Dette publique, l’illusion de l’épargne nationale

8 juillet par Marco Bertorello , Danilo Corradi


Au cours des derniers mois, le débat sur la manière de financer des dépenses extraordinaires pour la crise économique déclenchée par l’urgence sanitaire, a vu la droite souverainiste italienne et une partie des commentateurs économiques avancer l’idée de se passer de l’Europe financièrement. Le slogan était celui de « faire soi-même ». La voie indiquée pour concrétiser cette perspective passe par la tentative d’attirer l’épargne liquide des Italiens vers l’achat volontaire de titres et obligations.

Au cours des dernières semaines, il est apparu que durant le confinement, la richesse liquide déposée par les ménages et les entreprises dans les comptes courants a encore augmenté de plus de 100 milliards, pour atteindre un total de 1 858 milliards. Le confinement a coïncidé pour beaucoup avec la forte réduction de leurs revenus ou de leur chiffre d’affaires,mais pour d’autres, cela signifiait moins de dépenses et plus d’économies ou, surtout, un report des dépenses et des investissements en attendant des jours meilleurs. Serait-il donc suffisant d’attirer ces ressources vers l’achat d’obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
d’État ? Pourquoi ne pas y avoir pensé avant ? Le succès du placement du nouveau BTP Italie (Bon du Trésor Publique) en mai a également réjoui Matteo Salvini, qui a tweeté : « C’est la preuve que le MES (Mécanisme Européen de Stabilité) n’est pas nécessaire, faites confiance aux Italiens ». Le 6 juillet, le lancement du BTP Futura a fait dire à certains journaux de droite que le gouvernement emprunterait la voie indiquée par la Ligue du Nord.

À l’heure actuelle, parmi les détenteurs de titres de la dette Titres de la dette Les titres de la dette publique sont des emprunts qu’un État effectue pour financer son déficit (la différence entre ses recettes et ses dépenses). Il émet alors différents titres (bons d’état, certificats de trésorerie, bons du trésor, obligations linéaires, notes etc.) sur les marchés financiers – principalement actuellement – qui lui verseront de l’argent en échange d’un remboursement avec intérêts après une période déterminée (pouvant aller de 3 mois à 30 ans).
Il existe un marché primaire et secondaire de la dette publique.
publique italienne, les soi-disant particuliers restent marginaux.

Les choses nous semblent beaucoup plus complexes. Commençons par quelques données. Depuis le dernier BTP Italia, 22,3 milliards de dollars ont été encaissés (un chiffre similaire à celui de 2013), mais ce succès incontestable doit être analysé à la lumière de l’expiration en avril de plus de 20 milliards de BTP Italia de 2014. À l’heure actuelle, parmi les détenteurs de titres de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique italienne, les soi-disant particuliers (épargnants non professionnels en investissements financiers) restent marginaux. Dans les années 80, ce segment d’investisseurs détenait environ 60% de la dette publique italienne. Le terme BOt-People (Bon Ordinaire du Trésor) a également été inventé pour décrire la masse des Italiens ayant des obligations publiques dans leurs poches.

Avec la financiarisation de l’économie et la baisse des rendements et de l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donné. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. , les rapports se sont inversés, la part détenue par les investisseurs financiers a beaucoup augmenté, notamment celle des investisseurs étrangers. Depuis la crise de 2008 et, notamment après les tensions sur la dette souveraine en 2011, le scénario a de nouveau changé. Il y a eu un rééquilibrage en faveur des détenteurs nationaux, mais en même temps, la part des petits épargnants a encore diminué : en 2012, ils détenaient plus de 10% d’obligations publiques, alors que cette part est même tombée en dessous de 4%. Il existe une explication du marché qui nous permet de comprendre cette dynamique.

Pour le moment, seule la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
augmente ses parts de BTP. Il est difficile d’être autonome du libéralisme européen au travers d’un libéralisme souverain.

Dans les années 80, les rendements réels n’étaient pas seulement capables de préserver l’épargne de l’inflation qui, bien que loin des sommets de la fin des années 70, donnait encore des rendements réels positifs. Aujourd’hui, les rendements des obligations d’État à 10 ans oscillent juste au-dessus de 1,5%. Qui investirait 1000 euros pour en gagner 15 ? Tout au plus, ceux qui ont un énorme portefeuille, dans une optique de différenciation, mais probablement ceux là les possèdent déjà. En temps de crise, la propension à la liquidité Liquidité
Liquidités
Capitaux dont une économie ou une entreprise peut disposer à un instant T. Un manque de liquidités peut conduire une entreprise à la liquidation et une économie à la récession.
augmente.

Certains commentateurs ont avancé l’idée de rendre ces titres encore plus rentables, avec différentes formules, mais à ce stade, nous serions confrontés à un paradoxe : soit la performance des BTP restera relativement faible, et elle n’attirera pas les petits et moyens épargnants de manière significative , ou elle grandira, mais alors qu’y aurait-il à célébrer pour les finances publiques ? L’ambition d’utiliser l’épargne nationale pour faire face à une dette publique croissante semble plutôt une illusion. Pour le moment, seule la BCE augmente ses parts de BTP. Il est difficile d’être autonome du libéralisme européen au travers d’un libéralisme souverain.


« Il Manifesto » du 20 juin 2020




Source : CADTM Italie

Marco Bertorello

ATTAC Italie / CADTM Italie

Danilo Corradi

è dottore di ricerca in storia economica all’università di Roma “Sapienza” e insegnante di storia e filosofia a Tor Bella Monaca. È autore di numerosi articoli sulla crisi e sulle riforme dell’istruzione per la rivista Erre. Scrive di economia su Jacobin Italia. Per Edizioni Alegre ha curato il volume collettaneo Studiare con lentezza (2006).