Tsunamis/moratoire sur la dette : « degré zéro » de la politique, estime une ONG

20 janvier 2005 par Agence France Presse


PARIS, 18 jan 2005 (AFP) - Le moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir. Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998 et de l’Équateur en 1999. sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
extérieure publique proposé aux pays touchés par les tsunamis représente le « degré zéro de l’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
politique » et le Club de Paris Club de Paris Créé en 1956, il s’agit du groupement d’États créanciers (22) spécialisés dans la normalisation des défauts de paiement des PED. Depuis sa création, la présidence est traditionnellement assurée par un Français - en 2019, c’est la directrice du Trésor français, Odile RENAUD BASSO, qui en assure la présidence. Les États membres du Club de Paris ont rééchelonné la dette de près de 90 pays en développement. En 2019, les membres du Club de Paris détiennent plus de 10 % du stock de la dette du Tiers Monde.

Les liens entre le Club de Paris et le FMI sont extrêmement étroits ; ils se matérialisent par le statut d’observateur dont jouit le FMI dans les réunions - confidentielles - du Club de Paris. Le FMI joue un rôle clé dans la stratégie de la dette mise en œuvre par le Club de Paris qui s’en remet à son expertise et son jugement macro-économiques pour mettre en pratique l’un des principes essentiels du Club de Paris : la conditionnalité.

Réciproquement, l’action du Club de Paris préserve le statut de créancier privilégié du FMI et la conduite de ses stratégies d’ajustement dans les pays en voie de développement.

Site web :
« ne pouvait pas faire moins », estime le Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde (CADTM) mardi.

« Le Club de Paris pouvait-il exiger les remboursements qui étaient attendus dès le mois de février ? La réponse est bien sûr négative », soulignent Damien Millet et Eric Toussaint, respectivement présidents du CADTM France
et du CADTM Belgique dans un communiqué diffusé mardi.

Cette décision n’est « pas une solution », poursuivent-ils en référence au moratoire décidé le 12 janvier par les 19 pays créanciers qui forment le Club de Paris, et que trois pays, le Sri Lanka, l’Indonésie et les Seychelles, envisagent d’accepter.

Le Club de Paris « se contente d’observer un instant de recueillement, mais il ne soulage en rien les pays touchés », accuse l’ONG, qui appelle de son côté à « l’annulation totale de la dette ».

Le seul service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. publique extérieure des pays touchés par les tsunamis s’élève à environ 38 milliards de dollars, souligne-t-elle. « Tous les dons reçus, estimés à 10 milliards de dollars, seront engloutis dans les remboursements si on se contente de temporiser (moratoire) ou d’alléger (réduction partielle) », craint le Comité.

Les autres pays touchés par la catastrophe ont jusqu’ici décliné l’offre du Club de Paris, pour certains par souci de ne pas s’aliéner les faveurs des marchés internationaux de capitaux et des investisseurs étrangers.