FMI-BM : Appel pour un contre-sommet à Marrakech

14 juin 2023 par Omar Aziki , Salaheddine Lemaizi


La Coordination nationale pour un Sommet social contre les Assemblées annuelles de la BM et du FMI (Coordination) a organisé un point de presse pour présenter sa vision et son plan d’actions pour les prochains mois. Les détails.



Pour visiter le site internet du contre-sommet, avec toutes les dernières informations, c’est ici.

Le Maroc est « un bon élève » des Institutions financières internationales (IFI) comme la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque mondiale regroupe deux organisations, la BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement) et l’AID (Association internationale de développement). La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies.

En 2022, 189 pays en sont membres.

Cliquez pour plus de détails.
(BM). Le royaume est surtout un bon client avec des programmes de prêts et de dettes réguliers depuis six décennies. « Le service de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
représente 192 milliards de DH en 2022 », rappelle Omar Aziki, membre de la Coordination du Sommet social contre le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 190 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus de détails.
-BM, également secrétaire général d’ATTAC Maroc.

Le service de la dette représente huit fois le budget de la santé et trois fois le budget de l’éducation

Ce militant compare les ressources publiques dédiées au remboursement de la dette à celles consacrées à la santé et l’éducation. « Le service de la dette Service de la dette Remboursements des intérêts et du capital emprunté. représente huit fois le budget de la santé et trois fois le budget de l’éducation. Aucun développement n’est possible sans un arrêt ou un moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, généralement durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir.

Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998, de l’Argentine entre 2001 et 2005, de l’Équateur en 2008-2009. Dans certains cas, le pays obtient grâce au moratoire une réduction du stock de sa dette et une baisse des intérêts à payer.
sur le paiement de la dette publique. L’endettement est une spirale infernale créée par les IFI pour bloquer tout développement économique de nos pays
 », martèle le membre de cette Coordination, lors de son mot d’ouverture de ce point de presse, tenu le 13 juin 2023 à Rabat. La Coordination nationale pour un Sommet social contre les Assemblées annuelles de la BM et du FMI (Coordination) a organisé un point de presse pour présenter sa vision et ses objectifs, ainsi que son plan d’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
pour les quatre prochains mois.

 « Tout le monde est concerné »

La présence de la BM est un sujet d’actualité. Cette institution est active dans tous les domaines de la vie des Marocains. A titre d’exemple, le 9 juin le Conseil d’administration de la Banque mondiale accorde un prêt de 350 millions de dollars au Maroc « destiné à accentuer et amplifier les activités du Projet de réponse d’urgence de la protection sociale face à la Covid-19 du Maroc, en complément du programme initial de 400 millions de dollars approuvé et décaissé en 2020 ». Le même jour, le Conseil d’administration de la BM a approuvé « un prêt de 350 millions de dollars afin de soutenir les mesures prises par le Maroc pour lutter contre le changement climatique et améliorer la résilience du pays face à l’aggravation des impacts climatiques déjà ressentis ». Pour la Coordination, la présence de la BM et du FMI dans les politiques publiques et les choix économiques s’est soldée par un « cuisant échec ». « Prenons l’exemple du Plan Maroc Vert. C’est un échec total. Alors que nous devions gagner en souveraineté alimentaire nous voilà condamnés à importer quasiment l’ensemble de notre consommation (lait, viande, blé, huile, etc.). Cet échec nous a coûté 104 milliards de DH d’argent public donné aux agriculteurs », estime Aziki. Pour montrer l’ampleur de ces politiques néolibérales, cette Coordination compte mobiliser les mouvements sociaux et les ONG marocaines et internationales durant les prochains mois. « Les enseignants contractuels, les ouvriers agricoles, les fonctionnaires précarisés, Tout le monde est concerné. La Coordination veut fédérer les militants, les mouvements sociaux et toutes les volontés désirant s’engager contre les IFI et leurs effets, au-delà du sommet de Marrakech », précise Aziki. Ce dernier rappelle l’opposition de la Coordination à la présence « sioniste au Maroc, prévue durant ce sommet en octobre », prévient-il.

 Mobilisations régionales et continentales

Pour sa part, Hamid Sayad, membre de la Coordination considère l’accueil par le Maroc de ce sommet comme « comme un signe de bénédiction offert par les centres impérialistes à notre pays. Ce n’est pas une bonne nouvelle, car ceci implique plus de privatisations des services publics et les ressources naturelles, ainsi que de nouvelles vagues de répression des citoyens et des avis politiques critiques »

La Coordination table sur une capacité de mobilisation nationale, régionale (MENA), continentale (l’Afrique) et mondiale. Ce collectif est né il y a deux mois. Ses initiateurs se présentent comme suit : « Le but de cette initiative est de créer un large espace de réflexion pour discuter ensemble des alternatives possibles aux politiques d’ajustement structurel et néolibérales du FMI et de la BM ». Cette Coordination compte sur l’expertise des réseaux comme ATTAC et la Comité pour l’annulation des dettes illégitimes (CADTM) en Afrique et à l’international.

La Coordination veut aussi faire « converger toutes les victimes des politiques criminelles de ces deux institutions et de faire entendre haut et fort notre voix par la mobilisation et l’organisation d’un contre-sommet au sommet des responsables de ces politiques. Nous souhaitons mettre en place une mobilisation populaire et pacifique pour dire “non” à la pauvreté et à l’austérité et “oui” à la justice sociale ».

Pour rappel, Marrakech abritera du 9 au 15 octobre 2023, les Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI qui ont lieu principalement à Washington et, tous les trois ans, dans un pays membre autre que les États-Unis, « afin de marquer le caractère international des deux institutions », indique la BM sur son site officiel.


Source : ENASS

Omar Aziki

est membre du secrétariat national d’ATTAC CADTM Maroc et du secrétariat international partagé du CADTM.

Autres articles en français de Omar Aziki (40)

0 | 10 | 20 | 30

Salaheddine Lemaizi

Secrétaire général d’ATTAC CADTM Maroc et Comité des études et de plaidoyer du CADTM Afrique.