Un Manifeste révolutionnaire féministe

10 novembre par Brigitte Ponet


Lire l’ouvrage « FÉMINISME pour les 99 % »

UN MANIFESTE
de Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya et Nancy Fraser,
traduit de l’anglais (États-Unis) par Valentine Dervaux,
édition La découverte, Paris, mars 2019, 125 pages.

Dans une précédente présentation d’ouvrage intitulée « Le capitalisme patriarcal » de Silvia Federici Reproduire pour produire, je mettais en évidence l’analyse de l’auteure concernant le rôle central, car primordial, du travail reproductif gratuit dans l’accumulation du capital et donc du profit engendré par l’exploitation de ce travail « domestique » attribué aux femmes dès la seconde moitié du XIXe siècle.

Le travail de reproduction à prendre dans un sens large comprend tous les actes liés au développement de la vie (nourrir, soigner, veiller, enseigner, entretenir les liens sociaux…) et sans lesquels la classe capitaliste n’aurait pas d’êtres humains à exploiter.

Dès le moment où le système capitaliste a organisé l’exploitation rentable du travail de reproduction dans les foyers en imposant une division genrée entre travail économique productif, attribué essentiellement aux hommes et rapportant un salaire, et le travail reproductif ne « nécessitant » pas une rémunération, les femmes se sont rebellées contre cette dépendance à l’homme, imposée.

Le système capitaliste néolibéral sans limites a adapté ses formes d’exploitation en marchandisant tout

Cent cinquante ans plus tard, le système capitaliste néolibéral sans limites a adapté ses formes d’exploitation en marchandisant tout, même une bonne part du travail de reproduction. Certains métiers comme ceux de femme d’ouvrage ou de garde d’enfant consistent à prendre en charge des travaux de reproduction pour le compte de professionnelles plus aisées et épuisent des travailleuses dans des tâches peu gratifiantes pour arriver à boucler les fins de mois et faire vivre leur propre famille.

Le remboursement des dettes souveraines soumet les États aux exigences anti-sociales des détenteurs de capitaux et l’emprise des dettes à la consommation « emprisonnent » les populations dans un cercle vicieux d’appauvrissement qui impacte toute activité de vie.

Depuis deux bonnes années, nous assistons à de nouveaux et imposants soulèvements de femmes à un niveau international (Espagne, Argentine, Pologne, États-Unis...) qui dénoncent ce système économique destructeur de leur vie. Dans la postface de ce livre, nous lisons « Alors que le capital aspire uniquement à accroître ses profits, à l’inverse, les personnes de la classe ouvrière se battent en tant qu’être sociaux afin de mener des vies décentes et riches de sens. Ces buts sont fondamentalement irréconciliables car l’accumulation du capital ne peut se faire qu’au détriment de nos vies. » (p.106-107)

C’est en analysant les revendications de ces nouveaux mouvements féministes que les auteures ont rédigé ce manifeste « Féminisme pour les 99 % ». Ces revendications ne se limitent pas à l’augmentation des salaires ou à la réduction du temps de travail, elles recouvrent l’ensemble des droits humains fondamentaux allant du droit au logement à la sécurité alimentaire en passant par le droit des migrant-e-s et le droit à la sécurité sociale dans son ensemble.

« L’ensemble de ces revendications nécessite une profonde réorganisation de la relation entre production et reproduction : pour des mesures qui favorisent la vie et les liens sociaux plutôt que le profit ; pour un monde dans lequel n’importe quelle personne – quels que soient son genre, sa nationalité, sa sexualité et sa race – puisse combiner les activités liées à la reproduction sociale avec un travail sûr, bien rémunéré et exempt d’abus »(p.118).

Un féminisme pour l’amélioration des conditions de vie de l’immense majorité des femmes mais aussi des hommes.

Le véritable enjeu des luttes pour la reproduction sociale est d’établir la primauté de la vie sur le profit

Un manifeste plein d’espoir, pour un anticapitalisme radical, programmant l’égalité, la justice et la liberté pour toutes et tous . « Le véritable enjeu des luttes pour la reproduction sociale est d’établir la primauté de la vie sur le profit » (p.108).

