G20 : la solution de la dette

26 novembre 2020 par Michael Roberts


Ce week-end (21-22 novembre 2020, ndlr), le sommet des dirigeants du G20 a lieu – pas physiquement bien sûr, mais par liaison vidéo. Fièrement hébergés par l’Arabie saoudite, ce bastion de la démocratie et des droits civils, les dirigeants du G20 se concentrent sur l’impact sur l’économie mondiale de la pandémie du Covid-19.

En particulier, les dirigeants sont alarmés par l’énorme augmentation des dépenses publiques engendrée par le marasme forcé des principaux gouvernements capitalistes à améliorer l’impact sur les entreprises, grandes et petites, et sur la population active en général. Les estimations du FMI que le stimulus budgétaire et monétaire combiné des économies avancées a été égal à 20 pour cent de leur produit intérieur brut PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
. Les pays à revenu intermédiaire du monde en développement ont été en mesure de faire moins mais ils ont tout de même mis en place une réponse combinée égale à 6 ou 7 pour cent du PIB, selon le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
. Pour les pays les plus pauvres, cependant, la réaction a été beaucoup plus modeste. Ensemble, ils ont injecté des dépenses égales à seulement 2% de leur production nationale beaucoup plus faible en réaction à la pandémie. Cela a rendu leurs économies beaucoup plus vulnérables à une récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. prolongée, poussant potentiellement des millions de personnes dans la pauvreté.

La situation devient de plus en plus urgente alors que la douleur de la crise pandémique commence à se faire sentir. La Zambie est devenue cette semaine le sixième pays en développement à faire défaut ou à restructurer ses dettes en 2020 et d’autres sont attendus alors que le coût économique du virus augmente – même au milieu des bonnes nouvelles concernant les vaccins potentiels.

Le Financial Times a commenté que : « certains observateurs pensent que même les grands pays en développement comme le Brésil et l’Afrique du Sud, qui font tous deux partie du groupe des grandes nations du G20 G20 G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi compte tenu du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne). , pourraient faire face à de graves défis pour obtenir des financements dans les 12 à 24 mois à venir. »

Jusqu’à présent, les gouvernements du G20 n’ont pas fait grand-chose pour éviter ou atténuer ce désastre de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
à venir. En avril, Kristalina Georgieva, la directrice générale du FMI, a déclaré que les besoins de financement extérieur des pays émergents Pays émergents Les pays émergents désignent la vingtaine de pays en développement ayant accès aux marchés financiers et parmi lesquels se trouvent les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Ils se caractérisent par un « accroissement significatif de leur revenu par habitant et, de ce fait, leur part dans le revenu mondial est en forte progression ». et en développement seraient « en milliers de milliards de dollars ». Le FMI lui-même a prêté 100 milliards de dollars en prêts d’urgence. La Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
a mis de côté 160 milliards de dollars pour prêter sur 15 mois. Mais même la Banque mondiale estime que « les pays à revenu faible et intermédiaire auront besoin de 175 à 700 milliards de dollars par an ».

La seule innovation coordonnée a été une initiative de suspension du service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. (ISSD) dévoilée en avril par le G20. L’ISSD a permis à 73 des pays les plus pauvres du monde de reporter les remboursements. Mais suspendre les paiements n’est pas une solution – la dette demeure et même si les gouvernements du G20 montrent un nouvel assouplissement, les créanciers privés (banques, fonds de pension Fonds de pension Fonds d’investissement, appelé aussi fonds de retraite, qui a pour vocation de gérer un régime de retraite par capitalisation. Un fonds de pension est alimenté par l’épargne des salariés d’une ou plusieurs entreprises, épargne souvent complétée par l’entreprise ; il a pour mission de verser des pensions aux salariés adhérents du fonds. Les fonds de pension gèrent des capitaux très importants, qui sont généralement investis sur les marchés boursiers et financiers. , fonds spéculatifs et « justiciers » obligataires) continuent d’exiger leur livre de chair.

