Une alternative pour la Grèce

2 septembre 2015 par Eric Toussaint

Hellenic Parliament

En août-septembre 2013, j’ai rédigé un projet de programme de mesures à mettre en œuvre en Grèce en cas de victoire électorale de la gauche radicale. J’ai envoyé ce texte, le 10 septembre 2013 en tant que brouillon, à des militants/tes en Grèce et ailleurs afin, comme je l’écrivais à l’époque, de « récolter des commentaires critiques et des propositions d’amélioration ».

Quelques personnes m’ont répondu et j’ai amendé légèrement ma proposition. J’ai présenté cette proposition à Athènes le 29 mars 2014 lors d’une réunion de travail avec des militants de DEA |1| et des invités d’autres pays (France, États-Unis, Suisse, Belgique, Portugal, Italie, Allemagne…). J’ai également présenté un résumé de cette proposition lors d’une conférence publique, le 30 mars 2014, à laquelle a également pris la parole Panagiotis Lafazanis qui est à la tête de la nouvelle formation politique grecque, Unité populaire, lancée le 21 août 2015.

Jusqu’ici, cette proposition n’a jamais été publiée. En effet, j’ai considéré que je n’avais pas reçu suffisamment de réponses aux demandes répétées de commentaires et d’améliorations pour mettre cette proposition sur la place publique. J’étais également bien conscient que je ne connais pas assez la réalité grecque et qu’il est nécessaire de produire une proposition collective essentiellement élaborée par des Grecs investis dans la réalité nationale. Malgré les réserves que je viens d’émettre, suite à la capitulation de juillet 2015, je décide de rendre publique cette proposition écrite il y a déjà deux ans.

J’ai inséré à quatre endroits du texte des propositions rédigées en juillet 2015.

Dans ce projet, j’avançais la nécessité de sortie de la zone euro sans préjuger du moment opportun pour le faire. En effet, je suis convaincu que vu l’état de la conscience de la population grecque, une série de mesures prioritaires devaient et pouvaient être prises sans quitter la zone euro. La sortie, pour être assumée par une majorité de la population, doit résulter de la démonstration pratique que cette option est devenue une nécessité (c’est ce qui est en train de se passer clairement à partir de juillet 2015). Enfin, une sortie de la zone euro implique que les autres mesures soient prises, de manière à réaliser une sortie favorable aux intérêts de la majorité de la population. Si ce n’est pas le cas, la sortie de la zone euro se convertit en une sortie de droite qui est à éviter.

Dans le cas d’un pays comme la Grèce, un gouvernement populaire devrait :

1. Abroger les mesures antipopulaires imposées dans le cadre des mémorandums avec la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. qui se succèdent depuis mai 2010. Cela implique notamment la réintégration des travailleurs licenciés suite à l’imposition de ces mémorandums.

2. Suspendre le paiement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, organiser un audit et imposer une réduction radicale du stock et du service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. y compris par un acte de répudiation (qui ne peut être qu’unilatéral), adopter des mesures discriminatoires pour protéger l’épargne populaire investie dans la dette.

Prendre une mesure spécifique sur la dette bilatérale à l’égard de l’Allemagne qui s’élève à 15 milliards euros contractée à l’occasion du mémorandum de mai 2010 : la répudiation de cette dette devrait se faire en compensation partielle de la dette historique allemande à l’égard de la Grèce (Seconde Guerre mondiale).

3. Socialiser les banques et assurances. À cause des choix qu’elles ont faits, la plupart des banques font face à une situation d’insolvabilité et non à une crise passagère de liquidités Liquidité
Liquidités
Capitaux dont une économie ou une entreprise peut disposer à un instant T. Un manque de liquidités peut conduire une entreprise à la liquidation et une économie à la récession.
. La décision de la Banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
et de la Banque de Grèce de protéger les intérêts des grands actionnaires privés aggrave le problème.

