Vidéos : Retour sur la séance du 1er mars 2016 au Parlement européen « Restructuration de la dette – Reconstruction de la démocratie »

14 mars par Eric Toussaint , Maria Lucia Fattorelli , Cephas Lumina , Zoe Konstantopoulou

Lors de la rencontre du 1er mars 2016 qui s’est tenue au Parlement européen à Bruxelles sur le thème « Restructuration de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
- Reconstruction de la démocratie », de nombreux membres de la Commission pour la vérité sur la dette grecque se sont réunis.

Cette séance encadrée par Nikolaos Chountis, vice-ministre du gouvernement Tsipras 1 (janvier-juillet 2015), député européen d’Unité Populaire depuis septembre 2015 (en remplacement de Manolis Glezos), a apporté de nouveaux éclaircissements sur les diktats imposés par les créanciers et les autorités européennes à la Grèce, à la lumière des conclusions tirées dans le rapport de cette Commission.

Nous vous proposons de revenir sur quatre interventions en particulier. Zoé Konstantopoulou, ex-Présidente du Parlement grec (février-octobre 2015) qui est à l’initiative de la création de la commission d’audit ; Eric Toussaint, porte-parole du CADTM International et coordinateur scientifique de la commission ; Maria-Lucia Fattorelli, également membre de la commission et coordinatrice de l’audit citoyen de la dette au Brésil ; Cephas Lumina, membre de la commission, Professeur, ancien rapporteur indépendant auprès du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies, et spécialiste de l’impact des dettes extérieures sur l’exercice des droits humains.

Zoé Konstantopoulou : « Le rapport de la Commission pour la vérité sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
grecque a effrayé les créanciers »

Si certain.e.s avancent avec raison une capitulation du gouvernement Tsipras en juillet 2015, Zoé Konstantopoulou met davantage en avant une trahison de celui-ci, autant envers le peuple grec qu’envers les engagements du parti Syriza. Cette trahison s’exprime encore par l’attitude négative adoptée par le gouvernement Tsipras II envers la Commission pour la vérité sur la dette grecque et son refus de s’appuyer sur les résultats de l’audit de la dette grecque.
Par ailleurs, Zoé Konstantopoulou revient sur les véritables causes de la crise grecque causée entre ingérence de la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. et corruption multiple, tout en revenant sur les résultats éclairants du rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque.


Eric Toussaint : « La crise de la dette publique grecque : une narration mensongère »

Après être revenu sur le lien existant entre la création de la Commission pour la vérité sur la dette grecque et l’importance de la naissance préalable de l’initiative d’audit citoyen ‘ELE’ en Grèce en 2011 créée avec une très forte participation citoyenne d’en bas, Eric Toussaint décrypte la « narration mensongère » pratiquée par les autorités européennes visant à camoufler le sauvetage des banques privées françaises, allemandes et grecques.

Cela ne constitue qu’un des nombreux exemples du double langage employé par les autorités européennes à l’image de Jean-Claude Trichet, Manuel Barroso ou encore Dominique Strauss-Kahn pour cacher la vérité sur la dette publique grecque. Eric Toussaint met notamment en exergue que la Grèce n’est pas un cas particulier, des mécanismes similaires ayant opéré en Irlande, au Portugal ou encore en Espagne.


Maria-Lucia Fattorelli : « Avant toute action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
, il faut qu’il y ait un audit de la dette »

Maria-Lucia Fattorelli décrypte le système-dette. Ce processus sans légitimité, rongé par la corruption, fonctionne comme un instrument permettant de transférer les ressources vers le secteur financier au détriment de l’économie des Etats. Le système-dette voit une immixtion permanente du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
, accompagné des pouvoirs financiers visant à promouvoir les privilèges des créanciers.

Dans le cas de la Grèce, elle met en avant deux mécanismes qui ont notamment créé de la dette : la création d’instruments financiers Instruments financiers Les instruments financiers sont les titres financiers et les contrats financiers.
Les titres financiers sont :
• les titres de capital émis par les sociétés par actions (actions, parts, certificats d’investissement, etc.),
• les titres de créance, à l’exclusion des effets de commerce et des bons de caisse (obligations et titres assimilés),
• les parts ou actions d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM).
Les contrats financiers, également dénommés « instruments financiers à terme », sont les contrats à terme sur taux d’intérêt, les contrats d’échange (swaps), les contrats à terme sur toutes marchandises et denrées, les contrats d’options d’achat ou de vente d’instruments financiers et tous les autres instruments de marché à terme.
avec les swaps Swap
Swaps
Vient d’un mot anglais qui signifie « échange ». Un swap est donc un échange entre deux parties. Dans le domaine financier, il s’agit d’un échange de flux financiers : par exemple, j’échange un taux d’intérêt à court terme contre un taux à long terme moyennant une rémunération. Les swaps permettent de transférer certains risques afin de les sortir du bilan de la banque ou des autres sociétés financières qui les utilisent. Ces produits dérivés sont très utilisés dans le montage de produits dits structurés.
de Goldman Sachs ou encore le Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Forte de son expérience en Amérique du sud, Maria-Lucia Fattorelli établit un parallèle entre la situation grecque actuelle et le Brésil, l’Argentine ou encore l’Equateur avec le plan Brady dans les années 1990.


