Une récession manufacturière mondiale

2 octobre par Michael Roberts


En octobre, la récession mondiale sévit – dans le secteur manufacturier. Les indices d’activité manufacturière du PMI (Purchasing Managers’ Index) de la plupart des grandes économies sont inférieurs à 50, seuil d’expansion ou de contraction. Il ne s’agit que d’enquêtes auprès de chefs d’entreprise interrogés sur la production, les ventes, l’emploi, etc. Toutefois, les indices PMI sont des indicateurs assez précis de la production industrielle et manufacturière effective, dont les données sont fournies un peu plus tard.

En septembre, le PMI manufacturier de la zone euro est tombé à son plus bas niveau depuis la crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
européenne en 2012, suivi de près par l’Allemagne mais par les autres. Voilà pour le succès du règne de Mario Draghi à la présidence de la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
.

Au Japon, l’histoire est similaire. Selon une étude menée par la Banque du Japon, en six ans, le climat des grands fabricants japonais est tombé à son plus bas niveau au cours du troisième trimestre. Et le PMI manufacturier japonais est de retour à un niveau de contraction observé dans le secteur pour la dernière fois lors de la mini-récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. de 2016.


Japan manufacturing PMI

Même aux États-Unis, la récession manufacturière est arrivée. Le PMI manufacturier Markit se situe juste au-dessus de 50%, ce qui est inférieur au niveau de 2016. Le PMI manufacturier américain ISM est tombé en septembre à son plus bas niveau depuis la grande récession de 2009.

Et bien sûr, le secteur manufacturier britannique avant le Brexit était déjà « dans un fossé », pour reprendre l’expression du preminier ministre Boris Johnson, depuis plusieurs mois.

Et ce n’est pas seulement le secteur manufacturier du G7 G7 Groupe réunissant les pays les plus puissants de la planète : Allemagne, Canada, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon. Leurs chefs d’État se réunissent chaque année généralement fin juin, début juillet. Le G7 s’est réuni la première fois en 1975 à l’initiative du président français, Valéry Giscard d’Estaing. qui se contracte. Les pays suivants enregistrent des contractions de l’activité manufacturière : Afrique du Sud, Corée du Sud, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pologne, Russie, Singapour, Suède, Suisse, Turquie et Taïwan.

Et la production manufacturière réelle des pays suivants est en chute libre : Allemagne, Australie, Brésil, Canada, Chili, Corée du Sud, États-Unis, France, Grèce, Italie, Japon, Pays-Bas, Portugal, Turquie et Royaume-Uni.

Quant aux grandes économies à la croissance la plus rapide du monde, la Chine et l’Inde, elles enregistrent toutes les deux leur taux de croissance du PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
réel le plus lent depuis plus de 10 ans, alors que leurs secteurs manufacturiers se situent juste au-dessus de la ligne d’eau.

La chute du secteur manufacturier est en partie le résultat du ralentissement général des investissements des économies capitalistes et en partie de l’intensification de la guerre commerciale entre les deux plus grandes économies manufacturières du monde : la Chine et les États-Unis. La guerre commerciale est le déclencheur d’une récession dans le secteur manufacturier à travers le monde. Le commerce mondial ralentissait déjà avant le déclenchement de la guerre commerciale et avait déjà entraîné des pertes au niveau mondial : par exemple, l’Argentine et la Turquie.

Tous deux ont assisté à un effondrement catastrophique de la production, des investissements étrangers et de la valeur de leurs monnaies. La Turquie a été plongée dans une profonde récession. L’Argentine a été obligée de faire défaut sur ses énormes paiements de dette extérieure. Alors que le pays se dirige vers des élections générales ce mois-ci, les détenteurs d’obligations tentent désespérément de trouver les moyens d’éviter une « coupe de cheveux » sévère sur leurs avoirs.

Mais jusqu’à présent, la récession est limitée au secteur manufacturier. Et la fabrication ne représente pas plus de 10 à 40 % de la plupart des économies. Le secteur des services, qui comprend la vente au détail, les services financiers, les services aux entreprises, l’immobilier, le tourisme, les « industries créatives », etc. continue de garder la tête hors de l’eau dans la plupart des économies du G20 G20 G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi compte tenu du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne). . Il n’y a pas une économie du G20 avec un PMI des services inférieur à 50.

