Un monde d’esclavage maquillé au goût de notre temps

11 mai 2009 par Pauline Imbach

Un monde d’esclavage maquillé au goût de notre temps |1|

En France, les journées du 10 et du 23 mai ont été choisies pour honorer le souvenir des esclaves et commémorer l’abolition de l’esclavage décrétée en 1848. Depuis 2006, le Comité pour la mémoire de l’esclavage avait fixé au 10 mai les cérémonies officielles du souvenir. Mais les associations regroupant les Français d’outre-mer ont toujours boycotté et contesté cette date. Cette année, une deuxième journée officielle a été ajoutée, celle du 23 mai. Pour la plupart des associations d’outre-mer, c’est cette date qu’il faut retenir, car c’est le 23 mai 1848 que les esclaves martiniquais ont vécu leur premier jour de liberté, c’est le 23 mai 1998 que plus de 40 000 descendants d’esclaves ont marché silencieusement dans les rues de Paris, et c’est le 23 mai 2001 qu’a été publiée la loi « Taubira » au journal officiel |2|.

L’histoire officielle, celle sur laquelle on légifère, est faite de dates commémoratives durant lesquelles la récupération politique est de mise. Ainsi, par exemple, le 10 mai prochain à l’occasion de la journée de « commémoration de l’abolition de l’esclavage », le président Sarkozy présidera une cérémonie pendant qu’Alain Juppé, ancien Premier ministre, Maire de Bordeaux, Michèle Alliot-Marie, Ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales, Christine Albanel, Ministre de la culture et de la communication et Yves Jégo, Secrétaire d’état chargé de l’outre-mer inaugureront les nouvelles salles permanentes «  Bordeaux, le commerce atlantique et l’esclavage » au Musée d’Aquitaine.

Améliorer l’image de son gouvernement en dénonçant le passé esclavagiste de la France, tout en perpétuant une politique française intérieure et extérieure de domination et d’exploitation, quelle belle hypocrisie !

Un siècle et demi après l’abolition officielle de l’esclavage, pouvons-nous affirmer que celui-ci a disparu ? Les pouvoirs politiques peuvent-ils le commémorer comme s’il appartenait seulement au passé ?

Depuis l’abolition officielle de l’esclavage, bien d’autres formes de domination et d’exploitation similaires ont pris le relais, c’est pourquoi son abolition constitue aujourd’hui encore un enjeu majeur.

La dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du Tiers Monde ou comment fabriquer les conditions d’exploitation et d’esclavage

Les grandes puissances, les institutions financières internationales (FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 184 membres en 2003) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRETS ACCORDES PAR LA BM :
1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
), les entreprises multinationales, notamment à travers le mécanisme de la dette, sont responsables du pillage de l’économie des pays du tiers-monde et des libertés des peuples du Sud. La dette des Pays en voie de développement est estimée à 3 360 milliards de dollars. Elle maintient 85% de l’humanité dans la misère : les pays pauvres payent plus pour leur dette que pour leurs budgets de santé et d’éducation réunis. Ces pays ont remboursé l’équivalent de 102 fois ce qu’ils devaient en 1970, mais entre temps leur dette a été multipliée par 48 |3|.

La dette est un des mécanismes du maintien et de fabrication des conditions d’exploitation et d’esclavage. Abolir la dette de manière totale et sans condition, constituerait un premier pas important pour l’abolition de l’esclavage.

Tant que les droits humains fondamentaux ne seront pas garantis, l’esclavage existera

La souveraineté politique et économique des pays du Sud est bafouée et les droits humains fondamentaux ne sont pas garantis. Un être humain qui n’a pas d’accès à l’eau, à la nourriture et à d’autres droits et besoins fondamentaux n’est pas libre. Il faut 80 milliards de dollars par an pendant 10 ans pour assurer à la totalité de la population les services sociaux essentiels (éducation primaire, santé, eau, assainissement). Ainsi il suffirait d’un prélèvement de 2 millièmes sur le patrimoine cumulé des 10,1 millions de millionnaires en 2007 (estimé à 40 700 Milliards de $) pour trouver les 80 milliards de dollars nécessaires |4|.

Le refus du partage des richesses (le revenu des 500 individus les plus riches de la planète dépasse les revenus cumulés des 416 millions de personnes les plus pauvres) et le maintien délibéré de populations entières dans des conditions de vie contraires aux droits humains est une forme d’esclavage.

Capitalisme et esclavage font bon ménage

On peut aussi se demander si les travailleurs soumis aux Accords de Partenariat Économique (APE) visant à libéraliser les échanges, sont libres. Si les migrants obligés de quitter leurs pays, leurs familles, leurs amis dans l’espoir de pouvoir vivre, sont libres. Si les sans papiers que l’Europe fabrique pour fournir une main d’œuvre bon marché à ses entrepreneurs, ne sont pas des esclaves. Si les enfermer dans des camps de la honte avant de les « déporter », n’est pas le signe d’une société qui considère que les êtres humains ne sont pas tous libres et égaux. Et si les enfants qui travaillent dans les usines, aux quatre coins du monde pour alimenter le Nord en gadgets ne sont pas eux aussi des esclaves. La liste serait longue, les esclaves modernes du système néocolonial et capitaliste sont nombreux. Mettre le profit au cœur du système engendre inévitablement exploitation et esclavage, c’est le système actuel qui crée les conditions d’exploitation et d’esclavage des populations. Il faut sortir du capitalisme pour abolir l’esclavage et prôner un système centré sur les besoins humains fondamentaux. On ne peut pas crier au tout profit et s’insurger contre l’esclavage.

Ainsi, commémorer l’abolition de l’esclavage, c’est aussi mettre en lumière que le système capitaliste est le vecteur d’un nouvel esclavage dont l’abolition doit mobiliser les consciences à l’échelle internationale. La liberté se conquiert, il n’est pas encore temps de la commémorer.


Notes

|1| Expression de Thomas Sankara, discours devant l’assemblée générale des Nations unies. La liberté se conquiert. 4 octobre 1984.

|2| La loi Taubira du 21 mai 2001, est une loi française concernant la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l’Humanité. Aux termes de l’article premier, la République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité.

|3| Eric Toussaint et Damien Millet, Les chiffres de la dette, CADTM, 2009

|4| Eric Toussaint et Damien Millet, Les chiffres de la dette, CADTM, 2009

Autres articles en français de Pauline Imbach (60)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50