Annulation immédiate de la dette du Mozambique et de l’Afrique australe !

7 février 2022 par CADTM


Le CADTM est solidaire des victimes de la dévastation causée par la tempête tropicale Ana. En effet, les dégâts occasionnés par les vents violents et les pluies intenses ont affecté plusieurs centaines de milliers de personnes dans certaines parties de Madagascar, du Mozambique, du Malawi et du Zimbabwe. Des pluies intenses en Afrique australe ont également affecté quelques centaines de milliers de personnes. On estime que des centaines de personnes ont été tuées par la tempête et ses conséquences.



Actuellement, la population touchée éprouve des difficultés à se procurer de quoi survivre : nourriture, logement, médicaments, produits d’hygiène, etc. La catastrophe a mis en péril des vies, des moyens de subsistance et des cultures vitales, au point d’exclure la moindre chance de normalisation. En outre, la région est confrontée à la menace imminente du cyclone Batsirai.

Selon les Nations unies, les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les cyclones sont devenus plus fréquents et plus intenses en Afrique australe. Ils alimentent la faim et sapent le développement. Le changement climatique a aggravé le risque de phénomènes météorologiques extrêmes dans la région, obligeant des millions de personnes à mener une existence indigne d’êtres humains. La région est déjà en proie à une profonde pauvreté, au chômage, à un accès difficile voire inexistant à des services de base, etc. Selon l’indice de développement humain (IDH Indicateur de développement humain
IDH
Cet outil de mesure, utilisé par les Nations unies pour estimer le degré de développement d’un pays, prend en compte le revenu par habitant, le degré d’éducation et l’espérance de vie moyenne de sa population.
) 2019, l’Afrique australe est la région la plus « inégalitaire » du continent en termes de revenus.

Le CADTM a la ferme conviction que la population a besoin de justice : des pays comme le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi, déjà embourbés dans le piège de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, ont un urgent besoin d’un juste traitement de leurs dettes.

Le CADTM exige :

  • La suspension immédiate du paiement de la dette par le Mozambique, le Zimbabwe, le Malawi et tous les autres pays affectés de la région.
  • Un audit citoyen de la dette pour déterminer la part de la dette illégitime et odieuse. Lancement d’un vaste programme d’audit avec la participation des citoyens pour mettre en évidence toutes les formes de spoliation et d’exploitation des populations.
  • Pas de nouveaux prêts par les Institutions Financières Internationales ou autres prêteurs sous prétexte de reconstruction ou de relance de l’économie. Seuls des dons sous contrôle citoyen peuvent être acceptées.
  • Le rapatriement des biens mal acquis et dissimulés à l’étranger par les classes dirigeantes.
  • Une aide inconditionnelle et une assistance humanitaire pour la population qui souffre.
  • Une volonté forte d’inverser le changement climatique.

Au-delà de ces demandes immédiates, nous souhaitons attirer l’attention des mouvements et organisations d’Afrique australe et d’ailleurs sur une série de revendications qui peuvent mieux armer nos luttes.

Plus de détails sur les revendications ci-dessus peuvent être obtenus ici :
ReCommonsEurope
Charte politique du réseau CADTM International