Et c’est pourquoi une économie comme la Grèce, qui a été dévastée par la récession mondiale et la crise européenne de la dette, est maintenant en mesure de faire état d’une croissance modeste du PIB de 2 % par an. Les services de tourisme et de loisirs, composante clé de l’économie grecque, continuent de se développer. Mais un taux de croissance de 2 % reste faible après une contraction de 25 % pendant la crise. La reprise grecque a été faible. Cinq ans après le point le plus bas de la Dépression de 1933, le PIB par habitant des États-Unis avait augmenté de 35 %. Cinq ans après les profondeurs de la crise de 1998-2002 en Argentine, le PIB par habitant avait augmenté de 45 %. Mais entre 2013 et 2018, le PIB par habitant de la Grèce a augmenté de moins de 6 %. En effet, Oxford Economics prédit que la Grèce ne retrouvera pas son niveau de PIB d’avant la crise avant 2033 ! – et cela n’implique pas de ralentissement mondial dans l’intervalle. Et si le secteur mondial des services se heurte au mur, la question est de savoir si le secteur des services suivra le secteur manufacturier dans une crise. Certains disent que non car le secteur manufacturier est un secteur beaucoup plus petit.

Mais cet argument ne reconnaît pas que de nombreux secteurs des services dépendent de la fabrication pour leur propre expansion. Les retombées d’une crise dans le secteur manufacturier ont généralement été importantes lors des récessions précédentes. Si la croissance mondiale de l’emploi ralentissait ou s’arrêtait, le pouvoir d’achat des travailleurs diminuerait et le secteur des services commencerait également à en souffrir. L’emploi dépend de la volonté des entreprises capitalistes d’investir et de se développer. Et l’investissement et l’expansion dépendent de la rentabilité de l’investissement attendu. Les capitalistes évaluent cela par la rentabilité actuelle – à moins qu’ils ne prennent un risque.

Alors, qu’en est-il des bénéfices globaux ? Eh bien, les économistes de JP Morgan viennent de publier une analyse complète des bénéfices globaux (ce rapport n’est malheureusement pas accessible au public). Et ils estiment que les bénéfices globaux au deuxième trimestre 2019 ont stagné. Chacun des 10 secteurs composant le marché total montre un net ralentissement de la croissance des bénéfices, la moitié ayant connu une contraction totale des bénéfices au cours de l’année écoulée (notamment les matériaux et les télécommunications). Même dans les secteurs où la croissance des bénéfices reste positive : commerce de détail, informatique, services financiers et services publics, la croissance des bénéfices chute rapidement.

JPM parvient à l’observation « surprenante » (que la théorie marxiste et des preuves empiriques précédentes auraient pu leur dire) que « le ralentissement de la croissance mondiale au cours de l’année écoulée a coïncidé avec une décélération tout aussi impressionnante des bénéfices des sociétés ».

La stagnation des bénéfices des entreprises dans le monde n’est toujours pas aussi grave que celle de la mini-récession de 2016, ou bien sûr de la grande récession ou de la crise précédente de 2001-2002, mais elle y parvient. JPM note en particulier que la croissance des bénéfices est tombée à zéro car les marges de profit sont réduites – autrement dit, les coûts du travail (plus de travailleurs et des salaires plus élevés) ne sont pas compensés par une valeur accrue – le taux de plus-value Plus-value La plus-value est la différence entre la valeur nouvellement produite par la force de travail et la valeur propre de cette force de travail, c’est-à-dire la différence entre la valeur nouvellement produite par le travailleur ou la travailleuse et les coûts de reproduction de la force de travail.
La plus-value, c’est-à-dire la somme totale des revenus de la classe possédante (profits + intérêts + rente foncière) est donc une déduction (un résidu) du produit social, une fois assurée la reproduction de la force de travail, une fois couverts ses frais d’entretien. Elle n’est donc rien d’autre que la forme monétaire du surproduit social, qui constitue la part des classes possédantes dans la répartition du produit social de toute société de classe : les revenus des maîtres d’esclaves dans une société esclavagiste ; la rente foncière féodale dans une société féodale ; le tribut dans le mode de production tributaire, etc.

Le salarié et la salariée, le prolétaire et la prolétaire, ne vendent pas « du travail », mais leur force de travail, leur capacité de production. C’est cette force de travail que la société bourgeoise transforme en marchandise. Elle a donc sa valeur propre, donnée objective comme la valeur de toute autre marchandise : ses propres coûts de production, ses propres frais de reproduction. Comme toute marchandise, elle a une utilité (valeur d’usage) pour son acheteur, utilité qui est la pré-condition de sa vente, mais qui ne détermine point le prix (la valeur) de la marchandise vendue.

