Sortez vos agendas pour les Rencontres d’été du CADTM, les 7, 8 et 9 septembre 2018

La Marlagne, Namur, Belgique

9 septembre par CADTM


Le Comité pour l’Abolition des Dettes illégitimes tiendra ses Rencontres d’Été
à La Marlagne, Namur,
les 7, 8 et 9 septembre 2018 !

Les Rencontres d’été du CADTM s’ouvriront en soirée le vendredi 7 septembre à La Marlagne et se dérouleront dans une ambiance festive et militante les samedi 8 et dimanche 9 septembre 2018. Vous pouvez vous y inscrire dès maintenant.

Ne ratez pas ces Rencontres 2018 qui seront l’occasion de s’informer des évolutions de la situation internationale en lien avec la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et d’échanger avec des militant-e-s venu-e-s de plusieurs parties du monde.

Dix ans après la crise financière de 2008, rien de sérieux n’a été fait pour mettre de l’ordre dans le système financier international et éviter de nouvelles crises bancaires. Le système dette s’est généralisé en Europe après que les États ont déversé des centaines de milliards d’euros pour les sauvetages bancaires ; les dettes publiques servent de prétexte pour approfondir l’application du programme néolibéral en imposant la privatisation des services publics après leur démantèlement progressif et systématique. Dans tous les champs de la vie quotidienne, les dettes privées étouffent les peuples : arnaque du microcrédit, dettes hypothécaires abusives, dettes étudiantes liées à l’abandon de la gratuité de l’éducation supérieure,... Les inégalités se sont accentuées partout dans le monde.

La résistance s’organise et les initiatives d’opposition à l’austérité et à la dette illégitime Dette illégitime Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
se multiplient, à l’échelle européenne et internationale. Il est temps de construire des solutions concrètes, alternatives au capitalisme en mettant en avant les résistances à l’offensive néolibérale.

Comprendre, c’est commencer à désobéir

Depuis plus de 20 ans, le CADTM fournit une analyse poussée du système dette, outil de domination capitaliste au Nord comme au Sud. Ces Rencontres d’été seront l’occasion de se pencher sur des sujets variés, tels que le la lutte pour la construction d’une Europe des peuples, le fonctionnement des banques et leur nécessaire socialisation, la dette écologique Dette écologique La dette écologique est la dette contractée par les pays industrialisés envers les autres pays à cause des spoliations passées et présentes de leurs ressources naturelles, auxquelles s’ajoutent la délocalisation des dégradations et la libre disposition de la planète afin d’y déposer les déchets de l’industrialisation.

La dette écologique trouve son origine à l’époque coloniale et n’a cessé d’augmenter à travers diverses activités :


- La « dette du carbone ». C’est la dette accumulée en raison de la pollution atmosphérique disproportionnée due aux grandes émissions de gaz de certains pays industriels, avec, à la clé, la détérioration de la couche d’ozone et l’augmentation de l’effet de serre.

- La « biopiraterie ». C’est l’appropriation intellectuelle des connaissances ancestrales sur les semences et sur l’utilisation des plantes médicinales et d’autres végétaux par l’agro-industrie moderne et les laboratoires des pays industrialisés qui, comble de l’usurpation, perçoivent des royalties sur ces connaissances.

- Les « passifs environnementaux ». C’est la dette due au titre de l’exploitation sous-rémunérée des ressources naturelles, grevant de surcroît les possibilités de développement des peuples lésés : pétrole, minéraux, ressources forestières, marines et génétiques.

- L’exportation vers les pays les plus pauvres de produits dangereux fabriqués dans les pays industriels.

Dette écologique et dette extérieure sont indissociables. L’obligation de payer la dette extérieure et ses intérêts impose aux pays débiteurs de réaliser un excédent monétaire. Cet excédent provient pour une part d’une amélioration effective de la productivité et, pour une autre part, de l’appauvrissement des populations de ces pays et de l’abus de la nature. La détérioration des termes de l’échange accentue le processus : les pays les plus endettés exportent de plus en plus pour obtenir les mêmes maigres recettes tout en aggravant mécaniquement la pression sur les ressources naturelles.
, l’audit citoyen de la dette, les nouveaux créanciers comme la Chine, les institutions financières internationales, ou encore les activités du réseau international du CADTM en dehors de l’Europe.

Au programme, deux assemblées plénières, des ateliers mélangeant études de cas et propositions d’alternatives, une projection de film et autres activités musicales et festives !
Nous vous attendons donc nombreuses et nombreux. Inscrivez-vous ici au plus vite pour que nous puissions vous accueillir le mieux possible !