Il faut revenir aux fondamentaux. Les banques doivent être considérées comme des services publics, du fait, précisément, de leur importance et de l’effet dévastateur que leur mauvaise gestion peut avoir sur l’économie. Le métier de la banque est trop sérieux pour être confié à des banquiers privés. Comme elle utilise de l’argent public, bénéficie de garanties Garanties Acte procurant à un créancier une sûreté en complément de l’engagement du débiteur. On distingue les garanties réelles (droit de rétention, nantissement, gage, hypothèque, privilège) et les garanties personnelles (cautionnement, aval, lettre d’intention, garantie autonome). de la part de l’État et rend un service de base fondamental à la société, la banque doit devenir un service public.

Les pouvoirs publics doivent retrouver leur capacité de contrôle et d’orientation de l’activité économique et financière. Ils doivent également disposer d’instruments pour réaliser des investissements et financer les dépenses publiques en réduisant au minimum le recours à l’emprunt auprès d’institutions privées. Pour cela, il faut exproprier les banques pour les socialiser en les transférant au secteur public sous contrôle citoyen, sans indemnisation des grands actionnaires privés. Dans certains cas, malgré cette absence d’indemnisation, l’expropriation des banques privées peut représenter un coût important pour l’État en raison des dettes qu’elles ont pu accumuler et des produits toxiques qu’elles ont conservés. Le coût en question doit être récupéré autant que faire se peut sur le patrimoine général des grands actionnaires. En effet, les sociétés privées qui sont actionnaires des banques et qui les ont menées vers l’abîme tout en faisant de juteux profits détiennent une partie de leur patrimoine dans d’autres secteurs de l’économie. Il faut donc faire une ponction sur le patrimoine global des actionnaires.

Les banques publiques avec un statut de service public (sous contrôle citoyen) peuvent coexister avec des banques coopératives de taille modérée (le caractère coopératif de ces banques doit être strictement contrôlé sous peine du retrait de la licence d’activité).

J’insère ici, en grisé, ce que j’ai publié en juillet 2015 dans un article consacré aux alternatives à la capitulation du gouvernement grec du 13 juillet (voir http://cadtm.org/Grece-des-propositions ) :

Les pouvoirs publics grecs constituent de loin l’actionnaire majoritaire des grandes banques grecques (représentant plus de 80% du marché bancaire grec) et devraient donc exercer pleinement le contrôle des banques afin de protéger l’épargne des citoyens et relancer le crédit interne pour soutenir la consommation. D’une part, il conviendrait de tirer les conséquences de la participation majoritaire de l’État dans les banques en leur conférant un statut d’entreprise publique. L’ État devrait organiser une faillite ordonnée de ces banques en veillant à protéger les petits actionnaires et les épargnants. Il s’agit de récupérer le coût de l’assainissement des banques sur le patrimoine global des gros actionnaires privés car ce sont eux qui ont provoqué la crise et ont ensuite abusé du soutien public. Une bad bank Bad bank Une bad bank est une structure créée pour isoler et recueillir les actifs à haut risque d’une banque en difficulté. serait créée pour isoler les actifs Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
toxiques en vue d’une gestion extinctive. Il faut une fois pour toutes faire payer les responsables de la crise bancaire, assainir en profondeur le secteur financier et le mettre au service de la population et de l’économie réelle.

