TTIP Game Over : ceci n’est que le premier round !

20 juillet par Collectif Pink’Lidje

La semaine dernière a vu se dérouler le premier round des « TTIP Game Over »… soit une semaine d'actions directes et de désobéissance civile pour s’opposer au TTIP (traité transatlantique de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis) et ses homologues, le CETA (traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, en voie d’être ratifié par les gouvernements européens ce 22 septembre !) et le TiSA |1| (accord sur le commerce des services entre 23 membres de l’Organisation mondiale du commerce OMC
Organisation mondiale du commerce
Née le 1er janvier 1995, elle remplace le forum permanent de négociation qu’était l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) où les États avaient seulement le statut de « parties contractuelles ». Un des objectifs de l’OMC est le démantèlement, lorsqu’ils existent encore, des monopoles nationaux constitués en vertu d’une décision publique. C’est déjà le cas pour les télécommunications dont la décision a été prise dans le cadre de l’OMC en février 97. Mais il en reste d’autres comme les chemins de fer qui attirent la convoitise des grands groupes financiers.

Un autre objectif est la libéralisation totale des investissements. L’instrument utilisé a été le projet d’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI). L’AMI dont l’élaboration avait été décidée lors de la réunion ministérielle de l’OCDE de mai 1995, vise l’ensemble des investissements : directs (industrie, services, ressources naturelles) et de portefeuille. Il prévoit des dispositifs de protection, notamment pour le rapatriement total des bénéfices. L’AMI a été comme tel abandonné en 1997 mais est réapparu sous la forme d’une multitude d’Accords bilatéraux sur l’investissement, ce sont les nouveaux « habits » de l’AMI.

L’OMC fonctionne selon le mode « un pays - une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ». Toutefois, dans la lancée de l’épisode de Seattle en novembre 1999, la conférence de Cancun (Mexique) en septembre 2003 a été marquée par la résistance d’un groupe de 22 pays émergents du Sud, qui se sont alliés en la circonstance pour mener la conférence à l’échec, face à l’intransigeance des pays du Nord.
Site : http://www.wto.org/indexfr.htm
(OMC), dont l’Union européenne). Il s’agit plus largement de lutter contre tous les traités commerciaux qui avancent à grand pas aux quatre coins de la planète et font primer les intérêts économiques et des multinationales au détriment de ceux des peuples et de notre planète, piétinant démocratie, environnement et droits sociaux. Les traités de libre-échange à l’instar des politiques d’austérité ne sont pas des instruments de sortie de crise comme on tente de nous faire croire, mais bien les deux faces d’une même monnaie, celle d’un projet néolibéral qu’il est grand temps de mettre au pas !

Alors que le 14e round des négociations sur le TTIP se tenait la semaine dernière à Bruxelles, dans la plus grande opacité puisque les discussions se déroulent à huis-clos, nous avons usé de notre créativité pour « faire du bruit » - il s’agissait là du cri de ralliement ! - afin de faire entendre notre voix, les faire taire et sonner la fin des négociations...

La semaine fut mouvementée, haute en couleurs et en sonorités, en voici quelques illustrations.

Pour annoncer le début des TTIP Game Over, le collectif « Écran de fumée » a piraté l’écran publicitaire Coca-Cola situé Place de Brouckère et un autre écran géant en plein quartier européen : ceux-ci affichaient « TTIP Game Over, no more negociations, no more trade deals, reboot democracy, it’s time for action ! » |2|. Des actions graphiques ont été menées par le Collectif « C’est pas nous, c’est eux » avec une campagne de pochoirs dans le quartier européen et d’affichage dans le métro : 700 affiches publicitaires ont été remplacées par des messages anti-TTIP. L’occasion pour les activistes de diffuser largement un message contre le TTIP tout en dénonçant l’envahissement publicitaire dans les espaces publics. JCDecaux et la STIB ont porté plainte contre X et une enquête a été ouverte : affaire à suivre.

Lundi, le collectif EZLN (Ensemble zoologique de libération de la nature) a débusqué le nouveau lieu secret des négociations : celui-ci avait discrètement changé quelques jours avant le début des négociations… les TTIP Game Over leur aurait-il fait peur ? 70 animaux de tous poils, écailles et plumes, armés de légumes, de feuilles, de fleurs, de branchages, et de leurs plus beaux cris, ont fait irruption dans le périmètre de sécurité du Centre Albert Borschette, dans le quartier européen, où se tenaient les négociations, après avoir envahi un des bâtiments de la DG Commerce de la Commission européenne.


Mardi, la casserollade (« cazerolazo », manifestation sonore à l’aide de casseroles) organisée par l’alliance D19-20 et le réseau « Seattle to Brussels » a réuni 300 personnes armées de casseroles et autres instruments sonores qui ont accueilli bruyamment les négociateurs : « cette fois, ils ne pourront pas dire qu’ils ne nous ont pas entendu »...

