Des peines de 12 mois de prison. Un militant d’Attac Maroc condamné à six mois de prison ferme

Taghjijt : répression brutale pour de banales revendications

17 décembre 2009 par [fr] ATTAC/CADTM Maroc [en] ATTAC/CADTM Morocco


Des peines de 12 mois de prison.Un militant d’Attac Maroc condamné à six mois de prison ferme

Taghjijt est une oasis de près de 7000 habitants, situé au Sud est d’Agadir, dans le sud du Maroc.

Pour la fête du mouton, plusieurs jeunes de Taghjijt, étudiants dans d’autres villes du Maroc, sont revenus au pays pour passer la fête en famille. Mais il y a des problèmes de transport pour revenir dans leurs universités. Une trentaine d’entre eux se rendent alors, le 1er décembre, au Caïdat pour réclamer des moyens de transport ainsi que quelques autres revendications d’ordre social (une bibliothèque pour la Maison des jeunes, etc...). Pour toute réponse, le Caid fait arrêter trois des jeunes venus déposer leur dossier revendicatif.

La délégation se transforme en rassemblement massif de protestation et le caïdat fait intervenir les forces de l’ordre qui vont disperser violemment les manifestants pour pouvoir évacuer les détenus vers la capitale de la province, Guelmim.

Pendant plusieurs jours, la ville sera en état de siège, des renforts de gendarmerie et Forces auxiliaires sont appelés, contrôlent les entrées et sorties de Taghjijt et recherchent activement une liste de personnes désignées par le Caïd. Deux nouvelles arrestations interviennent : le propriétaire d’un cybercafé sera hospitalisé pendant deux jours à l’hôpital de Guelmim suite aux tortures qui lui ont été infligées dans un des locaux de la municipalité.

Au total 5 personnes sont arrêtées, et de victimes vont être transformées en agresseurs puisqu’ils sont inculpés d’outrages à fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions et de dégradation d’établissements publics (rappelons que trois d’entre eux étaient déjà arrêtés avant l’intervention de la police, dans le cadre d’une délégation tout à fait pacifique !).

Le jeudi 10 décembre, une caravane venue de tous les villages et villes environnants vient, à l’appel des groupes Attac de la région, apporter leur solidarité aux détenus et aux habitants de Taghjijt.

Le mardi 15 décembre se tient le procès des 5 détenus devant le tribunal de 1re instance de Guelmim. De nombreux parents et amis sont venus assister au procès, ainsi que des membres d’Attac et des organisations de droits humains. Le verdict est rendu en fin de journée :

- Abdellah Boukfou est condamné à un an de prison ferme

- Abdelaziz Selami (membre du bureau d’Attac Guelmim) et Habib Ahmed, Mohamed Chouis sont condamnés à 6 mois fermes

- Bachir Hizam, blogueur, est condamné à quatre mois fermes.

Tous sont en outre condamnés à une amende de 500 dirhams chacun.

Une répression et un procès d’une sévérité invraisemblable qui va transformer un simple problème de transport près l’aïd en scandale national et international et vient confirmer le tournant hyper-sécuritaire pris par le gouvernement marocain. Après les luttes de Sidi Ifni, et face à un mouvement social multiforme qui se développe partout dans le Maroc, et tout particulièrement dans de nombreuses localités du Sud du pays, l’Etat marocain manifeste une nervosité évidente devant toute contestation organisée, aussi banale et bénigne soit-elle, qui va de pair avec son incapacité à apporter des solutions à la précarité, au chômage et à la marginalisation que vit cette région.

Quant à la justice, de tels procès confirment une fois encore son caractère expéditif et sa totale dépendance des décisions du pouvoir. Car ce n’est pas un cas isolé : un procès similaire s’est tenu devant le même tribunal une semaine auparavant : des jeunes chômeurs d’Assa ( à quelques dizaines de kilomètres de Taghjijt) étaient poursuivis pour avoir réclamé des cartes de la solidarité nationale (donnant accès à des emplois d’utilité publique, de courte durée).

Quant aux procès d’étudiants, ils se multiplient dans toute la géographie du Maroc. A Fès, Marrakech, Agadir, les procès sont reportés de séance en séance, imposant aux dizaines d’étudiants détenus de longs mois de prison « de facto » car les demandes de mise en liberté provisoire sont refusées.

Aziz Selami et ses camarades doivent être libérés. Faites circuler l’information. Ecrivez des lettres de protestation à

- Monsieur Abdelwahab Radi Ministère de la justice : Fax 00 212 037723710 courrier chez mj.gov.ma

- M. Abbas el Fassi Premier Ministre : Fax : 00 212 037761777 courrier chez pm.gov.ma

- M. Chakib Benmoussa - Ministre de l’Intérieur : Fax 00 212 037766861 ou bien 212 037767404 courrier chez mi.gov.ma




[fr] ATTAC/CADTM Maroc [en] ATTAC/CADTM Morocco

membre du réseau CADTM, l’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne.
www.attacmaroc.org
http://arabic.cadtm.org/

Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc
Email : attac.cadtm.maroc chez gmail.com
Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39

Autres articles en français de [fr] ATTAC/CADTM Maroc [en] ATTAC/CADTM Morocco (119)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 110