Les sociétés privées d’assurances devraient également être socialisées. Même si son état de santé est moins médiatisé, le secteur des assurances est aussi au cœur de la crise actuelle. Les grands groupes d’assurances ont mené des opérations aussi risquées que les banques privées avec lesquelles nombre d’entre eux sont étroitement liés. Une grande partie de leurs actifs est constituée de titres de la dette Titres de la dette Les titres de la dette publique sont des emprunts qu’un État effectue pour financer son déficit (la différence entre ses recettes et ses dépenses). Il émet alors différents titres (bons d’état, certificats de trésorerie, bons du trésor, obligations linéaires, notes etc.) sur les marchés financiers – principalement actuellement – qui lui verseront de l’argent en échange d’un remboursement avec intérêts après une période déterminée (pouvant aller de 3 mois à 30 ans).
Il existe un marché primaire et secondaire de la dette publique.
souveraine et de produits dérivés Produits dérivés
Produit dérivé
Famille de produits financiers qui regroupe principalement les options, les futures, les swaps et leurs combinaisons, qui sont tous liés à d’autres actifs (actions, obligations, matières premières, taux d’intérêt, indices...) dont ils sont par construction inséparables : option sur une action, contrat à terme sur un indice, etc. Leur valeur dépend et dérive de celle de ces autres actifs. Il existe des produits dérivés d’engagement ferme (change à terme, swap de taux ou de change) et des produits dérivés d’engagement conditionnel (options, warrants…).
. À la recherche du maximum de profit immédiat, ils ont spéculé dangereusement avec les primes payées par les assurés, avec l’épargne récoltée sous la forme d’assurance vie ou de cotisations volontaires en vue d’une retraite complémentaire. L’expropriation des assurances permettra d’éviter une débâcle dans ce secteur et protégera épargnants et assurés. Cette expropriation des assurances doit aller de pair avec une consolidation du système de retraite par répartition Retraite par capitalisation
par répartition
Le système de retraite par répartition est basé sur la solidarité inter-générationnelle garantie par l’État : les salariés cotisent pour financer la retraite des pensionnés.
Le système de retraite par capitalisation est basé sur l’épargne individuelle : les salariés cotisent dans un fonds de pension qui investit sur les marchés internationaux et est chargé de leur verser leur retraite à la fin de leur carrière.
.

4. Réquisitionner la Banque centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. . À sa tête se trouve Yannis Stournaras (placé à ce poste par le gouvernement d’Antonis Samaras) qui met toute son énergie à empêcher le changement voulu par la population. C’est un véritable cheval de Troie qui sert les intérêts des grandes banques privées et des autorités européennes néolibérales. La Banque centrale de Grèce doit être mise au service des intérêts de la population grecque.

5. Créer une monnaie électronique (libellée en euro) à usage interne au pays. Les pouvoirs publics pourraient augmenter les retraites ainsi que les salaires de la fonction publique, payer les aides humanitaires aux personnes en leur ouvrant un crédit en monnaie électronique qui pourrait être utilisé pour de multiples paiements : facture d’électricité, d’eau, paiement des transports en commun, paiement des impôts, achats d’aliments et de biens de première nécessité dans les commerces, etc. Contrairement à un préjugé infondé, même les commerces privés auraient tout intérêt à accepter volontairement ce moyen de paiement électronique car cela leur permettra à la fois d’écouler leurs marchandises et de régler des paiements à l’égard des administrations publiques (paiement des impôts et de différents services publics qu’ils utilisent). La création de cette monnaie électronique complémentaire permettrait de diminuer les besoins du pays en euros. Les transactions dans cette monnaie électronique pourraient être réalisées par les téléphones portables comme c’est le cas aujourd’hui en Equateur.

6. Dissoudre l’organisme chargé des privatisations, remplacé par une structure publique de gestion des biens nationaux (avec arrêt immédiat des privatisations) chargée de protéger le patrimoine public tout en générant des revenus.

7. Imposer un contrôle strict des mouvements de capitaux et un contrôle des prix à la consommation.

8. Adopter une réforme fiscale avec :

a) augmentation de la progressivité de la taxe sur les revenus,

b) augmentation de la taxe sur les biens immobiliers (avec exonération pour la résidence principale en-deçà d’un seuil à définir, lié notamment au nombre d’occupants de la résidence),

c) suppression des privilèges fiscaux des armateurs, de l’Église orthodoxe et des autres secteurs capitalistes,

d) réduction radicale ou suppression de la TVA sur les biens et services de première nécessité, levée d’un impôt exceptionnel sur le patrimoine des plus riches,

e) répression de la grande fraude fiscale qui prive la collectivité de moyens considérables et joue contre l’emploi. Des moyens publics conséquents doivent être alloués aux services des finances pour lutter efficacement et en priorité contre la fraude organisée par les grandes entreprises et les ménages les plus riches. Les résultats doivent être rendus publics et les coupables lourdement sanctionnés.