Jeudi, le dernier jour des négociations, le Centre Albert Borschette a été bloqué dès l’aube par une centaine d’activistes dans le cadre d’une action nommée « TTIP lockdown ». Un activiste a remplacé le drapeau de l’Union européenne hissé sur un poteau par une banderole portant l’inscription « TTIP Game Over ». Les négociateurs qui ont tout de même voulu faire le déplacement ont eu le droit à un très bel accueil : entourée de joyeux cyclistes qui s’étaient réunis pour une masse critique, arrosés de confettis, paillettes et peinture au son d’une samba venue spécialement des quatre coins de l’Europe pour leurs jouer leurs plus beaux morceaux, les envoyés de Washington et de Bruxelles auront à coup sûr apprécié leur matinée ! La police bruxelloise - qui n’a définitivement pas le sens de la fête- a arrêté administrativement une quarantaine d’activistes pendant quelques heures. L’occasion pour ces derniers de commencer à préparer le round de négociation à venir.

Vendredi, un « TTIP/CETA lobby Lobby
Lobbies
Un lobby est une structure organisée pour représenter et défendre les intérêts d’un groupe donné en exerçant des pressions ou influences sur des personnes ou institutions détentrices de pouvoir. Le lobbying consiste ainsi en des interventions destinées à influencer directement ou indirectement l’élaboration, l’application ou l’interprétation de mesures législatives, normes, règlements et plus généralement, toute intervention ou décision des pouvoirs publics. Ainsi, le rôle d’un lobby est d’infléchir une norme, d’en créer une nouvelle ou de supprimer des dispositions existantes.
tour
 » était mené dans le quartier européen : une cinquantaine d’activi-touristes se sont joints à une visite guidée des pires lobbies. Les multinationales qui jouissent d’un pouvoir démesuré et font pression sur les négociations relatives au TTIP et au CETA n’ont plus de secrets pour les participant-e-s !

Cette dynamique des TTIP Game Over s’inscrit dans un accroissement de la mobilisation populaire contre les traités de libre-échange aux quatre coins de la planète. En Europe, une pétition exigeant l’arrêt des négociations sur le TTIP et le CETA a recueilli 3 millions de signatures, soit la plus grande pétition européenne jamais réalisée ; plus de 1800 villes, communes et régions européennes se sont déclarées « zones hors TTIP » ou vigilantes vis-à-vis du TTIP |3|. Les TTIP Game Over ont été soutenus par des associations qui n’ont pas l’habitude de recourir à de tels moyens d'actions, et sont parvenues à rassembler organisations, activistes, partis politiques et syndicats au-delà des alliances traditionnelles4. Face à des négociateurs et négociatrices qui font mine de ne pas nous entendre, quelle stratégie et moyens d'actions pour la suite ? Ils et elles ne nous laissent plus d’autres choix que de passer à la vitesse supérieure !

Tremblez chers négociateurs et négociatrices, lobbies et dirigeants européens… Ceci n’était que l’échauffement !

Plus d’infos sur les TTIP Game Over

Sur le lien entre dette, austérité et traités de libre-échange, lire : RENAUD Anouk, « Dette, libre-échange et austérité : tiercé gagnant ? », 17 décembre 2014

Pour comprendre de manière simple pourquoi il faut mettre un terme au TTIP et au CETA, lire par exemple « Pourquoi STOP TTIP et CETA ? »

Quelques dates en 2016 à noter dans ton agenda :
- 10-11 septembre : week-end de formation à l'action directe et à la désobéissance civile et de préparation au round 2 des TTIP Game Over
- 9-12 septembre : « European training for trainers » : formation pour formateurs à l'action directe dans le cadre des TTIP Game Over
- 20 septembre : STOP TTIP & CETA DAY : manifestation nationale à Bruxelles et journée de mobilisation contre le TTIP et le CETA. Plus d’infos
- 27 octobre : perturbation maximale et effective du sommet pour la signature du CETA : http://www.cadtm.org/CETA-HANG-OVER-Perturbation-du
- 3-4-5 novembre : 2e round des TTIP Game over : http://www.cadtm.org/TTIP-GAME-OVER-Round-2

- Un 3e round se tiendra en 2017.


Notes

|1| TTIP : Transatlantic Trade and Investment Partnership ; CETA : Comprehensive Economic and Trade Agreement ; TiSA : Trade in Services Agreement

|2| « TTIP Game Over, fin des négociations, fin des accords de libre-échange, réamorçons la démocratie, l’heure est venue à l'action ! »

|3| Plus d’infos : https://www.ttip-free-zones.eu/