printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Communiqué de presse
Le CADTM soutient le principe de révision des contrats miniers en RDC et demande la mise en place d’un audit de la dette congolaise
par CADTM
25 mars 2008

En République démocratique du Congo (RDC), le Ministre des mines a rendu public, le 20 mars 2008, le rapport de la Commission inter-ministérielle de révision des contrats miniers. Sur les 61 contrats audités, aucun n’est viable, 15 sont à résilier purement et simplement et tous les autres sont à renégocier. Avant de procéder à la révision, les entreprises minières concernées sont invitées à présenter leurs arguments de défense.

Le CADTM soutient une vraie révision des contrats miniers en RDC et demande la mise en place d’un audit de la dette congolaise pour identifier toutes les dettes illégitimes comme les vieilles dettes léguées par le dictateur Mobutu. Cet audit donnera à l’Etat congolais des arguments solides pour refuser de payer toutes les dettes illégitimes et ainsi s’affranchir de la tutelle désastreuse des institutions financières internationales.

La dette et l’exploitation des ressources naturelles sont, en effet, deux problématiques étroitement liées, dans la mesure où le mécanisme de la dette empêche les populations du tiers-monde de profiter des ressources naturelles de leur pays. La RDC en est la parfaite illustration. Depuis la reprise des paiements de la dette en 2002, le pays est contraint d’appliquer des politiques néolibérales, pour le plus grand profit des grandes puissances et des sociétés transnationales. En 2008, la dette continue à accaparer 19,6% du maigre budget de la RDC.

L’adoption en 2002 d’un Code minier très favorable aux investisseurs étrangers, imposé par la Banque mondiale en échange d’un prêt, est clairement responsable du bradage de la Gécamines, société nationale minière. Le rapport de révision recommande d’ailleurs l’abrogation de 6 contrats de joint venture avec la Gécamines. Soulignons que la Banque mondiale n’avait pas hésité en 2005 à apporter un appui financier à ces « partenaires » de la Gécamines comme la société Adastra Minerals Inc cité dans le rapport de l’ONU sur la violation des directives de l’OCDE. Cette société avait obtenu un contrat avec la Gécamines pour la somme dérisoire de 15 millions de dollars, soit l‘équivalent d’une semaine et demie d’exploitation !

La responsabilité de la Banque mondiale ne se limite pas à l’organisation du bradage de la Gécamines : elle a aussi financé en 2003 de manière directe et intégrale l’opération (mal nommée) « Départ volontaires » qui a entraîné le licenciement illégal de 10 655 agents de la Gécamines. Ceux-ci ont reçu, en tout et pour tout, la somme ridicule de 43 millions de dollars, au lieu des 120 millions de dollars réclamés par la Gécamines. Cette méthode de calcul des indemnités s’est faite avec la complicité active de la Banque mondiale, en violation flagrante du Code de travail congolais et de plusieurs conventions collectives.

Le rapport sur la révision des contrats miniers épingle également l’entreprise australo-canadienne Anvil Mining qui a ses activités près de Kilwa dans la riche province du Katanga. Selon le rapport, l’Etat congolais ne gagne absolument rien dans le contrat avec Anvil Mining. Rappelons que cette transnationale a apporté son soutien logistique à l’armée congolaise dans le massacre de civils survenu à Kilwa en octobre 2004. Malgré ces crimes de guerre, la Banque mondiale continue à garantir les risques civils et politiques d’Anvil Mining. Sa responsabilité juridique pourrait alors être mise en cause devant les tribunaux.

Afin de faire la lumière sur les responsabilités dans le pillage des ressources naturelles, l’endettement illégitime et les violations de droits humains, l’audit de la dette reste pour le CADTM un outil privilégié. L’Equateur et la Norvège se sont déjà engagés sur cette voie. La RDC devrait également mener son audit de la dette, comme le revendiquent les mouvements sociaux congolais présents au Séminaire de l’Afrique centrale sur l’audit de la dette et des ressources naturelles organisé par la Plateforme congolaise Dette et Développement et le réseau international CADTM en novembre 2007. L’audit permettra de déterminer la part odieuse des dettes réclamées aujourd’hui à la population congolaise et de mettre fin à de tels remboursements.


CADTM