9. Réaliser une politique d’emprunt public interne auprès de la Banque centrale via la monétisation de la dette. À cette politique d’emprunt auprès de la Banque centrale, on peut ajouter l’émission de titres de la dette publique à l’intérieur des frontières nationales.

En effet, l’État doit pouvoir emprunter afin d’améliorer les conditions de vie des populations, par exemple en réalisant des travaux d’utilité publique. Certains de ces travaux peuvent être financés par le budget courant grâce à des choix politiques affirmés, mais des emprunts publics peuvent en rendre possibles d’autres de plus grande envergure, par exemple pour passer du « tout automobile » à un développement massif des transports collectifs, développer le recours aux énergies renouvelables respectueuses de l’environnement, créer ou rouvrir des voies ferrées de proximité sur tout le territoire en commençant par le territoire urbain et semi-urbain, ou encore rénover, réhabiliter ou construire des bâtiments publics et des logements sociaux en réduisant leur consommation d’énergie et en leur adjoignant des commodités de qualité.

Il faut définir de toute urgence une politique transparente d’emprunt public. Ce qu’il faut, c’est que la destination de l’emprunt public garantisse une amélioration des conditions de vie, rompant avec la logique de destruction environnementale, et que le recours à l’emprunt public contribue à une volonté redistributive afin de réduire les inégalités. C’est pourquoi nous proposons que les institutions financières, les grandes entreprises privées et les ménages riches soient contraints par voie légale d’acheter, pour un montant proportionnel à leur patrimoine et à leurs revenus, des obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
d’État à 0 % d’intérêt et non indexées sur l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donné. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. , le reste de la population pourra acquérir de manière volontaire des obligations publiques qui garantiront un rendement réel positif (par exemple 3 %), supérieur à l’inflation. Ainsi si l’inflation annuelle s’élève à 3 %, le taux d’intérêt effectivement payé par l’État pour l’année correspondante sera de 6 %. Une telle mesure de discrimination positive (comparable à celles adoptées pour lutter contre l’oppression raciale aux États-Unis, les castes en Inde ou les inégalités hommes-femmes) permettra d’avancer vers davantage de justice fiscale et vers une répartition moins inégalitaire des richesses.

10. Réaliser un emprunt public externe alternatif (c’est-à-dire qui exclut la Troïka et les marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
étrangers) sans accepter de conditionnalités.

11. Mettre en pratique la règle d’or suivante : la somme allouée au remboursement de la dette publique ne peut excéder 5 % des recettes de l’État. Interdiction de socialiser des dettes privées, obligation d’organiser un audit permanent de la politique d’endettement public avec participation citoyenne, imprescriptibilité des délits liés à l’endettement illégitime, nullité des dettes illégitimes, adoption d’une deuxième règle d’or qui consiste à dire que les dépenses publiques qui permettent de garantir les droits humains fondamentaux sont incompressibles et priment sur les dépenses relatives au remboursement de la dette…

12. Il est également important d’engager la Grèce dans un processus constituant avec participation citoyenne active afin de permettre des changements démocratiques structurels. Pour réaliser ce processus constituant, il faut convoquer, via une consultation au suffrage universel, l’élection d’une assemblée constituante chargée d’élaborer un projet de nouvelle Constitution. Une fois le projet adopté par l’assemblée constituante qui devra fonctionner en recevant les cahiers de doléances et les propositions émanant du peuple, il sera soumis au suffrage universel.

13. Établir un cadastre des fortunes.

14. Réduire le temps de travail avec restauration du salaire d’avant 2010 et ensuite augmenter les salaires et les retraites inférieures à un seuil à déterminer (par exemple, 1600 euros nets).

15. Augmenter le salaire minimum légal, instaurer une indexation des salaires et des allocations sociales sur le coût de la vie.