Or l’utilité, la valeur d’usage, de la force de travail pour son acheteur, le capitaliste, c’est justement celle de produire de la valeur, puisque, par définition, tout travail en société marchande ajoute de la valeur à la valeur des machines et des matières premières auxquelles il s’applique. Tout salarié produit donc de la « valeur ajoutée ». Mais comme le capitaliste paye un salaire à l’ouvrier et à l’ouvrière - le salaire qui représente le coût de reproduction de la force de travail -, il n’achètera cette force de travail que si « la valeur ajoutée » par l’ouvrier ou l’ouvrière dépasse la valeur de la force de travail elle-même. Cette fraction de la valeur nouvellement produite par le salarié, Marx l’appelle plus-value.

La découverte de la plus-value comme catégorie fondamentale de la société bourgeoise et de son mode de production, ainsi que l’explication de sa nature (résultat du surtravail, du travail non compensé, non rémunéré, fourni par le salarié) et de ses origines (obligation économique pour le ou la prolétaire de vendre sa force de travail comme marchandise au capitaliste) représente l’apport principal de Marx à la science économique et aux sciences sociales en général. Mais elle constitue elle-même l’application de la théorie perfectionnée de la valeur-travail d’Adam Smith et de David Ricardo au cas spécifique d’une marchandise particulière, la force de travail (Mandel, 1986, p. 14).
est en baisse – JPMorgan estime que « cela a toujours précédé le début de la dynamique de récession ».

JPM Morgan cite la guerre commerciale comme élément déclencheur et souligne que le climat des affaires (les PMI) est en baisse dans le secteur manufacturier en raison de la compression des bénéfices, et non l’inverse. Mais la guerre commerciale « pourrait également être un présage inquiétant de gains plus faibles encore à venir ».

Comme le prédisait la théorie marxiste, le ralentissement ou la baisse des bénéfices finira par se traduire par un ralentissement ou une baisse des investissements des entreprises, et JP Morgan est d’accord. « La chute des bénéfices et du climat des affaires pèse lourd sur les dépenses en capital. La croissance mondiale des investissements en capex a considérablement ralenti, passant d’un sommet de six ans en 2017 à un ralentissement immédiat à compter du 2e trimestre 2019. C’est probablement aussi un facteur qui contribue au ralentissement plus récent de la croissance de l’emploi. Le risque est que le ralentissement de la croissance du revenu du travail pèse sur les dépenses de consommation, qui se répercutent ensuite sur les bénéfices des entreprises et sur les embauches. » Exactement.

JPM reste optimiste sur le fait que la croissance croissante de la productivité va inverser la tendance. Mais cela semble être un voeu pieux si les investissements continuent de chuter.

Dans le passé, j’ai mis en évidence certains autres indicateurs clés (en dehors des bénéfices) qui peuvent prédire une prochaine récession. La plus connue est la soi-disant courbe de rendement inversée des obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
. J’ai expliqué comment cela fonctionne dans un post précédent. Qu’il suffise de dire maintenant que lorsque la courbe de rendement des obligations s’inverse (et que le rendement des obligations à plus longue échéance devient inférieur à celui des obligations à court terme) et reste inversé, une récession s’ensuit dans un délai d’un an. La courbe américaine est restée inversée depuis mai.

Un autre indicateur est le prix des métaux industriels, en particulier du cuivre, un métal qui est utilisé dans tous les types de production. Une chute de son prix indiquerait un ralentissement de l’investissement et de la production dans de nombreux secteurs. Au cours de la mini-récession de 2016, le prix du cuivre est tombé à environ 200 dollars la livre. Pendant la Grande Récession, il est tombé à 150 $/lb. Ayant atteint 320 dollars la livre début 2018, il est maintenant retombé à 250 dollars la livre.

L’économie capitaliste mondiale est en récession dans le secteur manufacturier, mais il existe d’importants indicateurs indiquant que le reste de l’économie rejoindra bientôt le secteur manufacturier.



Michael Roberts

a travaillé comme économiste à la Cité de Londres (La City) pendant plus de 30 ans. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie mondiale dont The Great Recession, The Long Depression and World in Crisis. Il tient également un blog : thenextrecession.wordpress.com

Traduction(s)