taux d’intérêt réels abusifs et vendaient les titres nettement en-dessous de leur valeur faciale. Certains des chargés de mission latino-américains mandatés par les leaders indépendantistes ont également prélevé d’importantes commissions à la source quand ils n’ont pas purement et simplement volé une partie des sommes empruntées. Pour le reste, une autre partie importante des sommes empruntées a directement servi à l’achat d’armes et d’équipement militaire à des prix prohibitifs aux commerçants britanniques. Sur ce qui est parvenu en Amérique latine, à savoir une partie mineure des sommes empruntées, des montants importants ont été détournés par des membres des nouvelles autorités, des chefs militaires et des classes dominantes locales. Une série de citations de Simon Bolivar accompagnées de commentaires de Luis Britto indiquent clairement que le Libertador a pris peu à peu conscience du piège de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
dans lequel lui et les nouveaux États indépendants étaient tombés. Simon Bolivar n’a pas cherché à s’enrichir personnellement en profitant de ses fonctions de chef d’État, ce qui n’est pas le cas de nombreux dirigeants arrivés au pouvoir grâce aux luttes d’indépendance.

Un endettement externe dans des termes très favorables pour la Grande Bretagne

En novembre 1817, Simon Bolivar délègue un envoyé spécial à Londres afin d’obtenir du financement extérieur à crédit. Dans la lettre d’accréditation qu’il rédige, il lui confère d’énormes pouvoirs : « Et afin qu’il propose, négocie, adapte, conclue et signe au nom et sous l’autorité de la République du Venezuela tout pacte, convention et traité fondé sur le principe de sa reconnaissance, comme État libre et indépendant, et de lui apporter soutien et protection, en stipulant à cet effet toutes les conditions nécessaires pour indemniser la Grande Bretagne pour ses généreux sacrifices et lui apporter les preuves les plus positives et solennelles d’une noble gratitude et d’une parfaite réciprocité de services et de sentiments » (Luis Britto, p. 395). Luis Britto |2| fait le commentaire suivant : « L’accréditation est conçue en des termes très larges : il est possible de convenir de « quelque condition nécessaire ». « Le mandataire comme les prêteurs en useront avec la plus grande liberté » (Britto p. 395). Au début les dettes contractées doivent exclusivement servir à l’effort de guerre.

Se référant à la création de la Grand Colombie (Venezuela, Colombie, Panama, Équateur) en 1819, Britto note : « Cette intégration entraîne l’amalgame des dettes contractées par chacun des corps politiques. Ainsi, l’article 8 de cette Constitution stipule clairement : ”Sont reconnues solidairement comme dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
nationale de la Colombie les dettes que les deux peuples ont contractées séparément ; et tous les biens de la République sont garants de leur règlement”
 ». Britto poursuit : « Non seulement les dettes sont constitutionnellement consolidées : de par la Loi fondamentale, tous les biens publics du corps politique naissant sont mis en garantie. Hélas, cette opération ne s’effectue pas avec la transparence que l’on aurait pu souhaiter, car les registres des opérations étaient incomplets et confus. »

Rosa Luxembourg, près d’un siècle plus tard, considérait que ces emprunts, bien que nécessaires, avaient constitué un instrument de subordination des jeunes États en création : « Ces emprunts sont indispensables à l’émancipation des jeunes États capitalistes ascendants et en même temps, ils constituent le moyen le plus sûr pour les vieux pays capitalistes de tenir les jeunes pays en tutelle, de contrôler leurs finances et d’exercer une pression sur leur politique étrangère, douanière et commerciale » |3|. De mon côté, j’ai analysé le lien entre la politique d’endettement et les accords de libre-échange dans la première moitié du 19e siècle en Amérique latine dans « La dette et le libre-échange comme instruments de subordination de l’Amérique latine depuis l’indépendance ».