Cephas Lumina : « Le Club de Paris Club de Paris Créé en 1956, il s’agit du groupement d’Etats créanciers (20) spécialisés dans la normalisation des défauts de paiement des PED. Depuis sa création, la présidence est traditionnellement assurée par un Français - en 2016, c’est le directeur du Trésor français, Bruno BEZARD, qui en assure la présidence. Les États membres du Club de Paris ont rééchelonné la dette de près de 80 pays en développement. Les membres du Club de Paris détiennent près de 30% du stock de la dette du Tiers Monde.
Les liens entre le Club de Paris et le FMI sont extrêmement étroits ; ils se matérialisent par le statut d’observateur dont jouit le FMI dans les réunions - confidentielles - du Club de Paris. Le FMI joue un rôle clé dans la stratégie de la dette mise en œuvre par le Club de Paris qui s’en remet à son expertise et son jugement macro-économiques pour mettre en pratique l’un des principes essentiels du Club de Paris : la conditionnalité. Réciproquement, l’action du Club de Paris préserve le statut de créancier privilégié du FMI et la conduite de ses stratégies d’ajustement dans les pays en voie de développement.
Site web : http://www.clubdeparis.org
n’a aucune légitimité »

Selon les principes des Nations unies adoptés et approuvés par le conseil des droits de l’Homme en 2012, la préservation des droits humains fondamentaux dans le pays concerné prime sur les droits des créanciers.

En dépit de leur présence dans les textes internationaux et les juridictions internationales, ses principes n’ont jamais été appliqués par les pays de l’Union européenne et les Etats-Unis qui réfutent, à tort, la légitimité de l’ONU de pouvoir délibérer sur les questions de restructuration de la dette.

Cephas Lumina invoque ici le rôle majeur joué par le Club de Paris, organisation sans aucune légitimité, et le FMI dans la promotion des intérêts des créanciers au détriment de la protection des droits humains fondamentaux.

Vous pouvez également consulter l’entièreté de cette séance en bas de page de cet article :
Des eurodéputés de la Gauche et des Verts soutiennent la Commission pour la vérité sur la dette grecque - Un nouveau début pour la Commission, avec sa transformation en association et l’élaboration d’un rapport sur le système bancaire grec


Auteur.e

Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, est porte-parole du CADTM international et est membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est auteur des livres Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014, Procès d’un homme exemplaire, Editions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet du livre AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège Dernier livre : Bancocratie ADEN, Brussels, 2014. Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 créée par la la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission a poursuivi ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.


Auteur.e

Maria Lucia Fattorelli

CADTM Brésil et coordinatrice nationale de l’audit citoyen de la dette du Brésil. Membre de la Commission pour la vérité sur la dette grecque. A participé aussi à l’audit de la dette de l’Équateur en 2008.


Autres articles en français de Maria Lucia Fattorelli (12)

0 | 10

Auteur.e

Cephas Lumina

membre de la Commission pour la vérité de la dette grecque, professeur de droit public à l’Université Fordham (Pretoria-Afrique du Sud), ancien rapporteur indépendant du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, spécialiste de l’impact des dettes et d’autres obligations économiques internationales des États sur les Droits de l’Homme, notamment dans les domaines des droits économiques, sociaux et culturels et rédacteur en 2013 d’un rapport spécial sur la Grèce du Conseil des Nations Unies sur les Droits de l’Homme.


Autres articles en français de Cephas Lumina (2)

Auteur.e

Zoe Konstantopoulou

avocate et femme politique grecque. Députée du parti de la gauche radicale Syriza, qui a gagné les élections législatives du 25 janvier 2015 en Grèce, a été la plus jeune présidente de la Vouli (Parlement grec), de janvier à octobre 2015, et la deuxième femme seulement à exercer cette fonction. Dès son élection elle mandata, en avril 2015, un audit de la dette publique grecque avec la formation de la Commission pour la vérité sur la dette publique.


Autres articles en français de Zoe Konstantopoulou (26)

0 | 10 | 20