Dans les économies avancées et certaines économies de marché émergentes, les achats de dette publique par la banque centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. ont contribué à maintenir les taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5millions de dollars, donc en tout 15millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
à des niveaux historiquement bas et soutenu les emprunts publics. Dans ces économies, la réponse budgétaire à la crise a été massive. Dans de nombreux pays émergents très endettés et économies à faible revenu, cependant, les gouvernements ont eu une marge de manœuvre limitée pour augmenter les emprunts, ce qui a entravé leur capacité à accroître le soutien aux personnes les plus touchées par la crise. Ces gouvernements sont confrontés à des choix difficiles. Par exemple, en 2020, la dette publique par rapport aux recettes atteindra plus de 480 % dans les 35 pays d’Afrique subsaharienne éligibles à l’ISSD.

Avant même l’éclatement de la pandémie, la dette mondiale avait atteint des niveaux records. Selon l’IIF, sur les marchés « matures », la dette a dépassé 432 % du PIB au troisième trimestre 2020, en hausse de plus de 50 points de pourcentage d’une année sur l’autre. La dette mondiale au total aura atteint 277 milliards de dollars d’ici la fin de l’année, soit 365 % du PIB mondial.

Une grande partie de l’augmentation de la dette dans les économies dites en développement s’est produite en Chine, où les banques d’État ont augmenté les prêts, tandis que les prêts de la « banque parallèle » ont augmenté et les gouvernements locaux ont réalisé des projets immobiliers et d’infrastructure accrus en utilisant la vente de terrains pour les financer ou emprunt.

De nombreux experts « occidentaux » estiment qu’en conséquence, la Chine se dirige vers une crise majeure du défaut de paiement de la dette qui nuira gravement au gouvernement de Pékin et à l’économie. Mais de telles prévisions ont été faites au cours des deux dernières décennies depuis le « réajustement des actifs Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
 » mineur après 1998. Malgré l’augmentation des niveaux d’endettement en Chine, une telle crise est peu probable.

Premièrement, la Chine, contrairement aux autres grandes et petites économies émergentes avec des dettes élevées, dispose d’une réserve de change massive de 3 milliards de dollars. Deuxièmement, moins de 10 % de sa dette est due à des étrangers, contrairement à des pays comme la Turquie, l’Afrique du Sud et une grande partie de l’Amérique latine. Troisièmement, l’économie chinoise est en croissance. Il s’est remis de la crise de la pandémie beaucoup plus rapidement que les autres économies du G20, qui restent en crise.

De plus, si des banques ou des sociétés financières font faillite (et certaines l’ont fait), le système bancaire de l’État et l’État lui-même se tiennent prêts à payer la facture ou à autoriser la « restructuration ». Et l’État chinois a le pouvoir de restructurer le secteur financier – comme le montre le récent blocage du lancement prévu de la « finbank » de Jack Ma. Sur tout signe sérieux que le secteur financier et immobilier chinois devient trop « gros pour faire faillite », le gouvernement peut agir et agira. Il n’y aura pas d’effondrement financier. Ce n’est pas l’image du reste du G20.

Et le plus important, à l’échelle mondiale, la hausse de la dette ne concernait pas seulement la dette du secteur public, mais également le secteur privé, en particulier la dette des entreprises. Les entreprises du monde entier avaient augmenté leur niveau d’endettement alors que les taux d’intérêt étaient bas, voire nuls. Les grandes entreprises technologiques l’ont fait pour accumuler des liquidités Liquidité
Liquidités
Capitaux dont une économie ou une entreprise peut disposer à un instant T. Un manque de liquidités peut conduire une entreprise à la liquidation et une économie à la récession.
, racheter des actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
pour augmenter leur prix ou pour réaliser des fusions, mais les petites entreprises, dont la rentabilité était faible depuis une décennie ou plus, l’ont fait juste pour garder la tête hors de l’eau. . Ce dernier groupe est devenu de plus en plus zombifié (c’est-à-dire là où les profits n’étaient même pas suffisants pour couvrir la charge d’intérêt sur la dette). C’est une recette pour d’éventuels défauts de paiement, si et quand les taux d’intérêt devraient augmenter.

Qu’y a-t-il à faire ? Une solution offerte est plus de crédit. Au G20, les responsables du FMI et d’autres feront pression non seulement pour une extension de l’ISSD, mais aussi pour un doublement de la puissance de crédit du FMI par le biais des droits de tirage spéciaux (DTS). Il s’agit d’une forme de monnaie internationale, comme l’or en ce sens, mais plutôt d’une monnaie fiduciaire évaluée par un panier de devises majeures comme le dollar, l’euro et le yen et émise uniquement par le FMI.

