Dette wallonne : Où en sommes nous ?

14 décembre 2022 par Olivier Bonfond


Olivier Bonfond, lors de sa présentation sur la dette Wallonne, à Beez, le 15 novembre 2022

Économiste au CEPAG (centre d’Éducation populaire André Genot) et membre du CADTM, Olivier Bonfond a fait le point sur la dette wallonne, le mardi 15 novembre, à Beez. Il a d’abord évoqué le budget wallon, avant de montrer que la dette wallonne, comme partout ailleurs en Europe, a explosé suite à la crise financière de 2007-2008. Olivier Bonfond a ensuite mise en évidence la hausse de la dette wallonne après la pandémie de Covid-19 et la récente augmentation des taux d’intérêt, annonçant un retour certain vers des mesures d’austérité dans les prochains mois. Il a terminé par une série de revendications, parmi lesquelles annuler la dette détenue par la BCE, auditer la dette publique et en annuler la part illégitime, ou encore neutraliser les agences de notation.



Résumé

  1. Quelques considérations importantes sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
    Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
    Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
  2. La dette a fortement augmenté suite à la crise financière (la Wallonie ne fait pas exception)
  3. La crise du COVID a fait exploser les dettes (La Wallonie ne fait pas exception)
  4. Malgré un mea culpa en trompe l’œil, Le mauvais scénario de 2008 allait se répéter
  5. Mais l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donnée. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. et la crise énergétique ont UN PEU reporté les politiques d’austérité
  6. Les intérêts de la dette : un pognon de dingue 
  7. Les taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
    Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5 millions de dollars, donc en tout 15 millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
    Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
    sont passés de 0,5% en 2021 à 3,5% aujourd’hui (titres de 10 ans)
  8. Elle se dirige vers 280% en 2030 dans le scénario de référence ( qui n’est plus valable car il date d’avant la crise énergétique) 
  9. Le groupe externe de la dette a remis un rapport en novembre 2021 et conclut que la dette est insoutenable ( 280% des recettes en 2030 ) et qu’il faut se soumettre aux exigences des marchés financiers Marchés financiers
    Marché financier
    Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
    et des agences de notation Agences de notation Les agences de notation (Standard and Poor’s, Moody’s et Fitch en tête) sont des agences privées qui évaluent la solvabilité et la crédibilité d’un émetteur d’obligations (État, entreprise). Jusqu’aux années 1970 elle étaient payées par les acheteurs potentiels d’obligations, depuis la libéralisation financière la situation s’est inversée : ce sont les émetteurs d’obligations qui rémunèrent les agences pour qu’elles les évaluent... Reconnaissons leur qualité de travail : c’est ainsi que Lehman Brothers se voyait attribuer la meilleure note juste avant de faire faillite. , et appliquer un effort structurel et cumulatif de 150 millions d’euros par an ( 1 % des recettes)
  10. Selon ce scénario, la dette en 2030 atteindrait 230 % des recettes plutôt que 280 % 
  11. ce scénario n’est plus valable car il se fondait sur des hypothèses qui sont devenues obsolètes
  12. Malgré cela , et malgré la nouvelle crise énergétique, le gouvernement wallon continue à suivre les recommandations de la commission externe de la dette Pour 2022 et 2023
  13. Cette orientation austéritaire est intenable pour plusieurs raisons
  14. Les crises vont s’approfondir , plusieurs bombes à retardement vont exploser
  15. Plusieurs solutions crédibles existent pour réduire la dette
  16. La position prioritaire de la FGTB wallonne : moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, généralement durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir.

    Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998, de l’Argentine entre 2001 et 2005, de l’Équateur en 2008-2009. Dans certains cas, le pays obtient grâce au moratoire une réduction du stock de sa dette et une baisse des intérêts à payer.
    et annulation ( ou diminution de 50%) des intérêts pendant 3 ans


Olivier Bonfond

est économiste et conseiller au CEPAG (Centre d’Éducation populaire André Genot). Militant altermondialiste, membre du CADTM, de la plateforme d’audit citoyen de la dette en Belgique (ACiDe) et de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015.
Il est l’auteur du livre Et si on arrêtait de payer ? 10 questions / réponses sur la dette publique belge et les alternatives à l’austérité (Aden, 2012) et Il faut tuer TINA. 200 propositions pour rompre avec le fatalisme et changer le monde (Le Cerisier, fev 2017).

Il est également coordinateur du site Bonnes nouvelles

Autres articles en français de Olivier Bonfond (105)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100