14 juin

Événement en ligne

LCD : Résistances africaines à la domination néocoloniale

Lundi Contre la Dette de ce lundi 14 juin 2021 à 19h en ligne. Pour Participer à ce LCD :
https://zoom.us/j/95849184385?pwd=VWdqaE1rWVpNZWsxRGw2TEF3N053dz09

« Au vu de la crise du système néolibéral – géopolitique, socio-économique, écologique, sanitaire –, il importe de réformer certaines règles de la vie internationale. Concernant l’Afrique, continent particulièrement impacté, l’annulation des dettes illégitimes fait partie de ce programme, de même que l’abolition du franc CFA, l’arrêt des opérations militaires extérieures et des Accords de partenariat économique (APE), la relocalisation des économies, la restitution des biens culturels spoliés...

C’est sur ces bases que s’organisent les sociétés civiles, dont les femmes sont souvent les protagonistes, les diasporas installées en Europe, ainsi que les mouvements sociaux.

Cet ouvrage est à l’actif Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
d’une équipe de spécialistes et de responsables associatifs de différents pays : Mali, Sénégal, Togo, France, Belgique... L’actualité est étayée par des panoramas internationaux, qui incluent les accords transatlantiques. Un point est fait sur les programmes élaborés par les collectifs d’intellectuel·les et les réseaux citoyens.

Néolibéralisme et néocolonialisme font bon ménage. En réponse, cette publication se veut un outil altermondialiste, qui contribue à faire des relations Afrique-Europe-France le tremplin d’un sursaut solidaire.

Que le mouvement antiraciste et « des droits civiques » (Black Lives Matter/BLM), qui se développe actuellement, soit une opportunité pour les peuples du Sud de faire valoir les principes d’un alter-développement, à la fois afrocentré et à visée universelle. »

Pour ce nouveau lundi contre la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
(LCD) consacré à la présentation du livre « Résistances africaines à la domination néocoloniale », nous accueillerons trois intervenant-es :

  • Martine Boudet, coordinatrice de l’ouvrage et membre du Conseil scientifique d’Attac France, introduira cette soirée en présentant l’équipe internationale des auteur.es, le processus d’élaboration et les objectifs de ce passionnant ouvrage. En le reliant à l’actualité des relations Afrique-Europe, notamment.
  • Said Bouamama, sociologue et militant du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP), détaillera les dynamiques inhérentes aux accords économiques Afrique-France, outils centraux de leur relation asymétrique au profit des intérêts hexagonaux. À l’image du rapprochement actuel des États français et rwandais concernant le génocide des Tutsis en 1994, il traitera également de la question brûlante des dettes coloniales et des réparations.
  • Broulaye Bagayoko, secrétaire du CADTM Afrique, dressera l’actualité de la dette des pays africains, continent impacté de manière multiple par la pandémie. Les réponses apportées par les Institutions financières internationales sont-elles à la hauteur des enjeux ? Ou au contraire faut-il adopter des mesures plus radicales à l’image de celles proposées par le CADTM Afrique ? Résidant à Bamako au Mali, ce sera également l’occasion de faire le point sur la situation politique nationale en plein tumulte après un second coup d’État en moins d’un an.

Dans le sillage des dernières annonces pour un « New Deal New Deal Le terme New Deal (nouvelle donne) est utilisé pour la première fois, devant la Convention du Parti démocrate à Chicago en juillet 1932. Il désignera l’expérience tentée, dès 1933, par le président Franklin Roosevelt pour mettre fin à la profonde crise économique que les Etats-Unis traversaient depuis 1929. L’expression New Deal recouvre un ensemble de mesures allant de l’aide aux secteurs économiques les plus touchés par la crise jusqu’à des réformes sociales. Dès 1938, une nouvelle récession intervient et marque les limites du New Deal. La relance se fera sous les auspices de la Seconde Guerre mondiale. Roosevelt n’a pas développé un programme cohérent qui serait similaire au programme des Travaillistes britanniques de 1945.  » en Afrique, rendez-vous ce lundi 14 juin dès 19h pour participer à ce Lundi contre la dette qui s’annonce passionnant !


À venir