Le FMI les a publiés lors de crises passées et les partisans disent qu’il devrait le faire maintenant. Mais la proposition a été opposée par les États-Unis en avril dernier. « Les DTS signifient donner des liquidités inconditionnelles aux pays en développement », déclare Stephanie Blankenburg, responsable de la dette et du financement du développement chez Unctad. « Si les économies avancées ne peuvent pas s’entendre là-dessus, alors tout le système multilatéral est pratiquement en faillite. »

Comme c’est vrai. Mais encore plus de dette (pardon, « crédit ») empilée au sommet de la montagne existante est-elle une solution, même à court terme ? Pourquoi les dirigeants du G20 n’acceptent-ils pas au contraire d’effacer les dettes des pays pauvres et pourquoi n’insistent-ils pas pour que les créanciers privés fassent de même ?

Bien sûr, la réponse est évidente. Cela signifierait d’énormes pertes à l’échelle mondiale pour les détenteurs d’obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
et les banques, ce qui pourrait entraîner une crise financière dans les économies avancées. À un moment où les gouvernements connaissent des déficits budgétaires massifs et des niveaux de dette publique bien supérieurs à 100 % du PIB, ils seraient alors confrontés à un méga sauvetage des banques et des institutions financières alors que le fardeau de la dette émergente reviendrait à mordre.

Récemment, l’ancien économiste en chef de la Banque des règlements internationaux, William White, a été interrogé sur la marche à suivre. White est un membre de longue date de l’école autrichienne d’économie, qui attribue les crises du capitalisme, non à des contradictions inhérentes au mode de production capitaliste, mais à une expansion « excessive » et « incontrôlée » du crédit. Cela se produit parce que les institutions en dehors du fonctionnement « parfait » des marchés monétaires capitalistes interfèrent avec la création d’intérêts et de monnaie, en particulier les banques centrales.

White met la cause de la crise de la dette imminente à la porte des banques centrales. « Ils ont appliqué de mauvaises politiques au cours des trois dernières décennies, ce qui a entraîné une dette de plus en plus élevée et une instabilité toujours plus grande du système financier. » Il poursuit : « Ce que je veux dire, c’est : les banques centrales créent les instabilités, puis elles doivent sauver le système pendant la crise, et par là elles créent encore plus d’instabilités. Ils continuent de se tirer une balle dans le pied. »

Il y a du vrai dans cette analyse, comme même la Réserve fédérale l’a admis dans son dernier rapport sur la stabilité financière aux États-Unis. Il y a eu une augmentation de 7 000 milliards de dollars des actifs des banques centrales du G7 G7 Groupe réunissant les pays les plus puissants de la planète : Allemagne, Canada, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon. Leurs chefs d’État se réunissent chaque année généralement fin juin, début juillet. Le G7 s’est réuni la première fois en 1975 à l’initiative du président français, Valéry Giscard d’Estaing. en seulement huit mois, contrairement à l’augmentation de 3 000 milliards de dollars enregistrée l’année suivant l’effondrement de Lehman Brothers en 2008. La Fed a admis que l’économie mondiale était en difficulté avant la pandémie et qu’elle avait besoin de plus. injections de crédit : « suite à une longue reprise mondiale après la crise financière de 2008, les perspectives de croissance et de bénéfices des entreprises se sont affaiblies au début de 2020 et sont devenues plus incertaines. » Mais alors que les injections de crédit ont engendré une « baisse des coûts de financement a réduit le fardeau de la dette »,elle a encouragé une nouvelle accumulation de dette qui, associée à une baisse de la qualité des actifs et à des normes de souscription de crédit plus faibles, « signifiait que les entreprises étaient de plus en plus exposées au risque d’une récession économique importante ou d’une hausse inattendue des taux d’intérêt. Les investisseurs étaient donc devenus plus sensibles aux changements soudains de la confiance des marchés et à un resserrement des conditions financières en réponse aux chocs. »

En effet, les injections des banques centrales ont relancé le problème, mais n’ont rien résolu : « Les mesures prises par les banques centrales visaient à restaurer le fonctionnement du marché et non à remédier aux vulnérabilités sous-jacentes qui ont amené les marchés à amplifier le stress. Le système financier reste vulnérable à une autre tension de liquidité, car les structures et les mécanismes sous-jacents à l’origine de la crise sont toujours en place. » Le crédit a donc été empilé sur le crédit et la seule solution est plus de crédit.

