9 octobre

Louvain-la-Neuve, Belgique

Soirée info - Les fonds vautours

Soirée-info avec Antonio Gambini (CNCD-11.11.11) et Maud Bailly (CADTM)

Les fonds dits « vautours » sont des fonds spéculatifs spécialisés dans le rachat à bas prix de titres de la dette Titres de la dette Les titres de la dette publique sont des emprunts qu’un État effectue pour financer son déficit (la différence entre ses recettes et ses dépenses). Il émet alors différents titres (bons d’état, certificats de trésorerie, bons du trésor, obligations linéaires, notes etc.) sur les marchés financiers – principalement actuellement – qui lui verseront de l’argent en échange d’un remboursement avec intérêts après une période déterminée (pouvant aller de 3 mois à 30 ans).
Il existe un marché primaire et secondaire de la dette publique.
de pays surendettés, en vue d’entamer à terme une procédure judiciaire pour tenter d’obtenir le paiement de la totalité de la valeur nominale de cette dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
– et empocher au passage de plantureux profits.

Depuis deux décennies, les pratiques déloyales des fonds vautours Fonds vautour
Fonds vautours
Fonds d’investissement qui achètent sur le marché secondaire (la brocante de la dette) des titres de dette de pays qui connaissent des difficultés financières. Ils les obtiennent à un montant très inférieur à leur valeur nominale, en les achetant à d’autres investisseurs qui préfèrent s’en débarrasser à moindre coût, quitte à essuyer une perte, de peur que le pays en question se place en défaut de paiement. Les fonds vautours réclament ensuite le paiement intégral de la dette qu’ils viennent d’acquérir, allant jusqu’à attaquer le pays débiteur devant des tribunaux qui privilégient les intérêts des investisseurs, typiquement les tribunaux américains et britanniques.
leur permettent d’enregistrer de plantureux profits sur le dos des pays endettés et de leur population. Leur couper les ailes implique des initiatives législatives que la Belgique a initiées, mais qui devraient être élargies à l’échelle multilatérale.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Lundi 9 octobre de 18:00 à 20:00
Maison du Développement Durable (MDD)
Place Agora, 2, 1348 Ottignies-Louvain-la-Neuve

Entrée libre
Inscription : brabantwallon@cncd.be

Fbk


À venir