16. Lever l’immunité parlementaire des élus impliqués dans la crise et les poursuivre en justice.

17. Interdiction des organisations qui prônent en actes le racisme et/ou la haine raciale ;

18. Mettre en œuvre un vaste programme de stimulation économique :

- soutien à la production agricole locale : création d’un service public pour la formation des agriculteurs à l’agriculture paysanne et l’agroécologie, privilégier l’accès au marché de produits locaux, réorienter les aides PAC vers les petites fermes, développer l’offre de semences locales, soutenir des nouvelles coopératives agricoles, relocaliser l’agriculture et soutenir les installations dans le sens de la souveraineté alimentaire ;
- soutien aux petites et moyennes entreprises ;
- soutien aux petits commerces ;
- soutien à la pêche artisanale ;
- création d’emplois dans les services publics avec une priorité à la santé et à l’éducation publique et à l’environnement ;
- redonner un statut public aux entreprises privatisées et soutenir la relance d’entreprises par les travailleurs ;
- développer les énergies renouvelables afin de satisfaire les besoins locaux, soutenir les projets d’isolation thermique des bâtiments, développer les transports en commun, refus des grands projets inutiles et de l’extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique.  ;
- mettre en place d’ambitieuses actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
de préservation de l’environnement et consolider les lois nationales en ce sens : parcs naturels, biodiversité sauvage (terrestre ou marine) ;
- soutenir le tourisme de petite échelle (contre les grands complexes touristiques) ;
- organiser la gestion publique, locale et écologique de l’eau et des déchets.

19. Sortir de la zone euro en appliquant une réforme monétaire redistributive (en réduisant le patrimoine liquide des ménages les plus aisés).

Voici un exemple (bien sûr, les barèmes indiqués peuvent être modifiés après une étude sérieuse de la répartition de l’épargne liquide des ménages et l’adoption de critères rigoureux) :

1€ s’échangerait contre 1 nouvelle Drachme (n.D.) jusque 200.000 €
1€ = 0,7 n.D. entre 200.000 et 250.000 €
1€ = 0,6 n.D. entre 250.000 et 350.000 €
1€ = 0,5 n.D. entre 350.000 et 500.000 €
1€ = 0,4 n.D. entre 500.000 et 600.000 €
1€ = 0,2 n.D. au dessus de 600.000 €
1€ = 0,1 n.D. au dessus d’un million d’euros
Si un foyer a 200.000 € en liquide, il obtient en échange 200.000 n.D.
S’il a 250.000 €, il obtient 200.000 + 35.000 = 235.000 n.D.
S’il a 350.000 €, il obtient 200.000 + 35.000 + 60.000 = 295.000 n.D.
S’il a 500.000 €, il obtient 200.000 + 35.000 + 60.000 + 75.000 = 370.000 n.D.
S’il a 600.000 €, il obtient 200.000 + 35.000 + 60.000 + 75.000 + 40.000 = 410.000 n.D.
S’il a 1 million €, il obtient 410.000 + 80.000 = 490.000 n.D. ;
S’il a 2 millions €, il obtient 410.000 + 80.000 + 100.000 = 590.000 n.D.

20. Mettre fin à la participation grecque à l’OTAN OTAN
Organisation du traité de l’Atlantique Nord
Elle assure aux Européens la protection militaire des États-Unis en cas d’agression, mais elle offre surtout aux États-Unis la suprématie sur le bloc occidental. Les pays d’Europe occidentale ont accepté d’intégrer leurs forces armées à un système de défense placé sous commandement américain, reconnaissant de ce fait la prépondérance des États-Unis. Fondée en 1949 à Washington et passée au second plan depuis la fin de la guerre froide, l’OTAN comprenait 19 membres en 2002 : la Belgique, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, auxquels se sont ajoutés la Grèce et la Turquie en 1952, la République fédérale d’Allemagne en 1955 (remplacée par l’Allemagne unifiée en 1990), l’Espagne en 1982, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque en 1999.
et à la présence de bases étrangères sur son territoire, réduire les dépenses militaires. Ouverture d’un processus de négociations avec les pays voisins afin d’entamer un processus concerté de démilitarisation. Il faut mettre fin à l’accord de coopération militaire avec Israël.

