Communiqué de presse

« Suspendre le paiement de la dette extérieure des pays du printemps arabe », demande l’Assemblée parlementaire ACP-UE

19 mai 2011


« La demande de suspension du payement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
extérieure ne peut être ignorée par la Commission européenne et par les Etats Membres
 » estiment les députés européens Elie Hoarau et Gabi Zimmer, du groupe GUE/NGL, qui sont à l’origine de cette prise de position.

L’Assemblée parlementaire paritaire UE-ACP réunie à Budapest, a en effet adopté ce mercredi 18 Mai une résolution sur les soulèvements en Afrique du Nord et au Moyen- Orient, dans laquelle elle demande : « la suspension temporaire du remboursement des la dette » de ces pays, « un audit de ces dettes » et que «  les avoirs des leaders corrompus soient gelés et rendus aux trésors des pays concernés ». [1]

« Nous attendons maintenant de la Commission européenne et des Etats Membres qu’ils agissent rapidement, estime Gabi Zimmer. Nous avions lancé un appel de parlementaires dans ce sens ; maintenant c’est l’Assemblée parlementaire la plus large du monde qui reprend à son compte cet appel, y compris la plupart des membres des grands groupes politiques du Parlement européen ».. [2]

« C’est le minimum que peut faire l’UE qui a tant soutenu les gouvernements non-démocratiques de la région, déclare Elie Hoarau. Ces nouveaux gouvernements issus des soulèvements populaires éprouvent déjà de grandes difficultés économiques pour répondre aux attentes légitimes de leurs peuples. Cette suspension du paiement de la dette extérieure, -sans doute en grande partie illégitime-, et le rapatriement des fonds volés par les dirigeants corrompus sont indispensables pour libérer ces pays de ce joug insupportable. »

Contact à Budapest :
Paul-Emile Dupret, tél +32 474 363077 paul-emile.dupret chez europarl.europa.eu