13 octobre

Poitiers, France

Solidarité avec les dispensaires autogérés

Depuis la crise grecque de 2008, des initiatives populaires, à l’échelon des quartiers se sont développées en créant des dispensaires autogérés. Des bénévoles assurent des soins gratuits à des personnes sans couverture sociale, pour tenter de pallier à l’effondrement du service public. Ces initiatives sont indépendantes de l’État, de l’église, des ONG. On compte actuellement une cinquantaine de ces dispensaires autogérés en Grèce.

Les dispensaires ont été pensés pour répondre à la crise sanitaire qui touche la grande majorité du peuple grec plongé dans la pauvreté. Les centres autogérés s’adressent aussi bien au peuple grec qu’aux réfugié-es.

Une trentaine de collectifs français en soutien au peuple grec
- Le collectif de Poitiers :
Nous organisons une solidarité concrète avec les dispensaires autogérés grecs et particulièrement avec celui d’Halandri, à Athènes, en collectant des médicaments, du matériel médical, para-médical, ainsi que de l’argent., à Athènes, en collectant des médicaments, du matériel médical, para-médical, ainsi que de l’argent.

Une caravane militante ni humanitaire, ni caritative, mais solidaire, s’est constituée pour convoyer les collectes médicales à destination des dispensaires autogérés grecs tout en apportant une information et une sensibilisation au cours de son trajet.

Elle s’arrêtera à Poitiers le 13 octobre, et sera l’occasion d’une mobilisation toute la journée :
12h : présence militante place du marché, arrivée de le la caravane vers 14 heures, recueil des dons (médicaments, matériel médical et para médical, argent).
17h : Accueil au centre de santé des Trois cités par Fernande Cormier.
Conférence de presse commune. Annonce du jumelage du collectif de Poitiers avec le Dispensaire d’Halandri à Athènes

Et à partir de 19h
Soirée Projection débat
Salle Lawson Body, rue de la ganterie

19h : Pot d’accueil, salle Lawson Body
20h : Projection du Film de Philippe Menut « La tourmente grecque II.
Chronique d’un coup d’état » puis débat :
- Animation Pascal Franchet, membre de la caravane solidaire Bretagne, président du CADTM France,
- CGT de l’hôpital Laborit, exposé de la situation sanitaire en psychiatrie

Situation sociale et politique en Grèce

Depuis 2008, la Grèce a été mise sous tutelle par les banques internationales, dont les banques françaises. Elles se sont appuyées sur les décisions de l’Union européenne, la Banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
et le Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
.

Le remboursement, à des taux usuraires d’une dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
gigantesque est insoutenable pour la Grèce.

Le peuple grec subit une politique d’austérité terrible : baisse des salaires et des pensions de retraites, augmentation massive du chômage, restrictions budgétaires de tous ordres, fuite des jeunes vers l’étranger...

Dans le domaine de la santé les conséquences furent rapides : fermetures d’hôpitaux, plus d’un tiers des citoyens n’ont plus de protection sociale et renoncent aux soins. Les femmes et les jeunes sont les premiers plus touchés.

Lorsque le peuple a élu Alexis Tsipras début 2015, sur un programme de rejet des politiques d’austérité, les chefs d’État européens et les dirigeants de l’Union européenne ont affirmé que ce vote ne changerait rien. Ils refusèrent toute négociation réelle avec le nouveau gouvernement grec. En juillet 2015, ce dernier organisa un référendum dont le message fut l’exigence d’un arrêt des politiques austéritaires, plus de 60% des votant.e.s. Le gouvernement grec a décidé de souscrire aux conditions de ses créanciers, « le pistolet sur la tempe » selon les propos Alexis Tsipras.

La catastrophe sanitaire et sociale s’est installée en Grèce
Solidarité avec les dispensaires autogérés grecs

Jeudi 13 octobre
Soirée Projection débat
« La tourmente Grecque, Chronique d’un coup d’Etat »

à partir de 19h
Salle Lawson Body,
rue de la ganterie à Poitiers

Pour diffusion :
- Tract A5 :

PDF - 640.7 ko

Collectif 86 pour un audit citoyen de la dette publique, EE-LV, Ensemble !, MJCF, NPA, PCF, PG, FSU, CGT Laborit


À venir