printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
G8 : près d’un millier d’altermondialistes au « sommet des pauvres » du Mali
9 juillet 2009

(Cyberpresse 08/07/2009)

« Un sommet des pauvres » réunissant près d’un millier d’altermondialistes venus d’Afrique et d’ailleurs se tient de mercredi à vendredi à Bandiagara (nord), parallèlement au Sommet du G8 de L’Aquila, en Italie.

« Au moment où le G8 se tiendra dans un style bourgeois en Italie, nous, nous tenons notre sommet des pauvres sur le plateau dogon », dans la localité de Bandiagara, a déclaré mardi à la presse Mme Barry Aminata Touré, présidente de la section malienne des Coalitions Africaines Dette et Développement (CAD), initiatrice de la manifestation.

Près d’un millier de participants, pour la plupart des altermondialistes venus d’Afrique et hors du continent sont attendus à cette rencontre pour débattre notamment « des défis que pose la crise financière internationale aux populations, mouvements sociaux et gouvernements africains ».

« Il n’y aura aucun sujet tabou. Nous parlerons de tout avec les paysans venus de plusieurs pays africains, avec des altermondialistes, avec les intellectuels. Nous voulons donner mauvaise conscience aux pays riches », a dit Mme Barry.

La rencontre, organisée sous l’appellation officielle de « Forum des peuples », se veut un lieu d’expression libre et de dénonciation du G8 qui n’a reçu, selon une note écrite des organisateurs, « aucun mandat » pour élaborer des « programmes et stratégies de développement au nom de l’Afrique ».

Parmi les manifestations prévues, figure une « conférence populaire paysanne » (CPP), un cadre de discussion des politiques agricoles en Afrique et du rôle que devrait normalement occuper l’Afrique dans l’économie mondiale et le marché international.

En marge du sommet, le « Marché des peuples », qui propose des produits africains comme « le viagra local », va encourager les Africains à « consommer local ».

Lancé en 2002, le « sommet des pauvres » est devenu une véritable institution, pour « empêcher le G8 d’avoir le monopole de la parole » pendant son sommet annuel, selon les organisateurs.