18 mars

Liège, Belgique

Vottem, 19 ans, je ne l’accepte toujours pas !

Rendez-vous à 14h place Saint-Lambert (Espace Tivoli) à 14h.

Vottem, 19 ans, je ne l’accepte toujours pas ! - Manifestation le dimanche 18 mars 2018 à Liège
Rassemblement à 14H Espace Tivoli, Place St-Lambert et marche jusqu’au centre fermé pour étrangers de Vottem

À l’heure où l’Union européenne ferme ses frontières, bafoue le droit d’asile et la liberté de circulation, à l’heure où le gouvernement belge traque ceux qui ont cherché accueil ici, et durcit sa politique de répression, d’enfermement et d’expulsion, soyons nombreux à résister !

Parce que :
- l’Europe forteresse tue : les mers sont devenues des cimetières pour ceux qui fuient la guerre, la dictature, les persécutions, la misère…
- le gouvernement belge traque à la fois les migrants du Parc Maximilien, et tous les sans papiers, pour beaucoup installés depuis longtemps en Belgique, dont les enfants fréquentent nos écoles aux côtés des nôtres… Il prévoit d’arrêter dans les domiciles privés tous ceux qui n’ont pas obtenu d’autorisation de séjour (du fait d’une politique migratoire extrêmement restrictive)
- ce gouvernement réprime les sans papiers, dans les rues, dans les transports publics…, allant jusqu’à les interpeller dans des centres culturels, comme le Globe Aroma à Bruxelles, et placer leurs porte-paroles en centre fermé
- les centres fermés pour étrangers sont illégitimes, ils détiennent des personnes qui n’ont commis aucun délit, ils sont l’antichambre de l’expulsion et sont violents au quotidien de par leur fonction qui est de briser toute résistance à celle-ci
- les enfants vont y être à nouveau enfermés malgré les conséquences psychologiques très graves connues de tous
- les expulsions quotidiennes, musclées (brutalités, blessures, insultes racistes), renvoient les migrants vers le danger, la torture, l’insécurité, comme en témoignent les rapatriements vers le Soudan, mais aussi vers de nombreux autres pays

Face à cette politique qui ne prend plus en considération l’être humain, nous disons : « pas en notre nom » !

Et revendiquons :
- la suppression des centres fermés pour étrangers
- l’arrêt des expulsions
- une politique d’asile et d’immigration qui respecte les Droits Humains
- la régularisation des sans papiers

CRACPE, Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers


À venir