White plaide pour d’autres solutions. Il dit : « Il n’y a pas de retour à une forme de normalité sans faire face au surendettement. Voici l’éléphant dans la pièce. Si nous convenons que la politique des trente dernières années a créé une montagne de dettes sans cesse croissante et des instabilités sans cesse croissantes dans le système, alors nous devons faire face à cela ».

Il propose « quatre façons de se débarrasser d’un surendettement. Premièrement, les ménages, les entreprises et les gouvernements essaient d’épargner davantage pour rembourser leur dette. Mais nous savons que cela vous amène dans le paradoxe keynésien de l’épargne, où l’économie s’effondre. Donc, cette voie mène au désastre ». Alors n’allez pas pour « l’austérité ».

La deuxième façon : « vous pouvez essayer de vous sortir d’un surendettement grâce à une croissance économique réelle plus forte. Mais nous savons qu’un surendettement entrave la croissance économique réelle. Bien sûr, nous devrions essayer d’augmenter la croissance potentielle par des réformes structurelles, mais il est peu probable que ce soit la solution miracle qui nous sauve ». White dit que cette seconde méthode ne peut pas fonctionner si l’investissement productif est trop faible parce que le fardeau de la dette est trop élevé.

Ce que White laisse de côté, c’est le faible niveau de rentabilité du capital existant qui dissuade les capitalistes d’investir de manière productive avec leur crédit supplémentaire. Par « réformes structurelles », White signifie licencier les travailleurs et les remplacer par la technologie et détruire ce qui reste des droits et conditions du travail. Cela pourrait fonctionner, dit-il, mais il ne pense pas que cela sera suffisamment mis en œuvre par les gouvernements.

White poursuit : « Cela laisse les deux voies restantes : une croissance nominale plus élevée – c’est-à-dire une inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donné. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. plus élevée – ou essayer de se débarrasser de la créance irrécouvrable en la restructurant et en la radiant. » Une inflation plus élevée pourrait bien être une option, une option à laquelle les politiques keynésiennes / MMT conduiraient, mais en fait, cela signifie que la dette est remboursée en termes réels en réduisant le niveau de vie de la plupart des gens. et atteindre la valeur réelle des prêts consentis par les banques. Les débiteurs gagnent aux dépens des créanciers et du travail.

White, étant un bon Autrichien, opte pour l’annulation des dettes. « C’est celui que je conseillerais fortement. Abordez le problème, essayez d’identifier les créances Créances Créances : Somme d’argent qu’une personne (le créancier) a le droit d’exiger d’une autre personne (le débiteur). irrécouvrables et restructurez-les de la manière la plus ordonnée possible. Mais nous savons à quel point il est extrêmement difficile de réunir les créanciers et les débiteurs pour régler ce problème en coopération. Nos procédures actuelles sont complètement inadéquates. » En effet, mis à part le FMI-G20 et le reste n’ayant pas de « structures » pour ce faire, ces institutions de premier plan ne veulent pas provoquer un krach financier et une récession plus profonde en « liquidant » la dette, comme l’ont proposé les responsables du Trésor américain. pendant la Grande Dépression des années 1930.

Au lieu de cela, le G20 acceptera de prolonger le plan de report de paiement ISSD, mais n’annulera aucune dette. Il n’acceptera probablement même pas d’élargir le fonds de DTS. Au lieu de cela, il espère simplement se débrouiller aux dépens des pays pauvres et de leur population ; et du travail dans le monde.




Source : Blog de Michael Roberts via Anti-K

Michael Roberts

a travaillé comme économiste à la Cité de Londres (La City) pendant plus de 30 ans. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie mondiale dont The Great Recession, The Long Depression and World in Crisis. Il tient également un blog : thenextrecession.wordpress.com

Traduction(s)