13 septembre 2020

Bruxelles, Belgique

Faisons passer la santé avant les créanciers ! Le CADTM appelle à rejoindre la grande manifestation pour la santé !

LE CADTM APPELLE À REJOINDRE LA GRANDE MANIFESTATION POUR LA SANTÉ !
Rendez-vous est à 13h, au Mont des Arts, à Bruxelles.

Ce dimanche 13 septembre aura lieu la Grande manifestation pour la santé. Le CADTM participera à cette manifestation organisée par la santé en lutte afin d’exiger un réel refinancement du secteur des soins de santé et une gestion de celui-ci qui corresponde à son statut de droit fondamental !

Le rendez-vous est à 13h, au Mont des Arts, à Bruxelles.

Retrouvez toutes les infos nécessaires et l’appel à la manifestation ici.

Retrouvez également les revendication de la santé en lutteiciet, ci-dessous, les revendications que le CADTM formule en complément de celles de la santé en lutte (le flyer est disponible en téléchargement ci-dessous, n’hésitez pas le faire circuler) :

La santé est un droit fondamental qui doit être financé et géré en conséquence !
Des refinancements occasionnels ne suffisent pas !

Nous VOULONS, de manière complémentaire aux revendications de la santé en lutte :
La reprise totale de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
des hôpitaux non-marchands par l’État fédéral :
 

En 2020, 100 % des hôpitaux belges présenteront un bilan dans le rouge. Alimenter un puits sans fond ne sert à rien ! En plus des refinancements nécessaires, le fédéral doit reprendre à sa charge toute la dette des hôpitaux et en annuler les parts illégitimes.
Des cotisations patronales à la hauteur de l’enjeu :
Les cotisations patronales fondent depuis 40 ans. Le Tax shift les a à nouveau diminué de 32,40 % à 25 % sur la plupart des salaires. Le capital doit financer sa juste part de la sécu, car celle-ci est le socle du financement de la santé !
Prioriser les dépenses de santé sur le remboursement de la dette publique :
La Belgique consacre 15 % de son budget annuel au remboursement de sa dette (dont plus de 10 milliards € d’intérêts) contre 13 % pour la santé ! De plus, cette dette justifie qu’on coupe encore davantage dans les autres dépenses publiques. La santé est un droit fondamental qui doit primer sur les profits des créanciers !
La socialisation des soins de santé :
Comme le reste des « communs » (logement, alimentation, éducation, etc.) le secteur de la santé doit être socialisé, c.-à-d. qu’il ne doit plus être géré par le capital privé et l’État mais directement par les travailleurs/euses du secteur, les usagères/ers et des représentant·e·s des citoyen·ne·s.


Pour en savoir plus
 :
• Notre étude « Les soins de santé en Belgique : De la privatisation à la socialisation ? »
• Notre nouvel AVP « Dette, coronavirus et alternatives »


info document
(PDF -180.6 ko)

À venir

  • 22/01

    Charla - Málaga «Capitulación entre adultos - Grecia 2015: una alternativa era posible»

  • 27/01
    Évènement en ligne

    Adults in the room

  • 29/01

    Charla y presentación del libro «Capitulación entre adultos - Grecia 2015: una alternativa era posible»

  • 31/01

    Charla - Almería "Capitulación entre adultos - Grecia 2015: una alternativa era posible