printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Communiqué de presse
Le CADTM dénonce le poids de la dette dans le budget 2008 de la RDC et soutient la société civile congolaise pour un audit de la dette et des ressources naturelles
par CADTM
8 janvier 2008

Après de multiples reports, le budget de la RDC pour l’exercice 2008 a finalement été promulgué le 3 janvier dernier par le président Joseph Kabila. Il s’élève à 3,6 milliards de dollars, soit 2,4 milliards d’euros, et sera financé à hauteur de 36% par les ressources externes. Une fois encore, ce budget est ridiculement faible au regard de la population et des richesses naturelles du pays. Pour comparaison, la France avec une population de taille similaire (environ 60 millions d’habitants) dispose d’un budget de 572 milliards d’euros [1], soit 240 fois celui de la RDC ! De nouveau, la priorité en RDC est donnée au remboursement de la dette au détriment des besoins fondamentaux de la population congolaise : le service de la dette accapare 19,6% des dépenses totales [2].

Le CADTM dénonce le poids insupportable de la dette dans le budget 2008 de la RDC. La place qui est accordée au paiement de la dette démontre la soumission de la RDC aux institutions financières internationales. En effet, l’exposé des motifs accompagnant la loi de finances indique que le budget de l’Etat pour 2008 est élaboré dans le cadre de la poursuite de la mise en œuvre du Document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP). Ces DSRP, héritiers des fameux plans d’ajustement structurel, dissimulent en fait la poursuite des conditionnalités imposées depuis 25 ans par le FMI et la Banque mondiale : libéralisation de l’économie et ouverture des marchés aux sociétés transnationales, privatisations, maintien de budgets sociaux largement insuffisants et suppression des subventions aux produits de base, dégradation des conditions de vie des populations pauvres, etc.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les ressources naturelles de la RDC ne profitent pas à sa population, malgré la conjoncture internationale marquée par la flambée du prix des matières premières. Les richesses minières et agricoles de la RDC sont accaparées par des sociétés transnationales qui ont pu profiter du contexte de guerre civile et des politiques néolibérales imposées par le FMI et la Banque mondiale pour signer des contrats léonins sur l’exploitation des ressources naturelles. Malgré la remise d’un rapport – non encore rendu public - sur la revisitation des contrats miniers recommandant l’abrogation pure et simple de 24 d’entre eux et la renégociation de 37 autres [3], les autorités congolaises n’ont toujours pas l’intention de mettre fin à ce pillage et d’abroger le Code minier de 2002.

Le CADTM exige donc l’annulation totale et inconditionnelle de la dette de la RDC, véritable instrument de domination politique et de pillage des ressources naturelles. Le CADTM appelle également les mouvements sociaux congolais et des pays créanciers de la RDC à faire pression sur leurs dirigeants respectifs pour la mise en œuvre d’un audit de la dette congolaise et des ressources naturelles, conformément à la déclaration du séminaire international sur l’Afrique centrale [4] adoptée le 25 novembre 2007.


Contacts :

Damien Millet, président du CADTM France, france chez cadtm.org

Eric Toussaint, président du CADTM Belgique, international chez cadtm.org

Juan Tortosa, porte-parole du CADTM Suisse, suisse chez cadtm.org

CADTM