Conclusion :

Avec la capitulation de juillet 2015, le changement est radical, les conséquences funestes seront nombreuses. Parmi les causes de la tournure actuelle des évènements, il y a bien sûr l’inflexibilité des créanciers, mais il y a également la stratégie suivie par la direction de Syriza et le gouvernement d’Alexis Tsipras (voir http://cadtm.org/Grece-pourquoi-la-capitulation-Une,12143 ) : le refus de remettre en cause clairement et explicitement la légitimité et la légalité de la dette, la poursuite du remboursement de celle-ci, l’incompréhension de l‘importance de la réalisation d’un audit à participation citoyenne (même si Tsipras officiellement soutenait l’audit), le refus de toucher aux intérêts des grands actionnaires des banques grecques qui sont pourtant responsables de la crise bancaire, le refus d’adopter une stratégie d’actes d’autodéfense face à l’inflexibilité et aux agressions des créanciers, le refus de préparer un plan B et de l’expliquer publiquement (qui pouvait y compris aller jusqu’à une sortie de l’euro), l’illusion que par la seule négociation les créanciers finiraient par faire des concessions suffisantes pour que Syriza et la Grèce puissent sortir des rails de l’austérité, le refus d’évoquer la nécessité d’un processus constituant (la nécessité de changer de manière démocratique la Constitution grecque), l’incompréhension du rôle central des mobilisations qu’il aurait fallu encourager… Le choix le plus urgent n’était pas entre rester ou non dans l’Eurozone. Le choix était entre négocier sans rapport de force ou bien faire cinq choses en priorité en s’appuyant sur la mobilisation populaire :

  1. suspendre le paiement de la dette (tout en réalisant l’audit), ce qui impliquait de rentrer directement en conflit avec les institutions de la Troïka ;
  2. résoudre la crise bancaire en cours (ce qui impliquait de rentrer en conflit avec les grands actionnaires privés responsables de la crise) ;
  3. créer une monnaie complémentaire ;
  4. élargir les mesures face à la crise humanitaire (des mesures importantes ont été prises par le gouvernement depuis février 2015, elles auraient dû être élargies) ;
  5. stopper les privatisations et faire rentrer des ressources dans les caisses publiques par des mesures fortes aux frais des secteurs privilégiés en commençant par le 1% le plus riche, les grandes entreprises privées et les grands fraudeurs.

Notes

|1| DEA (Gauche ouvrière internationaliste) est une organisation marxiste-révolutionnaire co-fondatrice de Syriza. Avec Kokkino et l’APO (Groupe politique anticapitaliste), deux autres organisations marxistes-révolutionnaires, ainsi qu’avec des militant(e)s indépendant(e)s, DEA a créé le regroupement RedNetwork au sein de Syriza. Kokkino et DEA ont fusionné en décembre 2014. Au sein de Syriza, RedNetwork et le Courant de gauche de Synapismos (dont le représentant le plus connu est Panagiotis Lafazanis) constituaient la Plate-forme de gauche. Environ 25 députés Syriza (sur 149) sont directement liés à la plate-forme de gauche (dont 2 sont de RedNetwork). La plate-forme de gauche avait le soutien d’environ 30 % des délégués de Syriza au dernier congrès en date qui a eu lieu en 2013. Lors des votes en juillet et août 2015 sur le nouveau mémorandum imposé par l’Eurogroupe, les députées Elena Psarrou (DEA) et Ioanna Gaïtani (APO) ont chaque fois voté contre, de même que les 23 députés du courant de gauche et d’autres parlementaires de Syriza comme Zoe Konstantopoulou. Le 16 juillet, 32 parlementaires Syriza ont voté contre l’accord du 13 juillet, le 23 juillet, 31 ont voté contre et le 14 août 32 ont voté contre.

Auteur.e

Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, est porte-parole du CADTM international et est membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est auteur des livres Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014, Procès d’un homme exemplaire, Editions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet du livre AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège Dernier livre : Bancocratie ADEN, Brussels, 2014. Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 créée par la la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission a poursuivi ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.