Soutien au peuple palestinien

11 août 2014 par CADTM


Banksy - cc

Le CADTM se joint aux protestations contre les crimes perpétrés par les dirigeants de l’État d’Israël contre le peuple palestinien. Ci-dessous un dossier réalisé par le CADTM sur la politique intolérable de l’État israélien à l’égard du peuple palestinien ainsi que sur les complicités dont bénéficie cet État notamment de la part des autorités françaises, belges ainsi que d’une banque comme Dexia.

En novembre dernier, les Nations unies proclamaient 2014 « année de solidarité avec le peuple palestinien », une résolution que d’aucuns considéraient comme une réponse d’ampleur à l’encontre de la politique colonisatrice du gouvernement israélien. Ce 19 juin, en dépit de la forte opposition des pays arabes, Israël a été élu à la vice-présidence du Comité spécial de l’ONU chargé de la décolonisation (qui, entre autres, traite de questions relatives aux réfugiés palestiniens). En lieu et place de la solidarité et de la volonté de faire de la paix entre la Palestine et Israël une réalité, c’est un théâtre du cynisme et de l’obscène qui se joue au sein de l’ONU et dans les rangs de ses États membres, en premier lieu ceux de l’Union européenne qui ont soutenu cette candidature.

Cette élection, au moment même où Israël intensifie son programme de colonisation et ses incursions dans les territoires palestiniens, rappelle que seule la mobilisation citoyenne, telle que le mouvement BDS (Boycott, désinvestissements et sanctions), est de nature à sanctionner la politique d’Israël et des États qui la soutiennent. En témoigne la décision récente de l’Église presbytérienne, une des plus importantes aux États-Unis (1,8 million de membres), de retirer ses investissements de Caterpillar, Hewlett-Packard et Motorola Solutions pour leurs activités dans les territoires palestiniens occupés.