Vous pouvez jeter un coup d’œil au programme provisoire des Rencontres 2018 ci-dessous (Cliquez pour dérouler).



PROGRAMME PROVISOIRE
Les noms des intervenants seront communiqués ultérieurement.

Samedi 8 septembre
Plénière d’ouverture

Dix ans après la crise bancaire de 2008 ayant entraîné les recapitalisations des grandes banques privées par les États, nous sommes confrontés à l’austérité et au démantèlement progressif et systématique des services publics en vue de leur privatisation. En face, des citoyens organisent les résistances à la crise et à l’austérité, en proposant des alternatives à l’offensive néolibérale et au capitalisme.

Samedi 8 septembre,
Présentation du livre De quoi l’effondrement est-il le nom ? de Renaud Duterme

Parcours 1 : « Le système dette, qu’est-ce que c’est ? »
o Capitalisme, système dette et migrations
o Dette au Nord
o Présentation du livre d’Éric Toussaint, Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation (Les Liens qui Libèrent, 2017)

Parcours 2 : « Le système dette aujourd’hui »
o Fonds vautours Fonds vautour
Fonds vautours
Fonds d’investissement qui achètent sur le marché secondaire (la brocante de la dette) des titres de dette de pays qui connaissent des difficultés financières. Ils les obtiennent à un montant très inférieur à leur valeur nominale, en les achetant à d’autres investisseurs qui préfèrent s’en débarrasser à moindre coût, quitte à essuyer une perte, de peur que le pays en question se place en défaut de paiement. Les fonds vautours réclament ensuite le paiement intégral de la dette qu’ils viennent d’acquérir, allant jusqu’à attaquer le pays débiteur devant des tribunaux qui privilégient les intérêts des investisseurs, typiquement les tribunaux américains et britanniques.
et emprunts hypothécaires
o La Chine, nouvelle puissance créancière et le projet One Belt One Road
o Quelles résistances au Système Dette au Sud ?

Parcours 3 : « Convergences des luttes et Alternatives »
o La crise de la dette en Europe et la lutte pour des alternatives
o Audits citoyens (Italie, l’État espagnol, France, Gabon, Belgique...) : quels modèles concrets ? Quelle mise en réseau ?
o Socialisation des banques - Pour un contrôle démocratique des finances

Dimanche 9 septembre
Plénière de clôture

Dette publique et dette sociale : le non-paiement féministe de la dette, avec des militantes de l’État espagnol, d’Italie, d’Argentine...

Présentations de livres

Samedi 8 septembre : De quoi l’effondrement est-il le nom ? de Renaud Duterme
Samedi 8 septembre : Le Système Dette d’Éric Toussaint
Dimanche 9 septembre : Il faut tuer TINA d’Olivier Bonfond

Et le soir on fera la fête
avec un spectacle,
une projection,
un concert : DJ KITOKO et MISS SIROCCO ont déjà confirmé leur présence !

PARTICIPATION AUX FRAIS

Vous pouvez dès à présent vous inscrire en remplissant le formulaire d’inscription disponible ici. Il est possible de loger sur place et de s’y restaurer.

Prix pour les deux journées en pension complète : 45€
Tarif réduit (étudiant-e-s, petits revenus) : 20€
Prix pour une journée en pension complète : 25€ (10€ tarif réduit)

Modalités de paiement : virement sur le compte du CADTM n° IBAN BE06 0012 3183 4322 - Code Swift BIC GEBA BE BB, mention « Rencontres d’été 2018 », ou par chèque pour la France.

NB : Les inscriptions ne seront prises en compte qu’une fois le versement effectué.

Contact :
CADTM, 35 rue Fabry, 4000 Liège, Belgique
Email : inscriptions@cadtm.org / Tel : 0032 (0)4 226 62 85
Les détails pratiques seront envoyés aux personnes inscrit.e.s avant les rencontres

Vous trouverez tous les détails pratiques sur le formulaire d’inscription

Comme tous les ans avec le CADTM

...découvrir ou approfondir les enjeux liés à l’endettement en Europe et dans le monde ;

...écouter et débattre avec des militant.e.s de mouvements sociaux venant de Grèce, de France, de Belgique, d’Espagne, mais aussi de pays du Sud (Maroc, Inde, Argentine, Afrique de l’Ouest, etc.)

...rencontrer de nombreuses personnes travaillant sur ces sujets ainsi que des militant.e.s de vos régions ;

...s’inspirer de nombreuses expériences de luttes et discuter des alternatives possibles à la crise et à l’austérité