printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Communiqué de presse
Le CADTM apporte son soutien au président équatorien Rafael Correa pour dénoncer les dettes publiques illégitimes et odieuses
par CADTM
26 février 2008

Depuis son élection à la présidence de l’Equateur, Rafael Correa a mis en place une Commission d’audit intégral du crédit (CAIC), à laquelle le CADTM apporte son expertise et ses revendications.

Les travaux de cette Commission avancent bien et le président Rafael Correa a maintenant des outils sérieux et solides pour analyser méticuleusement le contenu de la dette que les créanciers demandent à son gouvernement de rembourser.

La preuve est faite désormais que des dettes ont bien souvent été contractées dans des conditions inadmissibles. En effet, il apparaît que des gouvernements corrompus ont utilisé l’argent de manière contraire à l’intérêt du peuple équatorien, obligeant alors le pays à réduire ensuite les dépenses sociales pour faire face aux remboursements.

De plus, les renégociations de dettes ont toujours été favorables aux créanciers, notamment celles concernant la conversion, au moment d la crise équatorienne de 1999, d’obligations Brady, garanties par le Trésor des Etats-Unis et libellées en dollars, en obligations dites globales. Selon Rafael Correa : « Ils ont tout fait pour que les créanciers ne perdent pas d’argent et ils ont créé des obligations globales pour remplacer les obligations Brady », ces obligations globales étant estimées à environ 3,8 milliards de dollars.

Selon le droit international, des dettes déclarées odieuses n’ont pas à être remboursées. Voilà pourquoi le président Rafael Correa a déclaré à juste titre, voici quelques jours, que les dettes illégitimes de l’Equateur ne seraient pas remboursées.

Le CADTM espère que Rafael Correa et son gouvernement adopteront les mesures nécessaires pour réduire radicalement le remboursement de la dette de manière à utiliser les sommes économisées pour garantir la satisfaction des droits humains fondamentaux.


CADTM