printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
[Video] La dette ou la vie : Analyse féministe de la crise multidimensionnelle
par Silvia Federici , Camille Bruneau , Verónica Gago
17 septembre 2021

Conférence du mardi 14 septembre 2021, 18h30-20h30, dans le cadre de l’Université 2021 du CADTM, Crise globale, Annulation des dettes pour la justice sociale !

Avec Silvia Federici et Verónica Gago

Silvia Federici, écrivaine, professeure et militante féministe italo-américaine, est une des figures importantes du féminisme anticapitaliste. Elle a une longue histoire de militantisme et de réflexion sur le processus de mondialisation capitaliste et de ses effets sur la planète, partant des campagnes pour le salaire domestique à New York à la lutte contre les plans d’ajustement structurel en Afrique.

Verónica Gago est professeure à l’Université de Buenos Aires (UBA) ainsi qu’à l’Université nationale de San Martín (Unsam), et chercheuse au Conseil national de la recherche scientifique et technique (Conicet) d’Argentine. Militante et activiste féministe du Collectif féministe « Ni una menos » Argentina, elle est une référence pour comprendre la dette et les finances sous l’angle du féminisme.

L’augmentation des dettes publiques et des dettes privées a des conséquences directes sur l’économie domestique et spécifiquement sur la vie des femmes. Ces dernières assument particulièrement les responsabilités liées à la reproduction sociale et sont forcées de s’endetter pour soutenir leur familles, pour se nourrir, pour se loger, pour avoir accès à des soins de santé, etc. Lorsque les crises surviennent, les femmes ne sont plus capables de rembourser leur crédit. L’endettement est aussi un mécanisme qui fixe les femmes dans des foyers violents. C’est ainsi que les diktats de genre s’emboîtent avec ceux de la finance. Dès lors que la dette est un outil de renforcement du capitalisme, c’est également un outil de renforcement du patriarcat : les femmes doivent de plus en plus prendre en charge des tâches qui devraient être assurées par les services publics. À partir de l’articulation entre dette, capitalisme et patriarcat, les propositions d’actions qui émanent des mouvements féministes sont fondamentales et indispensables pour construire des alternatives et privilégier la durabilité de la vie à la durabilité des marchés. Pour ce débat, nous accueillerons trois intervenantes.


Silvia Federici

est une militante féministe, enseignante et écrivain. Elle est professeur émérite de la Hofstra University (New York). Parmi ses publications : Point zéro, propagation de la révolution : salaire ménager, reproduction sociale et lutte féministe, Éd.iXe, Donnemarie, 2016 ; Caliban et la sorcière, femmes corps et accumulation primitive, Entremonde/Senonevero, Genève-Paris/Marseille, 2014.

Camille Bruneau

CADTM Belgique

Verónica Gago