Les nouvelles élites profitent de la dette interne et refusent de payer les impôts

Le Consul anglais, sir Robert Ker Porter, mentionne les conversations avec Simon Bolivar dans son journal et à la date du mercredi 15 février 1827, il observe que : « Bolivar reconnaît l’existence d’une dette interne de 71 millions de dollars, en monnaie-papier, devant être payée par le gouvernement. Des centaines d’individus ont spéculé intensément et de façon usuraire la plupart du temps sur les bons, les rachetant à des gens dans le besoin à 5%, 25% et 60%, et on m’informe, cela paraît incroyable, que presqu’aucun fonctionnaire ne conserve d’argent liquide, car tout part dans cette spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
immorale et anti patriotique : le vice-président Santander (m’apprend-on) possède pour deux millions de ces bons, qu’il a vraisemblablement achetés pour 200 000 dollars
 » (voir Britto, op. cit. p. 378). Luis Britto fait le commentaire suivant : « ces agioteurs sont à leur tour étroitement liés à de nombreux officiers et hommes politiques républicains, qui se font de grosses fortunes aux dépens du sang de leurs troupes » (p. 380). Et il ajoute : « la seule annonce de mesures fiscales rigoureuses fait peur à des fonctionnaires comme l’Intendant Cristobal Mendoz, qui démissionne intempestivement » (p. 380).


La dette nationale va nous opprimer

Les mots utilisés par Simon Bolivar dans une lettre envoyée le 14 juin 1823 au Vice-président Francisco Paula de Santander (celui dont parle le consul anglais dans ses notes de 1827) sont percutants : « Enfin, nous ferons tout, mais la dette nationale va nous opprimer. » Et se référant aux membres des classes dominantes locales et des nouveaux pouvoirs : « La dette publique engendre un chaos d’horreurs, de calamités et de crimes et Monsieur Zea est le génie du mal, et Mendez, le génie de l’erreur et la Colombie est une victime dont ces vautours dépècent les viscères : ils ont dévoré à l’avance la sueur du peuple colombien ; ils ont détruit notre crédit moral, et nous n’avons reçu en échange que de maigres soutiens. Quelle que soit la décision que l’on prenne en ce qui concerne cette dette, ce sera horrible : si nous la reconnaissons, nous cessons d’exister, et si nous ne le faisons pas… cette nation sera l’objet de l’opprobre » (Britto, p. 405). On voit clairement que Simon Bolivar qui a pris conscience du piège de la dette rejette la perspective de la répudiation.

Deux mois plus tard, Simon Bolivar écrit à nouveau au Vice-président Santander au sujet de la dette et se réfère à la situation des nouvelles autorités du Pérou : « Le gouvernement de Riva Agüero est le gouvernement d’un Catilina associé à celui d’un Chaos ; vous ne pouvez imaginer pires canailles ni pires voleurs que ceux que le Pérou a à sa tête. Ils ont mangé six millions de pesos de prêts, de façon scandaleuse. Riva Agüero, Santa Cruz et le Ministre de la guerre ont volé à eux seuls 700 000 pesos, seulement en contrats passés pour l’équipement et l’embarquement de troupes. Le Congrès a demandé des comptes et il a été traité comme le Divan de Constantinople. La façon dont s’est conduit Riva Agüero est proprement infâme. Et le pire, c’est qu’entre Espagnols et patriotes, ils ont fait mourir le Pérou à force de pillages répétés. Ce pays est le plus cher du monde et il n’y a plus un maravedi pour l’entretenir » (in Britto, p. 406)

Simon Bolivar acculé par les créanciers est disposé à leur céder des biens publics. En 1825, il propose de payer la dette en cédant une partie des mines du Pérou qui ont été laissées à l’abandon au cours de la guerre d’indépendance (voir Britto p. 408 et svtes) ; en 1827, il essaye de développer la culture du tabac de qualité afin de la vendre en Grande Bretagne de manière à pouvoir payer la dette (Britto, p. 378-382) ; en 1830, il propose de vendre aux créanciers des terres publiques en friche (Britto, p. 415-416).


