Communiqué de presse

Le CADTM s’indigne de la proposition des Etats-Unis de nommer Paul Wolfowitz à la présidence de la Banque mondiale

16 mars 2005 par CADTM


George W. Bush vient d’annoncer sa décision de proposer Paul Wolfowitz, numéro 2 du Pentagone et partisan acharné de l’invasion illégale de l’Irak en 2003, comme candidat au poste de président de la Banque mondiale.

Le CADTM s’indigne du fait que cette procédure particulièrement antidémocratique est toujours en vigueur alors que la bonne gouvernance est au cœur des recommandations de ces institutions. Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! C’est à un point tel que le président actuel, James Wolfensohn, banquier à New-York mais Australien de naissance, a dû prendre la nationalité états-unienne avant d’être nommé en 1995.

Le CADTM s’indigne ensuite du fait que la présidence revient toujours à de grands banquiers ou à d’anciens responsables du ministère de la Défense des Etats-Unis, comme ce fut déjà le cas avec la nomination en 1968 de Robert McNamara, chef d’orchestre de la guerre du Vietnam et qui a utilisé la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
comme un véritable outil géopolitique au service des alliés stratégiques des Etats-Unis.

Décidément, la Banque mondiale et le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
fonctionnent toujours comme de simples instruments au service des grandes puissances occidentales (Etats-Unis, Canada, Europe de l’Ouest), des marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
et des sociétés transnationales.

Le CADTM appelle les administrateurs européens à bloquer cette décision inadmissible, comme les Etats-Unis ont osé le faire en 2000 au FMI. En effet, lors du départ du français Michel Camdessus, le secrétaire allemand aux Finances de l’époque, Caio Koch-Weser, qui était le candidat européen, avait fait l’objet d’un veto de la part des Etats-Unis et les Européens s’étaient ensuite mis d’accord sur la candidature de Horst Köhler.

Gageons qu’ils ne bloqueront rien, trop satisfaits de ce partage des rôles et d’avoir pu nommer l’Espagnol Rodrigo Rato à la direction du FMI en 2004 ! Pourtant, comment peut-on comprendre que la présidence de la Banque mondiale ne soit jamais revenue à un citoyen du Tiers Monde, en première ligne face aux défis du développement humain.

On peut se demander à juste titre si ces institutions sont réformables. Dès lors, la question de leur légitimité est posée. Pour le CADTM, d’autres institutions financières internationales sont possibles... et grandement nécessaires !

Le CADTM « s’indigne » de la proposition US de nommer Wolfowitz à la tête BM

PARIS, 16 mars 2005 (AFP) - Le Comité pour l’annulation de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du tiers monde (CADTM) « s’indigne » mercredi, dans un communiqué, de la proposition des Etats-Unis de nommer Paul Wolfowitz à la présidence de la Banque mondiale, une procédure « particulièrement antidémocratique » selon lui.

« George W. Bush vient d’annoncer sa décision de proposer Paul Wolfowitz, numéro deux du Pentagone et partisan acharné de l’invasion illégale de l’Irak en 2003 » comme candidat au poste de président de la Banque mondiale,
affirme le Comité.

"Le CADTM s’indigne du fait que cette procédure particulièrement antidémocratique est toujours en vigueur alors que la bonne gouvernance est au
cœur des recommandations de ces institutions
", note-t-il.

Il "s’indigne ensuite du fait que la présidence revient toujours à de
grands banquiers ou à d’anciens responsables du ministère de la Défense des
Etats-Unis
".

Le CADTM appelle « les administrateurs européens à bloquer cette décision inadmissible », selon le communiqué.



Autres articles en français de CADTM (278)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 270