Pour relever ce défi, les auteures affirment la nécessité que les féministes s’allient aux autres mouvements anti- système capitaliste : les mouvements antiracistes, écologistes, pour les droits des migrants et de tou-te-s les travailleu-ses-rs. « En réalité, cette solidarité est plus forte lorsque nous reconnaissons nos différences – la diversité de nos modes de vie, de nos expériences et de nos souffrances, la spécificité de nos besoins, de nos désirs et de nos exigences, et la pluralité des formes d’organisation qui nous correspondent… Le féminisme pour les 99 % cherche à réunir les mouvements existants et futurs en une large insurrection mondiale » (p.90)


Ce manifeste affirme et expose 11 thèses étayées que je cite ci-dessous pour vous donner l’envie de les explorer par vous-même

  • Thèse 1. Une nouvelle vague féministe réinvente la grève.
  • Thèse 2. Le féminisme libéral est en faillite. Il est temps de s’en débarrasser.
  • Thèse 3. Nous avons besoin d’un féminisme anticapitaliste – un féminisme pour les 99 %
  • Thèse 4. Ce que nous traversons, c’est une crise de la société dans son ensemble – et la source du problème est le capitalisme.
  • Thèse 5. Dans les sociétés capitalistes, l’oppression de genre est enracinée dans la subordination de la reproduction sociale à la production marchande. Nous voulons remettre les choses dans le bon sens.
  • Thèse 6. La violence de genre prend de nombreuses formes, toutes liées aux relations sociales capitalistes. Nous jurons de les combattre toutes.
  • Thèse 7. Le capitalisme essaie de contrôler la sexualité. Nous voulons la libérer.
  • Thèse 8. Le capitalisme est né de la violence raciste et coloniale. Le féminisme pour les 99 % est antiraciste et anti-impérialiste.
  • Thèse 9. En luttant pour empêcher la destruction de la Terre par le capital, le féminisme pour les 99 % est écosocialiste.
  • Thèse 10. Le capitalisme est incompatible avec une véritable démocratie et la paix réelle. Notre réponse est l’internationalisme féministe.
  • Thèse 11. Le féminisme pour les 99 % appelle tous les mouvements radicaux à se joindre dans une insurrection anticapitaliste commune.

Le féminisme pour les 99 % cherche à réunir les mouvements existants et futurs en une large insurrection mondiale

Au mieux, le capitalisme ne pourra que repousser l’état de crise actuel auquel l’humanité doit faire face et les auteures du manifeste affirment que pour résoudre cette forme aiguë de crise capitaliste, globale, financière, néolibérale, nous avons besoin d’une forme d’organisation sociale entièrement nouvelle.

Le CADTM soutient cette vision d’un avenir possible pour l’Humanité et y amène sa pierre à l’édifice en avançant des propositions concrètes et réalistes. Auditer les comptes pour savoir ce qu’un pouvoir public rembourse, à qui et pour quel type de dépenses, pour mener quelle politique et dans l’intérêt de qui, permet de déceler ce qu’il est légitime de rembourser ou non. Étudier avec l’aide des travailleurs de terrain comment utiliser l’argent ainsi récupéré dans des projets socialement utiles et écologiquement viables.

Concevoir de nouvelles formes d’organisation sociale, c’est avant tout une question de volonté et de mobilisation sociale, une question d’engagement et de choix politiques respectueux des êtres humains sans distinction de race, de sexe, de culture et, de la Terre, source de vie.

Que les habitants dans les quartiers, les communes, puissent réellement s’impliquer dans la gestion de leur communauté, qu’au niveau national, les pouvoirs publics investissent (emprunts légitimes auprès de services publics bancaires) dans des infrastructures médicales, scolaires, sociales utiles aux populations ; investissent dans les secteurs des énergies renouvelables, des transports en commun accessibles à tous, des logements salubres, des loisirs et de la culture pour tous ; investissent dans des politiques agricoles adaptées, en synergie avec l’environnement et de dimension humaine. Que tous ces investissements publics (dont la liste mentionnée plus haut n’est pas exhaustive) créent de l’emploi justement rémunéré, valorisant car utile et dont les conditions de travail permettent une qualité de vie digne de ce non.

Il n’y a évidemment pas de livre de recettes toutes faites de ces nouvelles formes d’organisations sociales. Des mobilisations des 99 % de par le monde pourraient émerger de nouveaux schémas sociétaux adaptés aux communautés de vie des quatre coins du monde.

À suivre


Les auteures :

  • Cinzia Arruzza est professeure de philosophie à la New School for Social Research (New York). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages explorant les liens entre socialisme et féminisme.
  • Tithi Bhattacharya est professeure et directrice du programme Global Studies à l’université Purdue (Indiana). Ses ouvrages croisent la théorie marxiste et les questions de genre .
  • Nancy Fraser est professeure de philosophie et de politique à la New School for Social Research (New York). Auteure de nombreux ouvrages, elle est l’une des principales représentantes de la Théorie critique dans le monde anglophone.


Brigitte Ponet

Militante CADTM Belgique