Simon Bolivar menace de dénoncer publiquement devant le peuple l’abominable système de la dette

Le 22 juillet 1825, Simon Bolivar écrit à Hipólito Unanue, président du conseil du gouvernement du Pérou : « Les maîtres des mines, les maîtres des Andes d’argent et d’or, cherchent à se faire prêter des millions pour mal payer leur petite troupe et leur misérable administration. Que l’on dise tout cela au peuple et que l’on dénonce fortement nos abus et notre ineptie, pour qu’il ne soit pas dit que le gouvernement protège l’abominable système qui nous ruine. Que l’on dénonce, dis-je, dans la « Gazette du Gouvernement » nos abus ; et que l’on y présente des tableaux qui blessent l’imagination des citoyens » (Britto, p. 408).

En décembre 1830, Simon Bolivar décède à Santa Marta (sur la côte caraïbe de la Colombie) alors que la Grande Colombie est déchirée et qu’il a été abandonné par les classes dominantes de la région. Il est prouvé qu’il n’a jamais cherché à s’enrichir personnellement en profitant de ses fonctions de chef d’État, ce qui n’est pas le cas de nombreux dirigeants arrivés au pouvoir grâce aux luttes d’indépendance.


Remerciements à Lucile Daumas qui a traduit en français les citations en espagnol.


Notes

|1| Simón Bolívar, né le 24 juillet 1783 à Caracas au Venezuela, et mort le 17 décembre 1830 à Santa Marta en Colombie, est un général et homme politique vénézuélien. II est une figure emblématique, avec l’Argentin José de San Martín et le Chilien Bernardo O’Higgins, de l’émancipation des colonies espagnoles d’Amérique du Sud dès 1813. Il participa de manière décisive à l’indépendance des actuels Bolivie, Colombie, Équateur, Panama, Pérou et Venezuela. Bolívar participa également à la création de la Grande Colombie, dont il souhaitait qu’elle devînt une grande confédération politique et militaire regroupant l’ensemble de l’Amérique latine, et dont il fut le premier Président.

Le titre honorifique de « Libertador » lui fut d’abord accordé par le Cabildo de Mérida (Venezuela), puis ratifié à Caracas (1813), et reste aujourd’hui encore associé à son nom. Bolívar rencontra tant d’obstacles pour mener à bien ses projets qu’il en arriva à s’appeler lui-même « l’homme des difficultés », dans une lettre adressée au général Francisco de Paula Santander en 1825.

En tant que figure majeure de l’histoire universelle, Bolívar est aujourd’hui une icône politique et militaire dans de nombreux pays d’Amérique latine et dans le monde, qui ont donné son nom à un très grand nombre de places, de rues ou de parcs. Son nom est aussi celui d’un État du Venezuela, d’un département de la Colombie et surtout d’un pays, la Bolivie. On retrouve des statues à son effigie dans la plupart des grandes villes d’Amérique hispanophone, mais aussi à New York, Lisbonne, Paris, Londres, Bruxelles, Le Caire, Tokyo, Québec, Ottawa, Alger, Madrid, Téhéran, Barcelone, Moscou et Bucarest. Extrait de Wikipedia.

|2| Luis Britto Garcia est un homme de lettres, dramaturge, historien et essayiste vénézuélien, né à Caracas le 9 octobre 1940. En 2010, il a publié en espagnol un ouvrage consacré à Sion Bolivar : El pensamiento del Libertador - Economía y Sociedad, BCV, Caracas, 2010 http://blog.chavez.org.ve/temas/lib... En mai 2012, Luis Britto Garcia a été nommé Conseiller de la présidence, par le président Hugo Chávez, au Conseil d’État vénézuélien. Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Luis_...

|3| Rosa Luxembourg. 1913. L’accumulation du capital, Maspero, Paris, 1969, Vol. II, p. 89.

Auteur.e

Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, est porte-parole du CADTM international et est membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est auteur des livres Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014, Procès d’un homme exemplaire, Editions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet du livre AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège Dernier livre : Bancocratie ADEN, Brussels, 2014. Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 créée par la la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission a poursuivi ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.